Mourir des ordures à Maputo

De Raffaele Masto – Goodmorning Africa NEWS
19/02/2018
(traduit par Claudia Cirelli pour SUD)

Une hécatombe récurrente, cette fois-ci au Mozambique, dans le district de Hulene, à la périphérie de Maputo dans la zone de l’aéroport. Une montagne d’ordures aussi haute qu’un bâtiment s’est effondrée à cause des pluies torrentielles et a enterré au moins dix-sept personnes.
La décharge concentre tous les déchets de la capitale et constitue un immense paysage de collines et de vallées d’ordures et donne du travail à des centaines de personnes qui, chaque jour plongées dans les déchets, collectent tout ce qui peut être recyclé: fer, papier mais surtout plastique. C’est un travail qui rapporte très peu d’argent, mais pour beaucoup de gens c’est toujours mieux que rien. Ceux qui y travaillent n’ont pas les moyens de payer le coût journalier du transport et construisent donc une cabane sur place.

Ainsi, des villes dans ces amas des déchets voient le jour, cabanes misérables, à peine plus que des abris pour dormir et recommencer à ramasser les ordures à l’aube. Autour de ces bidonvilles Il y a aussi des maisons. Ce sont celles qui appartiennent à ceux qui revendent le plastique compressé, qui le transportent, qui cuisinent pour ceux qui travaillent et qui apportent de l’eau, tout moyennant des frais, bien sûr. Bref, une économie de la pauvreté qui produit périodiquement des drames comme celui de Maputo.

Cela se passe à Kinshasa, à Lagos, à Luanda. La décharge de Hulene était saturée. Les déchets de deux millions d’habitants de Maputo en a fait un monstre avec des montagnes d’ordures hautes comme un bâtiment de rois étages. En principe la formation de bidonvilles est interdite dans les décharges, mais les autorités les tolèrent. A Hulene s’est passé comme cela. Sous les ordures il y aura certainement plus de victimes que celles déclarées officiellement. Personne ne le sait et personne ne recense qui travaille dans ces lieux.

Morire di spazzatura a Maputo