Où va l’homo detritus ? Mouvements 2016/3 (n° 87).

La dernière livraison de la revue Mouvements, coordonnée par Stéphane Le Lay, Agnès Jeanjean et Olivier Roueff

“Depuis quelques années, la présence des déchets s’impose au plus grand nombre dans tous les espaces physiques de la planète, y compris les plus « improbables ». Qu’il s’agisse des scènes artistique, économique ou scientifique1, ils suscitent un véritable regain d’intérêt. Ce dernier prend des formes variables plus ou moins inquiètes frappées du seau de l’ambivalence. Les déchets peuvent tour à tour être envisagés comme menace de mort2, synonymes de dangers ou vecteurs de renouvellement, de lien social, de créativité, de subversion. En tant que « revers de la production » (Serge Latouche, présent dans ce numéro), ils constituent un objet saillant de l’économie politique. Issus de l’activité humaine, comme l’écrit si justement Jean Gouhier, « le déchet signale l’emprise humaine et révèle ses technologies3 », ils renvoient inévitablement à des rapports sociaux, ils en sont le produit, et c’est sous cet angle qu’ils nous intéressent ici (…)”.

Lire la suite de l’introduction…

Voir le sommaire…