Travail et informalité, Sociologie et sociétés

Une livraison de la revue  Sociologie et sociétés, Travail et informalité. Nouvelles figures de l’exploitation et des mobilisations au Nord et au Sud, 2015, vol. 47/n°1, Presses Universitaires de Montréal.

“(…) En regroupant sous la catégorie d’informels des travailleurs atypiques, indépendants, à domicile, les précaires (sur)vivant de petits boulots, ce numéro s’inscrit volontairement dans les controverses sur la façon de caractériser le travail informel, tout en s’en démarquant. Le travail informel ne peut être considéré comme une sphère autonome de l’économie formelle. Activités informelles et formelles sont résolument imbriquées. (…) Ces travailleuses et travailleurs contestent l’ordre social sous de multiples aspects (…). C’est ce qu’illustrent les articles de ce numéro regroupés sous deux axes en mettant l’accent d’un côté sur les résistances, les contraintes institutionnelles et les adaptations et, de l’autre, sur les mobilisations.” (extrait de la 4ème de couverture).

Accéder au site des Presses universitaires de Montréal