Post-doc : “Optimisation de la collecte des déchets post-ouragan”

Dans le cadre du projet ANR DEPOS, un post doc est proposé sur l’ « Optimisation de la collecte des déchets post-ouragan » avec une application sur les Antilles Françaises.
Ce post doc d’un an aura lieu à l’IFSTTAR (Marne la Vallée) et travaillera avec Anne Ruas (IFSTTAR-UGE) et Serge Lhomme (UPEC-Lab’Urba).
Date de début souhaité : Janvier 2020.
Contact : anne.ruas@ifsttar.fr

Lire la suite…

Optimisation de la collecte des déchets post-ouragan. Application aux Antilles Françaises
POST-DOC D’UN AN DANS LE CADRE DU PROJET ANR DEPOS
Chaque fin d’été les Caraïbes sont balayées par des ouragans dont certains peuvent provoquer de nombreux décès et des dégâts importants. En septembre 2019 Dorian a ravagé une des îles des Bahamas, en septembre 2017 ce sont les îles Saint-Martin et Saint-Barthélémy des Antilles Françaises qui ont été touchées. Parmi les nombreux dégâts, les ouragans de force 5 détruisent des habitations, la végétation, emportent des véhicules et même des containers. Les dégâts sont provoqués par les coups de vent (qui peuvent dépasser les 300km/h), les inondations, mais aussi par les percussions des objets emportés par les vents puis par la dégradation des mobiliers et équipements à l’intérieur des maisons dont les fenêtres ou le toit ont été emportés. Les déchets post-catastrophes sont générés sur le moment de l’ouragan mais aussi dans les mois qui suivent lors de la reconstruction des habitations détruites.
Dans le cadre du projet ANR DEPOS, nous avons analysé grâce à de nombreuses sources – dont des enquêtes de terrain et des données d’endommagement des bâtiments post-Irma – le cycle de vie des déchets post Irma sur l’île de Saint Martin. Apres l’ouragan, les habitants, parfois aidés par des militaires, ont déposé les déchets au pied de leur maison ou dans la rue dans des aires de dépose spontanées. Puis la collectivité a choisi des zones de transit où les déchets contenus dans les aires de dépose furent acheminés par des véhicules (dans le cas d’Irma de l’armée et des entreprises du BTP). Pour Irma cette étape a duré une quinzaine de jours. Enfin et après contractualisation des déchets ont été conduits par des entreprises du BTP des zones de transit vers la décharge pendant 2 mois. Des déchets ont continué à être produits pendant environ 1 an et demi en raison des reconstructions et des changements progressifs des mobiliers et appareils électroniques endommagés qu’il a également fallu remplacer. Au total, les études faites dans le cadre du projet Depos évaluent la volumétrie des déchets générés à environ 400 000m3 pendant deux ans sur la partie française de l’île de Saint Martin.
Le projet Depos a donc pour objectif de proposer des solutions pour réduire les coûts et la durée de collecte des déchets pour de futurs ouragans. Dans le processus de collecte des déchets, le choix du nombre, de la localisation et des caractéristiques des zones de transit est essentiel. Une mauvaise localisation provoque de forts coûts de transport. Par ailleurs, l’espace utilisé par ces zones est indisponible pendant la durée de la collecte, et parfois après lorsque la zone a été endommagée comme ce fut le cas pour un terrain de foot à Saint-Martin rendu impraticable de nombreux mois après la fin de la collecte des déchets. De plus, la taille de la zone est importante : en effet si le terrain est assez grand, il est alors possible de trier les déchets avant de les envoyer à la décharge.
L’objectif de ce post doc d’un an est de proposer une optimisation de la collecte de déchets pour différents ouragans. La méthode d’optimisation sera mise au point sur l’île de Saint-Martin puis testée et améliorée sur les îles de la Martinique et de la Guadeloupe. La première étape est de simuler des aires de dépose et une volumétrie associée en fonction des caractéristiques du territoire. A partir de là, le but sera d’optimiser le nombre et la localisation des zones de transit en fonction d’espaces disponibles sur chaque île. L’optimisation reposera sur une optimisation des coûts de transport en s’appuyant sur le réseau routier. Elle intégrera également des points de destination qui peuvent varier selon les espaces concernés. Les scenarios seront caractérisés afin de permettre une comparaison et un choix. Les données utilisées seront les données topographiques de l’IGN et l’application sera implémentée sur les logiciels QGIS et POSTGIS pour faciliter la portabilité des solutions.
Compétences : SIG (QGIS), Base de données (POSTGIS), Programmation, Optimisation.
Localisation : IFSTTAR – Encadrement : Anne Ruas (IFSTTAR/UGE) et Serge Lhomme (UPEC)
Démarrage : début 2020. Contact : anne.ruas@ifsttar.fr