Gérard Bertolini nous fait l’honneur d’une nouvelle ! Déchets fous. Sauve-qui-peut !

Déchets fous. Sauve-qui-peut. Une petite nouvelle de Gérard Bertolini

Notre planète est entrée dans une ère d’hyperconsommation, de marchandises, d’énergie, de ressources. « A vau-l’eau ». « A qui mieux mieux ». «Tout nouveau tout beau ». L’innovation s’emballe, avec son cortège d’obsolescences. Tout cela s’accompagne d’un redoutable accroissement de la production de déchets, et en particulier de déchets dangereux, nucléaires et autres.

Où les « fourrer » ? A qui les « fourguer » ?

Sous la pression des écologistes, les mouvements transfrontières de déchets dangereux ont été interdits ; au demeurant, le tiers-monde comme le quart-monde n’en veulent plus et se rebiffent à leur endroit. Désormais, les données relatives à la génération de tels déchets sont enregistrées et centralisées, en temps réel et de façon exhaustive. La vidéosurveillance est partout, sur terres comme sur mers. Finis les trafics juteux, les vaisseaux du poison déchargeant leur cargaison dans des pays pauvres et corrompus, ou en pleine mer ; la mafia est sous contrôle. Chaque pays doit donc gérer par lui-même ses déchets dangereux.

Forts des conseils de laboratoires en pointe sur le sujet, des dirigeants décident alors d’enfouir ces déchets, non plus seulement en surface, mais en profondeur, cela malgré les protestations des populations et plus encore l’opposition farouche des écologistes.

Lors de la première réalisation de ce type, des écolos vont jusqu’à s’enchaîner aux équipements de forage. Un commando d’intervention de l’armée, spécialement formé et équipé de scies-lasers, intervient et les déloge sans ménagement. Ces activistes, au premier chef un certain Greener, considéré comme le meneur de la bande, sont déportés et envoyés sur un îlot insalubre, perdu au milieu du Pacifique et menacé par la montée des eaux.

Les enfouissements profonds de déchets dangereux se multiplient. Dans le même temps, la pénurie croissante de divers minerais conduit également à multiplier les puits d’extraction profonds, y compris sous les océans ; s’y ajoutent, pour se procurer de l’énergie, outre des forages géothermiques, l’exploitation des schistes bitumineux, assortie de fracturations souterraines. Les uns et les autres puits finissent par se rencontrer, provoquant des accidents majeurs.

Pour s’efforcer d’éviter le renouvellement de telles catastrophes, et grâce aux progrès des technologies de forage, les déchets dangereux font l’objet d’enfouissements de plus en plus profonds : non plus quelques centaines de mètres ou quelques kilomètres, mais plusieurs centaines de kilomètres. On ne se contente donc plus de gratter l’écorce terrestre, ni de casser la croûte, … jusqu’à ce qu’une réalisation d’avant-garde finisse par percer le manteau !

Piqué au vif, Vulcain se réveille en sursaut. A une vitesse vertigineuse, le magma terrestre monte en surface. L’éruption dure des décennies, la catastrophe devient gigantesque. Le ciel reste longtemps obscurci ; après une très longue période de réchauffement climatique, le globe subit un refroidissement brutal et prolongé, avec tout un cortège de conséquences désastreuses.

Désemparés, nos dirigeants placent alors de nouveaux espoirs dans le ciel. Des fusées téléguidées font bientôt la navette, pour acheminer les déchets sur la lune.

Cependant, un accident se produit : une fusée heurte un gros débris spatial, abandonné lors d’une précédente mission. Les Terriens, inquiets des risques grandissants de collisions résultant des nombreux débris de fusées et de satellites qu’ils avaient laissés là-haut, envisagent un nettoyage de l’espace, avec des remorqueurs munis de filet, de grappin ou de harpon, pour rapporter de gros débris ou les tracter jusqu’à des orbites-cimetières ; s’y ajouteraient des balais-lasers pour les désintégrer . De plus, certains débris se fragmentent naturellement, jusqu’à devenir des poussières, en entrant dans les couches de l’atmosphère ; dès lors, des satellites aspirateurs sont imaginés. Toutefois, faute de financements suffisants, ce programme reste embryonnaire.

Cet accident ne fut pas la raison de l’abandon des dépôts de déchets sur la lune ; la cause majeure fut qu’il contrariait le développement prévu des implantations d’habitats sur cette petite planète. Les premiers colons, furieux, exigent leur rapatriement et les futurs colons annulent leur réservation, sans parler de la manne touristique perdue.

Face à ce conflit d’intérêts, les Terriens, toujours à la recherche d’une planète poubelle, décident d’aller plus loin, en envoyant les colis sur Mars ; mais c’était sans compter sur l’ire et la réaction des Martiens. En représailles, ces derniers montent une opération de retour à l’envoyeur.

Toutefois, malgré d’habiles manœuvres d’évitement, des fusées martiennes entrent à leur tour en collision avec de gros débris de fusées et de satellites abandonnés là-haut par les Terriens ; d’autres vaisseaux, en arrivant dans la banlieue de la Terre, sont confrontés à un épais brouillard résultant de menus fragments et de poussières ; ils ratent une partie des cibles qu’ils avaient privilégiées, à savoir les colis de déchets dangereux stockés dans des silos. L’opération se solde donc par un semi-échec.

Pour les Terriens, il s’agissait là d’une retombée heureuse et inattendue du retard pris dans leur programme de nettoyage : les débris et poussières qui les entourent ont constitué une sorte de bouclier face à l’offensive des Martiens. Néanmoins, la défense ainsi constituée n’était que partielle. Nos dirigeants comprirent que les Martiens ne s’en tiendraient pas là, qu’ils allaient certainement fomenter d’autres raids plus ravageurs.

L’épopée céleste de nos déchets dangereux ne s’arrête pourtant pas : les Terriens se tournent vers Vénus, jusque là restée vierge ; forts des nouveaux progrès de la science spatiale, certains proposent même d’aller jusqu’à Mercure, ou sur des astéroïdes, entre Jupiter et Mars, voire de sortir du système solaire et d’atteindre d’autres galaxies.

Jusque là, les Terriens avaient réussi à tromper la vigilance de Saturne, planète sentinelle ; mais, avec des moyens de fortune, Greener et ses amis réussissent bientôt à construire un super-émetteur à très longue portée ; ils envoient un message sidéral faisant état, outre des incivilités passées de dirigeants de la Terre, de ces nouveaux projets redoutables. Le message est capté et déchiffré par Walkie, une fille de Vénus, qui le diffuse largement. Une conférence interplanétaire est mise sur pied. Les Terriens risquaient fort de s’attirer les foudres de Jupiter : « tout cela fait tache » ; « ôte-toi de mon soleil ! ».

Les tentatives de remise à la raison des dirigeants de la Terre ayant échoué, les planètes coalisées saisissent l’instance suprême, le Tribunal du Cosmos, chargé des crimes et délits contre l’Univers. L’avocat de la Terre plaida certes coupable, mais demanda l’indulgence, en faisant état de circonstances exténuantes. Ces faux-fuyants furent rejetés ; le tribunal estima que l’incontinence des Terriens était inexcusable ; en effet, pour éviter la production de tels déchets, des méthodes contraceptives efficaces existaient bel et bien, de longue date ; de plus, il fut affirmé que ces zombis avaient perdu toute forme de conscience et d’humanité.

La terrible sentence tomba : la Terre fut condamnée à être expulsée du système solaire ; elle s’enfonça dans les ténèbres et connut la nuit éternelle.

Toutefois, au préalable, in extremis, et pour les remercier, une fusée avait été envoyée sur l’îlot, pour y récupérer les écolos ; ainsi, parmi les Terriens, eux seuls furent sauvés ; Greener a eu le bonheur de rejoindre Walkie, la fille de Vénus qui avait précédemment réceptionné son message.