Le « sale boulot », entretien avec Dominique Lhuillier – Propos recueillis par Nadia Taïbi

Dans la Revue Sens-Dessous, un entretien où il est beaucoup question des “travailleurs des déchets” et de “sale boulot” (janvier 2014)

Sens-Dessous – Parle-t-on de « sale boulot » pour désigner une tâche qui revêt en elle-même une dimension dégradante ? Ou est-ce plutôt parce qu’elle est traditionnellement dévolue à des individus socialement relégués qu’elle se trouve ainsi qualifiée ?

Dominique Lhuillier – Il est difficile de répondre à cette question car il y a différentes catégories de sales boulots et différents facteurs entrent en jeu. Partons d’un exemple assez évocateur, celui des travailleurs des déchets. Historiquement, quand on a commencé à organiser la collecte des déchets, cette tâche fût réservée aux condamnés, aux mendiants, à tous ceux qui étaient déjà dans une position de relégation sociale. On peut dire qu’on a attribué la tâche de ramasser les déchets aux éléments déchus du corps social. Les choses ont évolué. On a cherché à faire une présentation plus « sexy » de cette filière : on ne parle plus beaucoup d’ordures mais de déchets, d’industrie verte… Un nombre impressionnant de formules a pour vocation de masquer, d’euphémiser ce dont il est question de fait. Cependant on ne peut toujours pas dire que les personnes qui exercent dans cette filière aient une image sociale extraordinaire. Il n’y a pas beaucoup d’enfants dont le désir est de devenir éboueur ou égoutier.

Lire la suite de l’entretien…