Le grand dépotoir, Eugène Barbu, Ed. Denoël, 2012

“Le personnage principal de ce roman est une vaste décharge creusée à la lisière de Bucarest. Au cours des années 1920, la zone se peuple de chiffonniers, de Gitans, de colporteurs, de cheminots, d’ivrognes et de brigands… Elle vit au rythme des charrettes d’immondices en provenance de la capitale toute proche. Au fil du temps, de noces en funérailles, de beuveries en bals populaires, cet immense terrain vague devient le miroir d’une société en métamorphose.
D’un naturalisme cru et d’une verve flamboyante, entre un naturalisme à la Zola et des fulgurances qui rappellent Malaparte, ce roman est la chronique d’une jungle sociale colorée, violente et d’une humanité sans fard” (Quatrième de couverture)

En savoir plus…