les biffines et les biffins, des citadins exceptionnels. Plaidoyer pour la reconnaissance des biffin(e)s dans le monde (1er mai 2018)

Les biffines et les biffins : des citadins exceptionnels !

L’étymologie du mot déchet renvoie à « ce qui est jeté en bas », la chute, la disqualification, la dévaluation car le déchet, c’est la perte, ce que l’on s’empresse d’oublier aussitôt que l’on s’en est débarrassé. Le terme « déchet » donne « déchoir », « déchéance » et suggère la décomposition et la mort. Le déchet contamine celui qui le manipule et, ainsi, les biffins de la Zone de Paris ont été accusés d’avoir propagé la dernière épidémie de peste baptisée « peste des chiffonniers » en 1920… Ailleurs, le déchet corrompt tout autant ceux qui « ont à faire avec » et qui constituent des communautés exclues de la ville et de la société urbaine, des parias, des intouchables, les basses castes, ces « classes malpropres, classes dangereuses », pour reprendre l’expression de l’historien Alain Faure désignant encore et toujours les chiffonniers de Paris. Quant au lumpensammler, récupérateur de chiffons allemand, n’évoque-t-il pas indiscutablement le lumpenprolétariat, le prolétariat en haillon ? En bref, du déchet au désordre, il n’y a qu’un pas…

(…)

En ce 1er mai 2018, biffines et biffins de Paris, scavengers d’Inde, binners nord-américains, cartoneros de Buenos Aires, cadatores du Brésil,  zabbâlîn du Caire, toplaicilar d’Istanbul, bouâra de Casablanca et autres récupérateurs, exceptionnels citadins  : vous,  qui êtes encore trop souvent considérés comme « les petits, les obscurs et les sans-grades », unissez-vos forces pour faire reconnaître votre existence, votre travail, vos compétences et expériences et vos droits !

Bénédicte Florin

Lire la suite sur le site d’Amelior

Voir la version enrichie par Radia Slimani sur The Gold Digger Project