« Rouvrir la boîte noire de la gestion politique des déchets. » visio-conférence le mardi 17 novembre 2020 de 16h à 18h.

Dans le cadre du séminaire « Luttes contre les surproductions et les surconsommations » (argumentaire du séminaire et programme ci-dessous), nous accueillerons Steve Joncoux (Chercheur post-doctoral à l’université du Québec à Rimouski, Chargé de projets au Living Lab en innovation ouverte de Rivière-du-loup (Québec) pour une présentation intitulée « Rouvrir la boîte noire de la gestion politique des déchets. » Cette séance aura lieu en visio-conférence le mardi 17 novembre 2020 de 16h à 18h

Résumé : Le problème des déchets reste encore largement perçu comme une question essentiellement technique, prise en charge par des experts et associée à des gestes individuels se résumant à trier et jeter. L’histoire et l’anthropologie ont pourtant bien montré que les déchets sont des objets éminemment sociaux et politiques (Barles, 2004; Douglas, 1971). Bruno Latour (2007) nous rappelle que cette approche gestionnaire et technocratique est une conception politique à part entière. Plus encore, il permet de replacer cette façon de traiter politiquement un problème dans des trajectoires politiques par lesquelles un objet peut passer par différentes phases – allant de l’émergence d’une nouvelle entité dans le collectif et son accession à la vie publique à l’oubli par la routinisation administrative de sa prise en charge. Comprendre la trajectoire politique des déchets a le double intérêt de relativiser leur traitement politique actuel et de rouvrir l’espace des possibles. En effet, nous verrons que le « format » (Barbier & Lupton, 2003) par lequel ils accèdent à la vie publique conditionne la façon de poser le problème qui justifie leur prise en charge et donc l’espace des solutions.

À la suite de Myra Hird et ses collègues (2014), il s’agit ici de mobiliser la grille de lecture latourienne pour retracer la trajectoire politique des déchets. À partir de deux cas d’études, sur les eaux usées et sur le mouvement zéro déchet, l’accent sera particulièrement mis sur les stratégies des acteurs pour tenter de rouvrir la boite noire de la gestion technocratique routinière pour faire émerger des approches alternatives.

Cette séance aura lieu en visio-conférence sur lifesize à l’adresse suivante : Appuyez pour rejoindre la réunion :https://call.lifesizecloud.com/6075392

Muriel Sacco (Germe-ULB) et Romain Blancaneaux (CMAP-UCL)

Argumentaire du séminaire :

Le séminaire « Luttes contre les surproduction et les surconsommations » est organisé par Muriel Sacco (Germe-ULB) et Romain Blancaneaux (CMAP- UCL) avec le soutien de la Faculté Philosophie et Sciences sociales de l’Université Libre de Bruxelles (ULB).

L’objectif de ce séminaire est d’aborder les transformations de l’action publique au prisme du débordement détritique, compris « comme l’envahissement en cours du monde par nos déchets » (Monsaingeon, 2016, 77). Ce point d’entrée permettra d’aborder plus largement des formes prises par l’action publique en vigueur en matières environnementales. Les effets dévastateurs des activités des industries capitalistes (Jarrige, Le Roux, 2017), dont sont devenus des symboles, les déchets électriques et électroniques, les denrées alimentaires gaspillées comme les résidus polluants et réfractaires au réusage (Monsaingeon, 2016c, 2016b; Guitard et al., 2019), occupent une place croissante alors que les politiques publiques environnementales continuent de se développer.

Face aux (sur)productions et (sur)consommations, comment se recompose l’action publique pour y faire face ? Le gouvernement des conduites, qui vise la responsabilisation des individus (Dubuisson-Quellier 2016) et la réglementation semblent avoir pris le pas sur des instruments d’action publique plus contraignants que sont l’interdiction ou l’intervention publique directe. Ainsi, les modes de consommation dits « alternatifs » (Dubuisson-Quellier, 2009; Guien, Ramirez, 2017) tels que les actions de réparations ou de recyclage, de récupération (Goyon, 2016; Mourad, 2012; Benelli et al., 2017) sont préconisés par les pouvoirs publics autant que par certains mouvements militants environnementaux. À côté de ces pratiques marginales, des activités commerciales et entrepreneuriales sont également promues en vue de préserver l’environnement et limiter les externalités négatives (Glémain, 2013). De la sorte, l’État et ses multiples composantes contribuent à ordonner les conduites labellisées comme « durables » (Rumpala, 2009). Pareilles transformations de l’action publique participent à teinter les modes de (sur)production et de (sur)consommation d’une dimension de transformation sociale explicite. Complémentairement, des acteurs publics soutiennent l’émergence de nouvelles sous-disciplines scientifiques (notamment issues de l’économie, comme l’« économie de la fonctionnalité », « collaborative », ou « circulaire »), qui définissent des modèles et donnent un crédit académique à la réduction de la production, de la consommation, comme porteuses de changement (Chiffoleau, 2019). Les scientifiques s’y voient investis d’un rôle supposé de contribution à la construction de formes de transitions écologiques de l’économie (Hobson, Lynch, 2016). Toutefois, les pratiques autrefois alternatives et marginales et maintenant valorisées par ces nouveaux modèles économiques comprennent le risque de renouveler des formes d’inégalités, atteignant particulièrement certains groupes sociaux comme les femmes (Guien, Hajek, Ollitrault, 2020). Éventuellement, elles peuvent être absorbées par un capitalisme “de la récupération” (Tsing, 2015), instrumentalisées par des acteurs de l’économie traditionnelle qui l’y incorporent, en les vidant de leur dimension subversive (Boltanski et Chiapello, 1999). L’évolution et les transformations des narrations qui entourent les résistances – à la (sur)production et à la (sur)consommation – s’avèrent alors importantes à considérer.

Ces nouvelles formes de l’action publique résultent parfois d’un investissement d’individus dans les organisations et institutions pour les changer de l’intérieur (Mahoney, Thelen, 2010). Des brouillages des frontières et de répertoires d’action autrefois contestataires et ceux reconnus par les pouvoirs publics sont ainsi à l’œuvre. Les cibles de ces dernières se diversifient également. Ainsi, ces transformations de l’action publique invitent à une reconceptualisation du pouvoir à partir des pratiques attentives aux flux de matières et aux relations du quotidien (Schlosberg, Coles, 2019).

 

 

Programme pour l’année académique 2020-2021 :

1- Politisation, dépolitisation : La prise en considération des formes de (sur)consommation et de (sur)production relevant moins de découverte de réalités objectives que de leur définition sous une formulation spécifique, il s’agira d’en aborder la multidimensionnalité (contextes historiques, sociaux, économiques et culturels particuliers).

 

• Steve Joncoux (Chercheur post-doctoral à l’université du Québec à Rimouski, Chargé de projets au Living Lab en innovation ouverte de Rivière-du-loup (Québec).  (visio-conférence) : 27 octobre de 16-18h.

« Rouvrir la boîte noire de la gestion politique des déchets.« 

• Eliane Brisebois (Chaire de recherche de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Québec) (visio-conférence) : 8 décembre de 16-18h.

« La lutte contre le gaspillage alimentaire au Québec: le cas de l’interface distribution au détail-consommation. »

 

Ø   2- L’action collective dans l’action publique : Tandis que l’idée d’un État en pleine capacité de contrôler les activités économiques sur son territoire est affaiblie par la mondialisation économique et productive, quelles voies prend l’action publique, portée par quels opérateurs ? Il s’agira de comprendre si et comment l’action publique se reconfigure autour de la lutte contre la (sur)production et/ou à la (sur)consommation.

 

• Marie Mourad & Alex V. Barnard (New York University (NUI), New York, États-Unis) (visio-conférence) : 2 février 2021 de 16-18h.

« From Dumpster Dives to Disco Vibes: The Shifting Shape of Food Waste Activism”.

• Isabelle Hajek (Université de Strasbourg, France), dernière semaine de février 2021 (date à préciser)

« Militer contre le gaspillage: reprendre en main sa vie, reprendre en main l’économie ?

 3- Utopies politiques : Alors que l’idéal d’un monde sans déchet rejoint une quête de perfection, le champ académique, via par exemple l’économie circulaire, offre un corp(u)s au désir d’une maîtrise technique des résidus. Il s’agira dans ce dernier axe d’aborder comment (sur)production et (sur)consommation deviennent objets d’imaginaires politiques.

 

• Baptiste Monsaingeon (Université de Reims Champagne Ardenne, France), semaine du 29 mars 2021, de 10 à 12h (date à préciser)

« Plastic matters : les déchets comme matériaux politiques.« 

• Marie Goyon (École Centrale de Lyon, France), Première semaine de mai 2021 (date à préciser)

« Ressourceries, déchetèques, réparation : dimension politiques et anthropologiques des initiatives collectives autour du déchet. »


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search