Terra Mia, un documentaire de Andrea Ruberto

Terra mia (Ma terre) est un film documentaire d’Andrea Ruberto – réalisateur, journaliste et photographe italien -, présenté en avril 2017 au Maroc, lors de la Conférence internationale sur la gouvernance des déchets municipaux, tenue à Rabat. Andrea Ruberto signe avec Terra mia son premier court métrage qui traite des effets dramatiques de la gestion criminelle des déchets dans la « terra dei fuochi » (terre des feux) en Campanie, dans le sud de l’Italie. Il s’agit d’un territoire d’environ 120 hectares situé entre les provinces de Caserte et Naples, tristement célèbre pour avoir été le théâtre pendant environ vingt années d’opérations illégales d’enfouissement et de combustion de déchets, notamment industriels, provenant de différentes régions d’Italie et d’Europe. L’expression « terra dei fuochi » rendue célèbre par Roberto Saviano dans son ouvrage « Gomorra » fait référence précisément aux incendies sauvages produits pour éliminer les déchets déversés illégalement. Les trafics et les déversements illicites de déchets mis en œuvre par un clan local de l’organisation criminelle Camorra ont produit un désastre sanitaire et environnemental de proportions inouïes.

Grâce à la parole de différents personnages, le documentaire enquête les impacts sur l’environnement et la santé de ces activités criminelles. Lucia De Cicco, une fervente militante environnementaliste de l’association E.C.O., raconte la lutte pour protéger le territoire, en remémorant le jour dramatique où, suite à un accident, elle a été gravement brulée lorsqu’elle protestait avec d’autres militants à proximité du site de stockage de Taverna del Re, le site où sont entreposées les « écoballes”, (les ballots de déchets prévus pour l’incinération). La journaliste Cristina Liguori conduit le réalisateur au cœur de cette catastrophe environnementale en parcourant les rues périphériques pavées d’amiante et de déchets de tout type qui, malgré les interventions des autorités, continuent d’être utilisées comme des décharges sauvages. Enzo Tosti, membre du comité “réseau de citoyenneté et communauté”, l’accompagne à la découverte d’une ex-usine devenue le lieu de déversement illégal de déchets textiles et d’autres substances qui sont brulés clandestinement libérant des dioxines qui retombent sur les champs agricoles adjacents en les contaminant. Le responsable de l’environnement de la région, Fulvio Bonavitacola, analyse les possibles causes de l’incendie récemment éclaté à Taverna del Re dont les causes ne sont pas encore élucidées. Antonio Giordano, oncologue et professeur à l’Université de Philadelphie, illustre les effets de la pollution sur la santé et le lien entre substances toxiques présentes sur la « terra dei fuochi » et une hausse des maladies cancéreuses dans la population locale. Enfin, avec Mario De Biase, commissaire extraordinaire des opérations de décontamination du centre de stockage Resit, on explore cette ex-décharge, le seul site où des opérations de mise en sécurité sont actuellement réalisées, et plus généralement le problème de la pollution. Le documentaire met l’accent sur la très urgente nécessité de décontaminer toute l’aire et sur un appel alla terre mère, victime innocente de la main de l’homme.

Le documentaire a été réalisé en partenariat avec l’Institut universitaire de la Recherche Scientifique de l’Université Mohamed V de Rabat (Maroc), le laboratoire de Recherche en Développement Territorial, Énergétique et Environnemental (RDT2E) de la Faculté polydisciplinaire de Khouribga (Maroc), l’association pour la recherche Action migration, environnement et développement (ARAMED). Durée 14 minutes.