Séminaire « Luttes contre les surproductions et les surconsommations », 4 mai 2021, de 16h à 18h sur Team.

Le séminaire « Luttes contre les surproductions et les surconsommations » organisé par Muriel Sacco (Germe-Université Libre de Bruxelles) et Romain Blancaneaux (CMAP- Université Catholique de Louvain),  accueille MARIE GOYON, sociologue et anthropologue à l’École Centrale de Lyon pour une conférence intitulée « Ressourceries, déchethèques, réparation : dimension politiques et anthropologiques des initiatives collectives autour du déchet. »

Résumé de la séance : Notre relation aux déchets, et par extension aux objets, a changé. Il s’agit aujourd’hui de les trier, de les sélectionner, de les choisir « en conscience », d’arbitrer entre la production, la consommation ou la « pérennisation » de l’un plutôt que de l’autre. Cette relation, source de tensions individuelles et collectives, est aussi source de valeur sociale, voire de distinction sociale. Elle va, selon les contextes, devenir acte d’affirmation, acte « éthique », acte d’engagement ou encore « politique ». A partir de l’observation de pratiques de collecte, réparation et réusages en ressourceries, repair cafés et « tiers-lieux », nous dresserons quelques grandes lignes des dimensions politiques et anthropologiques présentes dans ces initiatives collectives formelles et informelles autour du déchet. De la « désobéissance technologique » (Oroza) à l’ «obsolescence déprogrammée » (F.O.L.), du hackeur au permaculteur, il sera question de participer à interroger les formes de la culture matérielle contemporaine, ses dynamiques d’attachements et de détachements d’avec les objets et déchets.

Argumentaire du séminaire :

L’objectif de ce séminaire est d’aborder les transformations de l’action publique au prisme du débordement détritique, compris « comme l’envahissement en cours du monde par nos déchets » (Monsaingeon, 2016, 77). Ce point d’entrée permettra d’aborder plus largement des formes prises par l’action publique en vigueur en matières environnementales. Les effets dévastateurs des activités des industries capitalistes (Jarrige, Le Roux, 2017), dont sont devenus des symboles, les déchets électriques et électroniques, les denrées alimentaires gaspillées comme les résidus polluants et réfractaires au réusage (Monsaingeon, 2016c, 2016b; Guitard et al., 2019), occupent une place croissante alors que les politiques publiques environnementales continuent de se développer.  

Face aux (sur)productions et (sur)consommations, comment se recompose l’action publique pour y faire face ? Le gouvernement des conduites, qui vise la responsabilisation des individus (Dubuisson-Quellier 2016) et la réglementation semblent avoir pris le pas sur des instruments d’action publique plus contraignants que sont l’interdiction ou l’intervention publique directe. Ainsi, les modes de consommation dits « alternatifs » (Dubuisson-Quellier, 2009; Guien, Ramirez, 2017) tels que les actions de réparations ou de recyclage, de récupération (Goyon, 2016; Mourad, 2012; Benelli et al., 2017) sont préconisés par les pouvoirs publics autant que par certains mouvements militants environnementaux. À côté de ces pratiques marginales, des activités commerciales et entrepreneuriales sont également promues en vue de préserver l’environnement et limiter les externalités négatives (Glémain, 2013). De la sorte, l’État et ses multiples composantes contribuent à ordonner les conduites labellisées comme « durables » (Rumpala, 2009). Pareilles transformations de l’action publique participent à teinter les modes de (sur)production et de (sur)consommation d’une dimension de transformation sociale explicite. Complémentairement, des acteurs publics soutiennent l’émergence de nouvelles sous-disciplines scientifiques (notamment issues de l’économie, comme l’« économie de la fonctionnalité », « collaborative », ou « circulaire »), qui définissent des modèles et donnent un crédit académique à la réduction de la production, de la consommation, comme porteuses de changement (Chiffoleau, 2019). Les scientifiques s’y voient investis d’un rôle supposé de contribution à la construction de formes de transitions écologiques de l’économie (Hobson, Lynch, 2016). Toutefois, les pratiques autrefois alternatives et marginales et maintenant valorisées par ces nouveaux modèles économiques comprennent le risque de renouveler des formes d’inégalités, atteignant particulièrement certains groupes sociaux comme les femmes (Guien, Hajek, Ollitrault, 2020). Éventuellement, elles peuvent être absorbées par un capitalisme “de la récupération” (Tsing, 2015), instrumentalisées par des acteurs de l’économie traditionnelle qui l’y incorporent, en les vidant de leur dimension subversive (Boltanski et Chiapello, 1999). L’évolution et les transformations des narrations qui entourent les résistances – à la (sur)production et à la (sur)consommation – s’avèrent alors importantes à considérer.  

Ces nouvelles formes de l’action publique résultent parfois d’un investissement d’individus dans les organisations et institutions pour les changer de l’intérieur (Mahoney, Thelen, 2010). Des brouillages des frontières et de répertoires d’action autrefois contestataires et ceux reconnus par les pouvoirs publics sont ainsi à l’œuvre. Les cibles de ces dernières se diversifient également. Ainsi, ces transformations de l’action publique invitent à une reconceptualisation du pouvoir à partir des pratiques attentives aux flux de matières et aux relations du quotidien (Schlosberg, Coles, 2019).  


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search