L’institutionnalisation des marchés informels à Paris : une situation d’entre-deux dans le gouvernement des espaces publics

Un article d’Hélène Balan, dans Carnet de géographes (2014)

RÉSUMÉ
« A Paris, le développement dans l’espace public de marchés informels pouvant rassembler jusqu’à plusieurs centaines de personnes soulève la question de l’institutionnalisation de l’informel dans une métropole européenne gouvernée par une municipalité socialiste. Cet article s’interroge sur les enjeux territoriaux et scalaires des controverses politiques autour de ces marchés informels. Il analyse la situation d’entre-deux dans le gouvernement des espaces publics ouverte par la défense d’un « droit à la ville » de ces vendeurs précaires et d’une gestion locale de ces marchés à travers la mobilisation des biffins, vendeurs d’articles de récupération, d’après un ancien nom des chiffonniers. Il s’agit de montrer comment les controverses autour des marchés informels aboutissent à une gestion au cas par cas et à la marge de cette économie de survie urbaine, qui révèle les limites de la promotion du local comme échelle de l’alternative. »

Lire l’article…