Les bas-fonds en chair et en chiffres. Le budget leplaysien du chiffonnier Nieiri (1849), Quentin Deluermoz, Les Études Sociales, 2012

“Voici des types monstrueux, d’ignobles figures, d’abominables mœurs : la forme, le fond, le dessus, le dessous, tout est pourri chez le chiffonnier. » Les premières lignes de la « Physiologie du chiffonnier » de Louis Auguste Berthaud, parue en 1840 dans le célèbre ouvrage Les Français peints par eux-mêmes, témoignent assez de la violence des sentiments suscités par le « type social » que sont allés rencontrer les enquêteurs leplaysiens en 1849. Peu de personnages parisiens ont nourri des discours aussi intenses et contradictoires. Le chiffonnier, l’homme de la fange et des bas-fonds, nourrit tantôt l’image d’un philosophe dégagé des obligations matérielles, tantôt celle d’un bon sauvage perdu dans l’enchevêtrement des existences parisiennes, tantôt enfin, et de plus en plus dans les années 1840, celle d’un personnage inquiétant, proche des rôdeurs, englué dans la nuit putride d’un organisme urbain dont les élites commencent à se méfier”

Lire la suite : https://www.cairn.info/revue-les-etudes-sociales-2012-1-page-47.htm?try_download=1


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search