“La mise en image du rebut” aux Docks de Marseille

La version élargie de l’exposition de photographies et textes est exposée aux Docks de Marseille du 3 au 17 juillet 2018, grâce à un partenariat entre l’AFD ( Agence Française de Développement) et le réseau SUD.

Les images des récupérateurs de déchets dans les rues ou dans les décharges mettent souvent en scène des personnes travaillant dans des conditions dégradantes, peuplant des paysages dantesques et évoquant une misère humaine.
Cette exposition de photographies – qui s’interroge sur les rapports qu’entretiennent les sociétés avec leurs déchets – a, au contraire, pour ambition d’attribuer une place prééminente aux portraits de femmes et d’hommes qui peuvent suggérer d’autres histoires à ceux qui les regardent.

Il s’agit ici de les mettre en lumière, débarrassés du stigmate de la misère et de la marginalité qui accompagnent habituellement le contact avec l’ordure : les nombreux entretiens menés avec eux, leurs poses face au chercheur-photographe mais surtout leur travail de métamorphose du rebut en matériaux valorisables en témoignent.
Par-delà le monde, ces « travailleurs des déchets » revendiquent de plus en plus des droits sociaux, mais aussi la légitimité de leur contribution au recyclage, à la gestion des déchets et, plus globalement, à l’environnement.

Ces portraits mettent en image des personnes ordinaires, occupées à réaliser leurs tâches : des travailleurs qui désirent être considérés comme égaux des autres, reconnus dans leur travail et par la société.

Auteurs

Claudia Cirelli a une formation en anthropologie et en géographie. Chercheure associée de l’UMR CITERES (Tours), elle s’intéresse aux effets socioterritoriaux de la mise en oeuvre des politiques environnementales en Amérique Latine, notamment au Mexique, et en France. Elle a coordonné avec B. Florin l’ouvrage collectif Sociétés urbaines et déchets. Éclairages internationaux (PUFR, Tours, 2015).

Bénédicte Florin est géographe à l’Université de Tours. Elle travaille depuis dix ans sur les récupérateurs et recycleurs de déchets du Caire, d’Istanbul et de Casablanca ainsi que sur les ferrailleurs de l’agglomération parisienne. Elle a cofondé et anime avec C. Cirelli, le carnet de recherche Sociétés Urbaines et Déchets (https://sud.hypotheses.org/).

Rémi de Bercegol est géographe au Centre National de la Recherche Scientifique (PRODIG, UMR 8586, Paris). Ses recherches portent sur l’urbanisation du monde et les transformations des villes du Sud, principalement observées à travers le filtre de leurs services essentiels (eau, assainissement, déchets, énergie) en Inde, au Kenya et en Tanzanie.

Pascal Garret pratique la photographie dans le cadre de recherches en sciences sociales. Il a participé, entre autres, à la préparation de l’exposition « Vies d’ordures » qui a été présentée en 2017 à Marseille au MuCEM avec pour terrains les villes d’Istanbul et de Casablanca
(http://www.bab-el-louk.org/).

Adeline Pierrat est géographe rattachée à l’Université du Mans et s’intéresse au recyclage des déchets dans les villes d’Afrique (Dakar, Addis Abeba, Antananarivo, Brazzaville). Elle est également responsable de projets en lien avec la gestion des déchets solides au sein de l’ONG Gret.

Mélanie Rateau est géographe-aménageur. Elle est actuellement doctorante à l’Université de Paris-Est (LATTS) où elle travaille sur les services urbains dans les pays du Sud et sur l’accès à l’électricité en Afrique. Elle a participé au projet ORVA2D « Organisation de la valorisation des déchets dans les Pays en Développement » de l’Université du Mans, financé par l’AFD.

Mikaëla Le Meur est anthropologue, doctorante à l’Université libre de Bruxelles et titulaire d’un mandat d’aspirant au FNRS. Elle travaille sur la question des déchets plastiques et des filières globalisées du recyclage à partir du Vietnam. Elle est co-autrice de l’exposition « Matières plastiques : des vies sauvages » éditée par l’Institut de Recherche pour le Développement (2018).