Le glanage alimentaire en milieu urbain, ou la constitution de « protections rapprochées. Martin Manoury, Tracés, revue de Sciences humaines, 2021

Résumé. “Le glanage alimentaire est ordinairement considéré comme une pratique de subsistance, associée au manque et à la faim. Cet article revient sur ce présupposé en s’intéressant au glanage des fractions inférieures des classes populaires. À partir de données issues d’une enquête ethnographique toujours en cours, nous montrons que si le glanage constitue bien une manière de se nourrir répondant à une exclusion des circuits d’approvisionnement marchand, il ne peut pourtant s’y résumer. Par une approche interactionnelle, nous étudions d’abord comment cette pratique parvient, dans certains cas, à rendre visible la constitution de protections rapprochées, reposant sur des valeurs morales de réciprocité et de solidarité. Dans un second temps, cet article adopte une approche dispositionnelle, en analysant la genèse des dispositions économiques non marchandes d’un des glaneurs. Nous montrons que celles-ci ne sont pas seulement déterminées par des situations de survie structurées par l’incertitude du lendemain, du manque et de la faim, mais qu’elles se sont constituées lors de phases de socialisation scolaire et professionnelle passées, transformant aussi bien les modalités d’action que le sens donné à la pratique.”

Accès à l’article



Citer ce billet
Bénédicte Florin (2022, 10 mai). Le glanage alimentaire en milieu urbain, ou la constitution de « protections rapprochées. Martin Manoury, Tracés, revue de Sciences humaines, 2021. SUD. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/umfo

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search