ABCDéchet – Agathe Menon Lévénez, École d’Architecture de Marseille, 2023

Réalisé dans le cadre d’un master en architecture à l’École nationale supérieure d’Architecture de Marseille, cet abécédaire reflète les différentes dimensions relatives aux déchets pour mieux les considérer dans la maintenance de nos villes. La réflexion de l’étudiante en appelle à un changement de paradigme pour rendre les déchets acceptables, sans qu’ils soient synonymes d’une ville sale ou nécessaires objets de marginalisation.

« La ville n’est pas un simple mécanisme physique ou une construction artificielle. Elle est impliquée dans les processus vitaux des gens qui la composent ; elle est une production de la nature, et en particulier de la nature humaine. » C’est avec cette citation de Robert Ezra Park que s’ouvre le travail de recherche d’Agathe Menon Lévénez. Ce travail a été réalisé durant le semestre d’automne 2023, moins de quatre mois pour ordonner des observations personnelles, des illustrations et des récits documentés par de la littérature grise et scientifique sur un sujet aussi prolifique…

Conçu sous la forme originale de l’abécédaire, ce mémoire étudie la place des déchets ménagers dans nos quotidiens, nos pratiques, nos villes, avec une focale particulière sur Marseille. Par un mélange entre approches théorique, spatiale et personnelle, l’abécédaire parvient à restituer, sans viser à l’exhaustivité, cette interrelation de tous les enjeux, acteurs et espaces qui concernent le déchet.

Le déchet matérialise le politique

Traiter de la question des déchets à Marseille prend tout son sens tant cette ville porte le stigmate de « ville sale ». Le déchet permet de « re-matérialiser » le politique car le déchet fait parler. Il est le reflet et au carrefour des rapports sociaux. Dans ce mémoire, douze notions sont ainsi développées et abordées sous forme d’un article thématisé. L’objectif de chacune de ces notions est de prendre conscience de la place des déchets dans nos sociétés et dans nos espaces urbains afin de mettre en lumière les différents acteurs qui manipulent, gèrent, traitent les déchets.

Parler des déchets c’est parler d’une société, d’une culture et d’une politique de l’espace urbain, c’est matérialiser la part invisible des villes. Évoquer les déchets c’est rendre compte d’une interrelation d’enjeux, en lien avec le métabolisme urbain, qui touchent différentes disciplines (la sociologie, l’urbain, l’environnement, la politique, l’économie). Pourtant, le constat est bien que cela n’est pas pris en compte dans l’élaboration des espaces publics. Souvent considérés comme sans valeur ou répugnants, les déchets viennent révéler des lieux, des délaissés urbains. D’où leur intérêt pour une architecte, qui n’ignore pas non plus que les déchets sont aussi des ressources pour des travailleurs que la ville invisibilise…

 Agathe Menon Lévénez &  Matthieu Duperrex, Enseignant-chercheur à l’ENSAM

Télécharger le mémoire en PDF



Citer ce billet
Bénédicte Florin (2024, 11 mai). ABCDéchet – Agathe Menon Lévénez, École d’Architecture de Marseille, 2023. SUD. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nrz

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search