Masculinité des chiffonniers et disqualification des chiffonnières à Paris (1830-1880), Caroline Ibos, Travail, genre et sociétés, 2020/1 (n° 43)

« Observer la situation des hommes socialement dévalorisés permet d’interroger différemment la domination masculine, ou masculinité comprise non comme substantielle mais comme politique, à savoir comme un ordre de domination qui, distinguant les hommes des femmes, confère aux premiers une supériorité socialement légitimée. Fondée sur des sources littéraires et iconographiques hétérogènes, cette étude de la construction des chiffonniers au xixe siècle, groupe particulièrement stigmatisé, montre que la masculinité qui leur est reconnue par les élites culturelles s’inscrit dans un double rapport de pouvoir : un rapport de classe qui les assigne à des formes dégradées de masculinité et un rapport de genre qui les intègre à une commune humanité dont les chiffonnières sont implicitement exclues. Ces dernières subissent à la fois le mépris des hommes instruits et la tutelle des chiffonniers autorisés à exploiter leurs corps et chargés de les soumettre à leur loi domestique. »

Lire l’article : https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2020-1-page-31.htm?contenu=article


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search