Exposition Les travailleurs invisibles du service de propreté urbaine de la ville de Mexico

Le 25 septembre 2018,  a été inaugurée au Musée de la Mémoire et de la Tolérance de la ville de Mexico l’exposition Trabajadores invisibles dentro del servicio de limpia de la Ciudad de México (Travailleurs invisibles du service de propreté de la ville de Mexico). Cette exposition photographique révèle les conditions de travail précaires dans lesquelles œuvrent les bénévoles du service de propreté urbaine de la capitale du pays.

L’exposition a été réalisée dans le cadre  du projet Ciudades Focales porté par l’ONG international WIEGO (Women in Informal Employment: Globalizing and Organizing) à Mexico, en collaboration avec le photographe indépendant Dean Saffron et grâce à l’appui de la Fondation Hewlett et de la Fondation Ford.

À Mexico on compte  au moins 10 000 travailleurs « volontaires » dans le service public de propreté urbaine, qui subsistent grâce au recyclage informel et sans être reconnus comme tels. Le secrétariat de l’Environnement de la ville de Mexico a estimé que, grâce au travail de ces personnes, 1 700 tonnes de matériaux sont récupérées tous les jours. Leur travail contribue également à générer des économies pour la ville en termes de coût de gestion  dans le domaine du transport et de l’élimination finale des déchets. Ceci, sans prendre en compte les économies en termes de main d’œuvre, d’équipements, d’outils et de formation que le gouvernement de la ville  a pu réaliser  en ne reconnaissant pas formellement comme employés ces volontaires du service de propreté. En retour de leur travail,  ces personnes reçoivent des pourboires des habitants lorsqu’ils collectent leurs poubelles et gagnent leur journée en vendant les matériaux recyclables. Leurs conditions de travail sont précaires et comportent des risques importants :  ils n’ont pas de sécurité sociale ou d’emploi et se heurtent à des obstacles pour s’organiser librement. Les individus  qui exercent cette profession dans une situation d’emploi informel courent aussi le risque d’être déplacés par les intérêts économiques des entreprises de propreté  et de recyclage, et par des technologies telles que l’incinération des déchets et / ou la mise en place de conteneurs  fermés ou enterrés. En 2016, la Commission des droits de l’homme du District Fédéral (CDHDF) a publié la Recommandation n. 07/2016 dans laquelle elle appelait à mettre en place des conditions de travail décentes pour les travailleurs qui exercent ces activités et un système inclusif qui valoriserait davantage le travail des volontaires et le recyclage au-dessus de l’enfouissement des déchets. Malgré  les déclarations du maire de la capitale qui a annoncé la volonté d’embaucher  ces 10 000 travailleurs volontaires, le gouvernement de la  ville a également annoncé la construction de l’usine d’incinération la plus  grande d’Amérique latine, l’usine El Sarape, projet qui sera à charge de la société française Veolia, en maintenant une grande incertitude sur le destin de ces travailleurs.

Les travailleurs invisibles du service de propreté urbaine de la ville de Mexico, Museo de Memoria y Tolerancia de la Ciudad de México (Avenida Juárez Núm. 8, Colonia Centro), jusqu’au 25 octobre 2018.

Proyecto Ciudades Focales, Tania Espinosa, Coordinadora por WIEGO México.

Pour en savoir plus http://www.wiego.org/sites/default/files/publications/files/WIEGO_Booklet_CDMX_A4_Horizontal_FINAL_ES.pdf