La grande décharge, Eric Pessan, Théâtre, Ed. de l’Amandier, 2011

“Ils ont quitté la ville, chassés par la misère, coupant tout lien avec leur passé.
Leur pas les ont guidés vers la grande décharge, ce ventre gigantesque surgi à la périphérie de la ville, sans cesse nourri et engraissé par la noria de benne chargée à ras bord de détritus et du trop-plein de ceux d’en face.
Petit à petit ils se sont acclimatés à leur nouvel environnement et y ont pris racine.
De la ville ils ont encore conservé le langage qui évoluera inéluctablement vers l’extrême dépouillement faute de nourriture spirituelle et d’un apport culturel.
Ils sont pourtant nos semblables, abandonnés au bord de la route puis oubliés. La grande décharge est devenue leur terre d’accueil où s’ébattent leurs enfants, loin du regard de leurs mères, continuellement inquiètes, mais impuissantes à suivre leur déplacement dans ce territoire chaotique, véritable enfer sur terre dont chaque parcelle est source de mortels périls.”

En lire plus…