Infrastructures et métabolisme urbain. Luttes et enjeux politiques, Jean-Baptiste Bahers, Terrestres, revue des livres, des idées et de l’écologie

« A l’heure où la vulnérabilité des grands réseaux technico-économiques de la mondialisation a été révélée par la crise sanitaire (aéroports abandonnés, routes vides, navires en attente), les enjeux politiques autour des infrastructures doivent être renouvelés.  Jusqu’à maintenant, celles-ci sont calibrées pour une circulation paroxystique des flux et consolident un régime socioécologique, basé sur des relations de domination sur les territoires d’extraction et de rejets que l’on ignore. Selon les catégories de flux, ces infrastructures sont de l’autre côté du périphérique en proche banlieue jusqu’à l’autre bout du monde dans lieux abandonnés à la destruction. Ainsi, l’empreinte matérielle des villes ne peut pas s’envisager à la seule échelle urbaine, car l’urbanisation puise dans un hinterland (arrière-pays1 ) et le consume. Enfin, les politiques modernes de transition écologique ne parviennent pas enrayer cet engrenage de circulation matérielle, voire au contraire assiste-t-on plutôt à une consolidation du régime dominant d’une économie linéarisée, extensive et externalisée. »

Lire la suite de l’article


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search