Les zabbâlîn, un objet surétudié ? Une livraison de la revue Égypte/Monde arabe (n° 19, 2019)

« Les chiffonniers du Caire, ou zabbâlîn en arabe, fascinent les chercheurs et journalistes depuis plusieurs décennies. Ces communautés vivant de la collecte des déchets, de leur recyclage et de l’élevage de porcs nourris par les restes organiques, se situent en effet à la croisée de nombreuses problématiques fondamentales liées à la capitale égyptienne ou à des questions environnementales : en effet, ils sont souvent perçus par les organisations internationales comme un facteur positif, car on leur prête un très important taux de recyclage des matériaux collectés. Leur situation souligne les failles d’un État qui ne s’est avéré capable ni de gérer les enjeux associés à la question des ordures ménagères, ni d’intégrer pleinement cette population stigmatisée. Ce numéro d’Égypte Monde Arabe rassemble des réflexions issues de différents horizons professionnels (chercheurs, journalistes, associatifs) portant sur les divers aspects touchant à la vie et l’activité des zabbâlîn, tout en intégrant une analyse critique et réflexive sur la surétude dont ils font l’objet. »

Accéder à la revue