Kasia Ozga, artiste et sculptrice des restes, rejoint le réseau SUD

« Mon travail commence et se termine par le corps humain. Nos restes (ce que nous rejetons et laissons derrière nous, sous forme de déchets, de gaspillage, de souvenirs, etc.) nous recentrent et nous relient à la terre. Je m’interroge sur la provenance des éléments présents dans notre vie et sur leur devenir une fois utilisés. En représentant et en réanimant des vestiges, j’explore le potentiel des matériaux pour poser des questions et évoquer des relations plus larges avec l’environnent.J’aborde les produits de notre culture comme des restes physiques de notre corps et j’explore la façon dont nous générons des objets comme extensions physiques de nous-mêmes. À travers des formes, des matériaux et des processus créés par l’homme, j’étends, inhibe et modifie des éléments du corps humain. Je réutilise, revalorise et recycle des matériaux ordinaires, standardisés et produits en série pour créer des objets uniques à valeur ajoutée afin d’inverser les associations que nous établissons avec différents types de déchets. Mes matières premières sont des produits manufacturés qui ont un historique d’usage et un cycle de vie particuliers. Qu’il s’agisse de biens industriels altérés dans un cube blanc ou d’interventions surréalistes dans des espaces publics, mon travail scrute les limites de la fonctionnalité et de la valeur.Je donne une dimension humaine aux sites physiques par la mise en avant de leurs aspects historiques / narratifs et j’insère des caractéristiques humaines à des produits stériles par le découpage, la cassure, le collage, la sculpture pour faire apparaître leur “humanité”. Ces œuvres sont à la fois objets physiques et espaces conceptuels. À partir du travail physique et des limites de mon propre corps, j’interroge celui des autres, leur présence et leur absence dans les discours politiques et culturels. J’explore le potentiel anatomique du corps féminin en tant que métaphore matérielle de nos actions et demande au spectateur : la situation actuelle est-elle figée, inéluctable ? Comment le changement émerge-t-il ? »

Née en Pologne, l’artiste Kasia Ozga a grandi aux États-Unis et vit en France depuis 2006. Elle s’exprime par la sculpture, l’art environnemental et l’installation sur divers supports. Professeure à École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne jusqu’en 2018, K. Ozga a reçu plusieurs bourses de la Fondation Kosciuszko, de la Fondation des États-Unis en France et de l’Institut de France. Par ailleurs, son travail a notamment été récompensé par l’Aide individuelle à la Création de la DRAC Bretagne, plusieurs ministère de la Culture polonais, de la Fondation Jerome aux Etats-Unis, de la Casa de Velázquez (recherche) et de la Fondation Européenne pour la Culture (recherche et développement dans l’espace public). Entre des résidences d’artiste en Pologne, en France et au sein des Pépinières européennes pour jeunes artistes, K. Ozga a également exposé dans de nombreux lieux aux Etats-Unis et dans une dizaine de pays européens. Diplômée de l’Académie des Beaux Arts de Cracovie, des Beaux-Arts de Boston, et de l’Université Paris VIII, elle est titulaire d’un doctorat intitulé La Sculpture publique aujourd’hui, entre objet et événement : Expérimenter le temps | Activer l’espace soutenu en 2013.

Visiter son site et voir ses oeuvres

Lire l’entretien consacré à son travail sur l’aluminium et l’extraction de la bauxite

 

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search