Soutenance de thèse en anthropologie sociale et ethnologie : 14/12/2022

Des vies en fripes. Une anthropologie des circulations du vêtement usagé (bâleh) au Liban.

par Emmanuelle Durand

La soutenance aura lieu le mercredi 14 décembre, à 14h, à l’EHESS en son site du 54 boulevard Raspail. Ce travail sera discuté par un jury composé de :

  • Emma Aubin-Boltanski, Directrice de recherche au CNRS, Co-directrice de thèse
  • Thierry Boissière, Maître de conférence à l’Université Lyon 2, Membre du jury
  • Armelle Choplin, Professeure à l’Université de Genève, Membre du jury
  • Delphine Mercier, Directrice de recherche au CNRS, Rapporteure
  • Franck Mermier, Directeur de recherche au CNRS, Directeur de thèse
  • Nicolas Puig, Directeur de recherche à l’IRD, Rapporteur
  • Valeria Siniscalchi, Directrice d’études à l’EHESS, Membre du jury
  • Leïla Vignal, Professeure à l’ENS, Membre du jury

Dans le cas où vous souhaiteriez y assister, et en raison de la capacité d’accueil limitée de la salle, merci de bien vouloir me tenir informée par mail (emmanuell.durand@gmail.com) afin que je vous communique le lien de connexion vous permettant d’assister à la soutenance, en visioconférence.

RésuméLa thèse s’attache à retracer les « vies sociales » libanaises du vêtement usagé (bâleh) en se concentrant sur les notions de circulations, de valeurs et de souillure. À partir de ces trois fils problématiques et en mêlant des approches ethnographique et filmique, elle entend approfondir la question des logiques politiques, sociales et morales qui sous-tendent ces pratiques économiques de travail et de consommation, afin de révéler le pouvoir agissant et la dimension signifiante du textile usagé. Par une attention portée sur ce commerce à bas coûts (et cette économie très lucrative), ce travail remonte la filière du rebut textile – depuis les échoppes beyrouthines jusqu’aux usines belges en passant par les entrepôts de Tripoli – pour rendre compte des agencements sociaux, des ordonnancements spatiaux et des régimes d’encadrement et de contournement de cette économie du déchet.

En s’intéressant à ce qui est tenu pour souillé et à travers l’analyse des circulations spatiales, sociales et symboliques de la bâleh, ce travail opère une mise en mouvement qui, des places marchandes populaires aux espaces de la sociabilité homosexuelle en passant par les zones franches portuaires, invite à se rapprocher d’une diversité d’individus. En suggérant comme poste d’observation les places marchandes de l’usagé, cette enquête met en avant un état du/des lieux qui peut être paradigmatique d’un certain nombre de contextes urbains, de plus en plus marqués par des conflits majeurs, des déplacements massifs de populations et un accroissement des inégalités socio-économiques. In fine, la thèse entend rendre intelligible ce qui se joue, à travers le textile usagé, entre l’intime et le politique, entre le moral et le social.

Mots clés : Liban ; circulation ; déchets ; travail ; valeurs ; commerce ; consommation
https://www.theses.fr/s194920



Citer ce billet
Bénédicte Florin (2022, 8 décembre). Soutenance de thèse en anthropologie sociale et ethnologie : 14/12/2022. SUD. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/umfv

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search