La valeur et l’usage dans une mine électronique de Nairobi

Un article de Rémi Reboux publié dans Mambo,, le Carnet d’hypothèses de l’IFRA de Nairobi

“Juste à l’extérieur du centre-ville de Nairobi, dans le quartier de Ngara, entre Ring Road Ngara et la Nairobi River, se trouve le marché de Nyayo Market. D’après les occupants, Daniel Arap Moi – deuxième président de la République du Kenya – attribua ce terrain il y a plusieurs décennies à des vendeurs de rues expropriés, donnant ainsi son surnom au nouveau marché1. En descendant Jogondo Road depuis le rondpoint où une imposante Equity Bank a donné son nom à l’arrêt de matatu, on longe d’abord un marché en dur où des vêtements sont vendus depuis la création du marché. Entouré de murs, il l’est aussi de boutiques plus informelles, en tôle et en bois, qui se font plus nombreuses lorsque l’on poursuit sur Jogondo Road et que la route bifurque. Les soundsystem y côtoient sacs à dos, WC et autres chauffe-eau de salle de bain. Sur la gauche, en contrebas, et jusqu’à la Nairobi River, des chemins de terre étroits se perdent ensuite dans le Nyayo Market de la technologie. Sur les étals et dans les ateliers, tout type d’appareils, d’accessoires et de pièces détachées ; peu de produits neufs et beaucoup d’anciens : c’est un des principaux marchés de « déchets » électriques et électroniques de la ville, où se donnent à voir une partie des objets extraits de la « mine urbaine » qu’est Nairobi. (…)”

Publié le 12/07/2918, dans Mambo, le Carnet d’hypothèses de l’IFRA de Nairobi

Lire la suite…