Un reportage de Reporterre sur France Inter : les gens du voyage, relégués dans des zones polluées

Dans la chronique du mardi en partenariat avec Reporterre, le quotidien de l’écologie Alexandre-Reza Kokabi, a traité le sujet  des aires d’accueil pour les gens du voyage, qui seraient systématiquement situées dans un environnement pollué

Vous souvenez-vous de la nuit du 25 au 26 septembre 2019, quand un énorme incendie s’était déclenché dans l’usine Lubrizol, à Rouen ? C’était sidérant : dix mille tonnes de produits chimiques s’étaient répandues dans l’air, les sols et l’eau, couvrant la ville de Rouen d’une épaisse fumée noire. Et bien figurez-vous qu’en première ligne de ce sinistre, il y avait des Voyageurs. Les habitants de la petite aire d’accueil pour les gens du voyage de Petit-Quevilly. Une dizaine de familles vivent encore ici, à 400 mètres de l’usine, dans un endroit inhospitalier. Sans aucun confort, au milieu de nombreux sites Seveso. Le jour de l’incendie, les autorités les ont complètement oubliées. Ils n’ont pas été évacués ni mis à l’abri.

Le cas de l’aire d’accueil du petit Quevilly est-il isolé ? Non, loin de là. Et c’est ce que montre un inventaire réalisé par le juriste William Acker. Il a recensé, partout en France, les emplacements attribués aux Voyageurs. Il a trouvé que systématiquement, les aires sont situées dans des environnements pollués, à proximité d’usines Seveso, d’autoroutes, de déchetteries… Elles se trouvent reléguées à l’extérieur des villes, loin de tout service. Invisibles. Pour Reporterre Alexandre s’est rendu rendu sur les aires d’accueil de Tremblay-en-France et Aulnay-sous-Bois. Elles étaient situées, là encore, dans des lieux indésirables. Au pied des pistes d’un aéroport, et pas n’importe lequel : celui de Roissy Charles-de-Gaulle. Les caravanes des Voyageurs tremblent quand un avion décolle ou atterrit. Ils sont encagés entre des voies rapides et un crématorium, sous des lignes haute tension, à côté des usines. Et ça a des effets concrets sur leur santé. Beaucoup se plaignent, par exemple, de maux de tête récurrents. Certaines études disent même que les gens du voyage ont quinze ans d’espérance de vie en moins.

Comment est-ce possible, que les Voyageurs soient sans cesse assignés à des lieux pollués ? En France, le système des aires d’accueil est encadré par la loi Besson II. Elle oblige les communes de plus de 5000 habitants à prévoir un terrain aménagé pour accueillir les Voyageurs. Mais en contrepartie, elle leur permet aussi d’interdire le stationnement sur tout le reste du territoire. Résultat : les voyageurs ne peuvent pas s’échapper. Du moins, les plus précaires, qui sont coincés sur ces aires mal situées, exposées « à des polluants susceptibles de causer des maladies environnementales », comme le montre notamment la chercheuse Lise Foisneau. Jusqu’à quand cette situation va durer ? Combien de temps encore allons-nous encore accepter que des personnes vivent, respirent, durant toute leur vie les gaz des pots d’échappement, le kérosène, et les rejets des usines ?

Que peut-on faire pour lutter contre ces discriminations ? Certains voyageurs ont décidé de monter des collectifs pour faire changer les choses. Par exemple le collectif de Femmes d’Hellemmes Ronchin, près de Lille. Enfin, il faudrait une volonté politique de travailler sur la place du voyage en France, pour qu’il ne soit plus appréhendé comme un mode de vie parasitaire. Et quand un voyageur lutte pour son droit de circulation, il lutte, au fond, pour toutes les personnes qui vivent en habitat mobile léger et pour tous ceux qui veulent vivre autrement.

https://reporterre.net/Reporterre-sur-France-Inter-les-gens-du-voyage-relegues-dans-des-zones-polluees

https://reporterre.net/Les-gens-du-voyage-sont-soumis-a-une-pollution-systematique

https://reporterre.net/Il-faut-nous-sortir-de-la-les-aires-d-accueil-des-gens-du-voyage-un-enfer-sonore-et-sanitaire


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search