Une intenable bureaucratie de la rue : les travailleurs sociaux face aux débordements des marchés informels, un article de Virginie Milliot

Une intenable bureaucratie de la rue : les travailleurs sociaux face aux débordements des marchés informels, un article de Virginie Milliot, dans la REVUE DE LA SOCIETE SUISSE D’ETHNOLOGIE, TSANTSA 21 / 2016

Résumé : Depuis l’automne 2009, un « carré des biffins » a été ouvert Porte Montmartre dans le 18e arrondissement de Paris. Ce dispositif est une réponse institutionnelle à la mobilisation de vendeurs de rue soutenus par des habitants et des militants, pour l’obtention d’un espace de vente légalisé. Cet espace expérimental, encadré par des travailleurs sociaux, légalise trois jours par semaine la vente d’objets issus de la récupération pour quelque centaines de vendeurs. Dans cet article nous proposons d’analyser la mise en pratique de ce dispositif qui a pris la forme d’une sorte de bureaucratie de la rue. Après une présentation des mondes pluriels du marché informel, nous questionnerons les réticences politiques à la légalisation de ce commerce de rue  et ce que révèle la peur du capitaliste aux pieds nus. Nous exposerons ensuite les difficultés que les travailleurs sociaux ont expérimentées en tenant ce guichet avancé au cœur de mondes qui s’étaient préalablement développés en dehors de tout cadre institutionnel. Nous analyserons comment cette expérience a amené les travailleurs sociaux à remettre en question leur mission d’insertion et de socialisation. Pour finir, nous questionnerons le sens de ces simulacres institutionnels qui sont publiquement présentés et justifiés en des termes auxquels personne ne croit, qui relèvent pour les acteurs mêmes d’une fiction politique.

Mots clefs : marché informel, expérimentation sociale, ethnographie des politiques publiques, empowerment.

Accès à la totalité de l’article