“Obsolescences. Philosophie des techniques et histoire économique à l’épreuve de la réduction de la durée de vie des objets”, soutenance de thèse de Jeanne Guien, le 4 avril 2019

Thèse de doctorat en philosophie dirigée par Bernadette Bensaude-Vincent, soutenue publiquement , en Sorbonne, à 9h30, salle Jean-Baptiste Duroselle (entrée par la rue Cujas).

Merci de contacter et prévenir de votre présence à la soutenance : jeanne.guien@gmail.com

Résumé : La notion d’obsolescence met en jeu notre rapport aux objets et à l’action, nos représentations de l’histoire et du temps. Elle questionne le devenir des techniques, la négativité à l’œuvre dans l’histoire des pratiques. C’est une notion controversée, dont les enjeux sociaux, économiques et écologiques font débat. La controverse actuelle, focalisée sur la notion d’ « obsolescence programmée », tend cependant à réduire l’obsolescence à une pratique dissimulée, sur la base de discours postulant toute sorte de déterminismes historiques. Cette thèse propose d’élargir la réflexion à l’ensemble des produits éphémères et des notions qui les désignent, afin d’étudier l’histoire de leur mise en marché et en discours. Par une enquête historique et philosophique, on montre que la réduction de la durée de vie des objets est depuis deux siècles une pratique courante qui a fait l’objet de théorisations publiques, tantôt critiques, tantôt apologétiques, en Europe et aux Etats-Unis. L’obsolescence, mise en récit, est traitée tantôt comme une conséquence de l’activité humaine, tantôt comme une loi de l’économie, de la nature ou de l’histoire. Critiquant cette approche, comme celle qui réduit l’obsolescence à un vice caché, cette thèse étudie des objets officiellement conçus, vendus et achetés pour leur durée de vie limitée — les produits jetables — et montre comment la jetabilité a été construite comme une propriété distinctive et valorisante de produits fort divers, et fort utilisés. A partir du cas du gobelet jetable, on analyse la réduction de la durée de vie des objets comme limitation de leur présence au monde, occultation de leur réalité économique, matérielle et environnementale.

Jury : Bernadette Bensaude-Vincent (directrice), professeure émérite, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’Etude des COnnaissances et des PRAtiques.

Sophie Dubuisson-Quellier (examinatrice), directrice de recherche CNRS, Centre de Sociologie des Organisations.

Fabrice Flipo (rapporteur) professeur, Laboratoire du changement social et politique, Université Paris Diderot.

Cyrille Harpet (rapporteur), professeur, Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique.

Céline Rosselin-Bareille (examinatrice), maîtresse de conférences, Université