Faire avec pour réparer le monde ?

“Habiter la transition. Des pratiques existantes aux politiques de transition : circulations et ambiguïtés”. Atelier thématique commun aux réseaux ACDD et ReHaL

5 juin, 9h30-16h30, PARIS
LE MALTAIS ROUGE, 40 Rue de Malte, 75011 Paris, Métro République

Face aux défis du nouveau régime climatique, à la destruction massive de la biodiversité et aux dégâts économiques, culturels et sociaux causés par la mondialisation néolibérale, la critique du modèle consumériste, co-constitutif de l’essor de la société industrielle, nous appelle à transformer profondément les modes de production et modalités d’usages des objets et tout particulièrement les pratiques de mise au rebut. La prise en considération du cycle de vie à l’échelle planétaire des objets de consommation suppose de redéfinir les modalités d’utilisation et de développement d’infrastructures permettant la maintenance et la réparation de toute chose. L’impératif de sobriété, omniprésent dans la situation de crise énergétique, entend capturer cet appel au ralentissement de la consommation et à l’allègement des pressions exercées sur l’extraction des ressources fossiles et minérales et l’amoindrissement de l’accumulation de tonnes de déchets. Dans ce contexte, un nombre croissant d’acteur.rice.s souligne le besoin pressant d’une inversion des valeurs : le durable contre le jetable, la réemploi plutôt que l’abandon, la réparation contre la destruction, la robustesse plutôt que l’obsolescence, la maintenance contre l’innovation, la redirection plutôt que la transition.

Pour cette séance de l’atelier “Habiter la transition”, nous proposons d’étudier les multiples facettes de cet élan vers la durabilité, en prenant soin d’analyser les tensions que cette inversion de valeur peut provoquer. Faire durer ou réparer ne sont pas des “hyperbiens” en soi. Après une période marquée par le “développement durable”, comment questionner à la fois les possibles mais aussi les limites de la maintenance et de la réparation portés par les politiques de transition écologique ? Tout en recevant une attention nouvelle, avec l’émergence de lieux valorisés socialement, les pratiques de réparation, tri des déchets et réemploi sont aussi des pratiques anciennes : que peut-on apprendre de ce qui se joue souvent dans les marges, et comment éviter que la lumière soudaine mise sur les tiers lieux, makerspace et autres repair cafés ne produise une exclusion au carré des acteurs sociaux les plus marginaux ? Comment donner une place légitime aux savoirs situés et gestes infra ordinaires aux côtés des expertises technicistes ? Par ailleurs, le problème de l’obsolescence ne peut pas être posé uniquement du côté des consommateurs, il est activement dépendant des concepteurs : comment l’urgence de la soutenabilité redéfinit-elle les pratiques de conception et de production ? Dans quelle mesure l’appropriation par la transformation permet-elle de réinterroger le rapport aux choses et de surmonter l’opposition entre valeur marchande et valeur d’usage ? In fine, dans quelle mesure le rapport aux autres et au temps caractéristique de la plupart des “cultures de la réparation” pourrait-il participer à des modes de faire et d’habiter dont l’horizon demeure la justice environnementale et sociale ?

Pour aborder ces questions, nous accueillerons des chercheur.se.s en sociologie des sciences et des techniques, en anthropologie et en sciences du design.

Programme : https://www.reseaucritiquesdeveloppementdurable.fr/

Lien d’inscription pour la visio : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfVeueusaJeSYLZpmN1jyGQoxO50A_pMwWKQI0QdPSYiCH6Zw/viewform



Citer ce billet
Bénédicte Florin (2023, 10 mai). Faire avec pour réparer le monde ? SUD. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/umg2

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search