Tous les articles par Claudia CIRELLI

Plasti-cités : Enquêtes sur les déchets et les transformations écologiques au Viêt-Nam

Thèse présentée par Mikaëla LE MEUR   pour obtenir le grade de Docteure en Sciences Politiques et Sociales le 18 janvier 2019 à l’Université Libre de Bruxelles.

Sous la direction de Pierre PETIT, LAMC – Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains

Sommes-nous entrés dans l’ère du plastique ? L’Anthropocène est-il un Plasticocène ? Les enjeux écologiques contemporains nous invitent à porter un regard critique et sensible sur les matières plastiques de synthèse qui ont progressivement investi notre vie quotidienne durant le XXème siècle. Depuis la fin des années 1980, la République Socialiste du Viêt Nam s’est ouverte au commerce international et a adopté un modèle de production et de consommation de masse. Suivre les plastiques nous permet de raconter l’histoire de ce « Renouveau » vietnamien (Đổi mới), une transformation accélérée du régime autoritaire autant que de la vie ordinaire dans les petites et grandes villes du pays. Cette thèse questionne le devenir déchet de ces matières issues de l’extraction des hydrocarbures et leur rapport avec les humains, dans un contexte d’emballement plastique. Elle est constituée d’une série de six plasti-cités, qui sont à la fois des lieux physiques – petites villes et métropoles – et des communautés politiques hybrides. Dans la cité, les humains ne sont jamais seuls. Observer les matières, les choses, les êtres, autrement dit, les non-humains, permet de réfléchir aux principes structurant la vie en commun. Ces plasti-cités sont également des écritures : elles proposent de rendre compte textuellement et plastiquement d’enquêtes de terrain menées au Viêt Nam depuis 2011. La démarche est sensible et fondée sur l’expérience. La narration qui en résulte cherche à construire un équilibre entre éthique et esthétique scientifique, depuis une perspective chiffonnière.

Lien de consultation de la thèse ici :

http:// https://fr.calameo.com/read/0055557932e3f2ddceff3?authid=7EHELYpSgu7L

Exposition Les travailleurs invisibles du service de propreté urbaine de la ville de Mexico

Le 25 septembre 2018,  a été inaugurée au Musée de la Mémoire et de la Tolérance de la ville de Mexico l’exposition Trabajadores invisibles dentro del servicio de limpia de la Ciudad de México (Travailleurs invisibles du service de propreté de la ville de Mexico). Cette exposition photographique révèle les conditions de travail précaires dans lesquelles œuvrent les bénévoles du service de propreté urbaine de la capitale du pays.

L’exposition a été réalisée dans le cadre  du projet Ciudades Focales porté par l’ONG international WIEGO (Women in Informal Employment: Globalizing and Organizing) à Mexico, en collaboration avec le photographe indépendant Dean Saffron et grâce à l’appui de la Fondation Hewlett et de la Fondation Ford.

Continuer la lecture de Exposition Les travailleurs invisibles du service de propreté urbaine de la ville de Mexico

What Happens When One Of The World’s Biggest Cities Doesn’t Recycle

Article de Dominique Mosbergen, HuffPost, 02/05/2018

In Shanghai, an army of secret recyclers has been credited with keeping mountains of trash out of the city’s landfills.
China’s massive waste problem is no secret. The country has consistently ranked as the globe’s worst ocean polluter. A 2015 report found that China was responsible for one-third of all plastic waste polluting the world’s oceans.

Pour lire l’article :  https://www.huffingtonpost.ca/entry/shanghai-informal_-recyclers_us_5a537b92e4b0efe47ebadf88

La remise en cause des services urbains en réseau, une approche par la technique. Le cas du compostage des déchets en pied d’immeuble à Paris

Le jeudi 11 octobre Elisabeth Lehec, doctorante à l’université de Paris I, au laboratoire Géographie-cités (Équipe CRIA), soutiendra une  thèse en aménagement-urbanisme, sous la direction de Sabine Barles, intitulée “La remise en cause des services urbains en réseau, une approche par la technique. Le cas du compostage des déchets en pied d’immeuble à Paris”.

Continuer la lecture de La remise en cause des services urbains en réseau, une approche par la technique. Le cas du compostage des déchets en pied d’immeuble à Paris

« Poubelles nos vies ? Mythes et réalités de l’industrie globalisée du recyclage. » Jeudi 5 juillet 2018

Lieu: Place du marché, Les Docks village, Marseille
15h-17h : Atelier-Débat – partage d’expérience.
17h30-19h30 : Projection Film Documentaire – discussion

« Depuis le 1er janvier 2018, la Chine a fermé ses frontières à l’importation de 24 types de matières
détritiques (notamment des papiers, plastiques, textiles). Depuis plusieurs décennies que le pays s’était ouvert
au commerce international, ces déchets, principalement venus des États-Unis ou d’Europe, étaient recyclés par
différents acteurs allant des fabriques familiales artisanales aux entreprises industrielles de dimension nationale.
Mais la Chine ne veut plus être « la poubelle du monde » et souhaite désormais choisir les matières qui
entreront sur son sol en fonction de leur qualité.
Cette actualité internationale révèle l’économie mondialisée du déchet et du recyclage qui s’est
progressivement structurée sur les opportunités offertes par les échanges internationaux et dont la Chine n’est
pas le seul protagoniste. Ce sont des multiples chaînes d’acteurs qui, de proche en proche, sont impliqués
dans ces échanges et ces transformations matérielles à travers le monde. Ces personnes ont construit leurs
devenirs individuels et collectifs sur des gisements de déchets qui continuent de croître : des mines d’ordures
qu’ils espèrent transformer en or.
Comment penser les enjeux socio-économiques, politiques et écologiques associés à ces circulations
matérielles ? Peut-on considérer les déchets comme des indicateurs de développement ou des
révélateurs des inégalités ? Comment comprendre et raconter les histoires des personnes impliquées
dans ces filières entremêlées : entre archétypes globalisés et destins singuliers ? Que faire des images
circulantes, des relais médiatiques et des imaginaires associés à ces pratiques du déchet ? Quelles
images et quels discours produire et à quelles fins ? »
+ Projection du documentaire « Plastic China » – Jiu Liang Wang – 2016 (82 minutes)
Nous produisons chaque jour une quantité de déchets qui disparaissent très rapidement, mais où vont-ils ? Plastic
China met en lumière le fait que tous les déchets plastiques du monde terminent en Chine. Yi-Jie, une jeune fille
non scolarisée de onze ans, travaille avec ses parents dans un atelier de recyclage. Elle souhaite plus que tout aller
à l’école. À travers les histoires de deux familles, le film dévoile comment ces déchets sont recyclés à mains nues
et comment ces familles souffrent de dommages irréversibles afin de gagner leur vie.
Les débats seront animés par Mikaëla Le Meur, anthropologue, terminant des recherches de doctorat à
l’Université libre de Bruxelles sur la question des déchets plastiques et du recyclage au Vietnam et coadministratrice
du Tamis, et par Jérémie Cavé, consultant-chercheur indépendant en écologie urbaine,
enseignant à Sciences Po Toulouse et auteur de l’ouvrage La Ruée vers l’Ordure.

Organisateurs:

Prospective Coopération – Laboratoire d’idées

Association Le Tamis

 

L’atelier est accueilli aux Docks par l’exposition
photographique « La Mise en Image du
Rebut. Matières, corp(u)s et pratiques autour des
déchets », présentée sur la place du marché du 3 au
17 juillet 2018 par le réseau Sociétés Urbaines et
Déchets et l’Agence Française de Développement.

 

https://www.plasticchina.org/

 

Mourir des ordures à Maputo

De Raffaele Masto – Goodmorning Africa NEWS
19/02/2018
(traduit par Claudia Cirelli pour SUD)

Une hécatombe récurrente, cette fois-ci au Mozambique, dans le district de Hulene, à la périphérie de Maputo dans la zone de l’aéroport. Une montagne d’ordures aussi haute qu’un bâtiment s’est effondrée à cause des pluies torrentielles et a enterré au moins dix-sept personnes.
La décharge concentre tous les déchets de la capitale et constitue un immense paysage de collines et de vallées d’ordures et donne du travail à des centaines de personnes qui, chaque jour plongées dans les déchets, collectent tout ce qui peut être recyclé: fer, papier mais surtout plastique. C’est un travail qui rapporte très peu d’argent, mais pour beaucoup de gens c’est toujours mieux que rien. Ceux qui y travaillent n’ont pas les moyens de payer le coût journalier du transport et construisent donc une cabane sur place.

Ainsi, des villes dans ces amas des déchets voient le jour, cabanes misérables, à peine plus que des abris pour dormir et recommencer à ramasser les ordures à l’aube. Autour de ces bidonvilles Il y a aussi des maisons. Ce sont celles qui appartiennent à ceux qui revendent le plastique compressé, qui le transportent, qui cuisinent pour ceux qui travaillent et qui apportent de l’eau, tout moyennant des frais, bien sûr. Bref, une économie de la pauvreté qui produit périodiquement des drames comme celui de Maputo.

Cela se passe à Kinshasa, à Lagos, à Luanda. La décharge de Hulene était saturée. Les déchets de deux millions d’habitants de Maputo en a fait un monstre avec des montagnes d’ordures hautes comme un bâtiment de rois étages. En principe la formation de bidonvilles est interdite dans les décharges, mais les autorités les tolèrent. A Hulene s’est passé comme cela. Sous les ordures il y aura certainement plus de victimes que celles déclarées officiellement. Personne ne le sait et personne ne recense qui travaille dans ces lieux.

Morire di spazzatura a Maputo

Quelle recherche-action dans le secteur de la récupération des déchets? Jeudi 7 décembre 2017 ATELIER DVO (EHESS)

Atelier Deuxième vie des objets, EHESS,  PARIS

La séance aura lieu le jeudi 7 décembre (9h30 – 12h30) – salle AS1_24

Interventions de :

Hugues BAZIN, chercheur indépendant en sciences sociales , animateur du Laboratoire d’Innovation Sociale par la Recherche-Action, chercheur associé à la MSH Paris-Nord et à l’INJEP, « L’économie populaire des récupérateurs vendeurs. Support d’intégration ou alternative socioéconomique ? »

Delphine CORTEEL, Maître de conférences, Laboratoire REGARDS – Université de Reims Champagne-Ardenne, « Enquêter sur le faire, faire avec et se faire embarquer. Récit d’une enquête dans une association du secteur de la réduction des déchets »

Entrée libre
Adresse : EHESS-PARIS, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris

COLLOQUE INTERNATIONAL SCIENCES, SAVOIRS ET PRATIQUES DES DÉCHETS 23-24 NOVEMBRE 2017 INSTITUT DES AMÉRIQUES, PARIS, 60 boulevard du lycée, Vanves 921702

Ce colloque s’intéresse aux déchets comme objets de sciences, de savoirs et de pratiques. En proposant un dialogue entre chercheurs et acteurs français et des Amériques, il interrogera les modalités de construction de la connaissance portant sur les systèmes d’organisation et de représentation des déchets dans les mondes européens et américains. Ce projet cherche notamment à savoir si l’on peut qualifier de « tournant épistémologique » l’intérêt que les sciences sociales manifestent pour les déchets comme objet de recherche mais aussi comme défi pour l’organisation des territoires.

Continuer la lecture de COLLOQUE INTERNATIONAL SCIENCES, SAVOIRS ET PRATIQUES DES DÉCHETS 23-24 NOVEMBRE 2017 INSTITUT DES AMÉRIQUES, PARIS, 60 boulevard du lycée, Vanves 921702

N.U. – Nettezza Urbana – (Propreté Urbaine) Michelangelo Antonioni, 1948

(Archivio Storico Luce)

La journée de travail des agents de la propreté urbaine de la ville de Rome est l’occasion pour Michelangelo Antonioni de raconter une ville où cohabitent les individus, les vies et les attitudes les plus opposés. La force des images est telle que la voix off, typique des documentaires de cette époque, disparaît après très peu de temps. Michelangelo Antonioni n’est pas du tout intéressé par les beautés séculaires de la ville mais plutôt par les vies des déshérités, des “gens de peu”, un clochard recroquevillé dans des journaux semble être plus intéressant pour sa caméra que l’escalier historique de la célèbre Place d’Espagne. Toutefois l’environnement urbain est aussi protagoniste de ce court métrage : Antonioni brosse un tableau très réaliste de Rome à la sortie de la guerre.
Frappante est la similitude des activités, des outils et des gestes de ces travailleurs de la propreté avec ceux des récupérateurs urbains d’aujourd’hui. Mais l’image de ces travailleurs que Michelangelo Antonioni offre au spectateur n’est pas purement professionnelle, elle est aussi faite d’actions ordinaires et moments intimes.
Un regard sur l’époque et sur ces figures urbaines absolument original et inédit pour le sujet traité et pour la façon dans laquelle il est raconté.

Terra Mia, un documentaire de Andrea Ruberto

Terra mia (Ma terre) est un film documentaire d’Andrea Ruberto – réalisateur, journaliste et photographe italien -, présenté en avril 2017 au Maroc, lors de la Conférence internationale sur la gouvernance des déchets municipaux, tenue à Rabat. Andrea Ruberto signe avec Terra mia son premier court métrage qui traite des effets dramatiques de la gestion criminelle des déchets dans la « terra dei fuochi » (terre des feux) en Campanie, dans le sud de l’Italie. Il s’agit d’un territoire d’environ 120 hectares situé entre les provinces de Caserte et Naples, tristement célèbre pour avoir été le théâtre pendant environ vingt années d’opérations illégales d’enfouissement et de combustion de déchets, notamment industriels, provenant de différentes régions d’Italie et d’Europe. L’expression « terra dei fuochi » rendue célèbre par Roberto Saviano dans son ouvrage « Gomorra » fait référence précisément aux incendies sauvages produits pour éliminer les déchets déversés illégalement. Les trafics et les déversements illicites de déchets mis en œuvre par un clan local de l’organisation criminelle Camorra ont produit un désastre sanitaire et environnemental de proportions inouïes.

Grâce à la parole de différents personnages, le documentaire enquête les impacts sur l’environnement et la santé de ces activités criminelles. Lucia De Cicco, une fervente militante environnementaliste de l’association E.C.O., raconte la lutte pour protéger le territoire, en remémorant le jour dramatique où, suite à un accident, elle a été gravement brulée lorsqu’elle protestait avec d’autres militants à proximité du site de stockage de Taverna del Re, le site où sont entreposées les « écoballes”, (les ballots de déchets prévus pour l’incinération). La journaliste Cristina Liguori conduit le réalisateur au cœur de cette catastrophe environnementale en parcourant les rues périphériques pavées d’amiante et de déchets de tout type qui, malgré les interventions des autorités, continuent d’être utilisées comme des décharges sauvages. Enzo Tosti, membre du comité “réseau de citoyenneté et communauté”, l’accompagne à la découverte d’une ex-usine devenue le lieu de déversement illégal de déchets textiles et d’autres substances qui sont brulés clandestinement libérant des dioxines qui retombent sur les champs agricoles adjacents en les contaminant. Le responsable de l’environnement de la région, Fulvio Bonavitacola, analyse les possibles causes de l’incendie récemment éclaté à Taverna del Re dont les causes ne sont pas encore élucidées. Antonio Giordano, oncologue et professeur à l’Université de Philadelphie, illustre les effets de la pollution sur la santé et le lien entre substances toxiques présentes sur la « terra dei fuochi » et une hausse des maladies cancéreuses dans la population locale. Enfin, avec Mario De Biase, commissaire extraordinaire des opérations de décontamination du centre de stockage Resit, on explore cette ex-décharge, le seul site où des opérations de mise en sécurité sont actuellement réalisées, et plus généralement le problème de la pollution. Le documentaire met l’accent sur la très urgente nécessité de décontaminer toute l’aire et sur un appel alla terre mère, victime innocente de la main de l’homme.

Le documentaire a été réalisé en partenariat avec l’Institut universitaire de la Recherche Scientifique de l’Université Mohamed V de Rabat (Maroc), le laboratoire de Recherche en Développement Territorial, Énergétique et Environnemental (RDT2E) de la Faculté polydisciplinaire de Khouribga (Maroc), l’association pour la recherche Action migration, environnement et développement (ARAMED). Durée 14 minutes.

Andrea Ruberto réalisateur, journaliste et photographe

Contact : andrearubertoph@gmail.com

Fonction : Andrea Ruberto est journaliste et photographe, a travaillé sur le thème des migrants et des déchets. Il collabore régulièrement  avec le quotidien  “Il Mattino” de Naples. Il a travaillé comme assistant réalisateur pour le documentaire-film sur les migrants “Un consiglio di Dio” di S. Dionisio. Il est également vidéo reporter et vidéo maker free lance.

Discipline : journalisme, droit (faculté de Droit de l’université Federico II, Naples)

Pays étudiés : Italie

Villes étudiées : agglomération urbaine de Naples

Publications : Terra mia, documentaire, 14 minutes, réalisé en partenariat avec l’Institut universitaire de la Recherche Scientifique de l’université Mohamed V de Rabat, le laboratoire de Recherche en Développement Territorial, Énergétique et Environnemental (RDT2E) de la Faculté polydisciplinaire de Khouribga (Maroc), l’association pour la recherche Action migration, environnement et développement (ARAMED).

 

Colloque international Sciences, savoirs et pratiques des déchets. Dialogue entre mondes européens et américains. 23 et 24 novembre 2017, Institut des Amériques (IdA), Paris

Ce colloque s’intéresse aux déchets comme objets de sciences, de savoirs et de pratiques. En proposant un dialogue entre chercheurs et acteurs français et des Amériques, il interrogera les modalités de construction de la connaissance portant sur les systèmes d’organisation et de représentation des déchets dans les mondes européens et américains. Ce projet cherche notamment à savoir si l’on peut qualifier de « tournant épistémologique » l’intérêt que les sciences sociales manifestent pour les déchets comme objet de recherche mais aussi comme défi pour l’organisation des territoires.

Continuer la lecture de Colloque international Sciences, savoirs et pratiques des déchets. Dialogue entre mondes européens et américains. 23 et 24 novembre 2017, Institut des Amériques (IdA), Paris

7ème Conférence européenne des études africaines. Afrique urbaine-Africains urbains : Des nouvelles rencontres du rural et de l’urbain. 29 Juin-1er Juillet 2017, University of Basel

Panel L18. Villes, espaces publics et rebuts : rencontres et confrontations rurales-urbaines

Sylvie Ayimpam, Emilie Guitard, Jacky Bouju

Ce panel sera consacré à la question des déchets, des ordures, des restes et du rebut dans l’espace public des villes en Afrique. Il propose d’analyser ce phénomène par le biais de la rencontre et de la confrontation entre le rural et l’urbain et à partir d’une analyse des formes variées d’occupation et des usages conflictuels des espaces publics par des activités privées et par l’accumulation des rebuts et des dépotoirs d’ordures.

Dans les villes africaines, les usages divers des espaces publics permettent l’observation privilégiée de la rencontre-confrontation entre le rural et l’urbain. Ce panel propose d’interroger cette rencontre-confrontation sous divers aspects, à partir d’une analyse des formes variées d’occupation et des usages conflictuels des espaces publics par des activités privées salissante, l’accumulation des rebuts et la prolifération des dépotoirs. La question du « rebut », englobe ici la thématique des « déchets domestiques », des « ordures » et des « eaux usées », ainsi que les objets qu’on abandonne ou qu’on peut réutiliser. L’analyse de leur accumulation, de leur évacuation, de leur transformation, de leur recyclage et de leur valorisation peut mettre en lumière l’imbrication d’enjeux économiques, politiques, sociaux et environnementaux insoupçonnés, au cœur de la gouvernance et du « vivre-ensemble » dans les villes africaines.

On observe depuis plusieurs décennies partout en Afrique un exode rural continu, qui déverse des flux importants de migrants vers les centres urbains. Ces « néo-citadins » ont des usages de la ville et des espaces publics qui correspondent généralement à un habitus rural. Celui-ci se trouve renforcé par leur installation dans les quartiers périphériques non lotis et non équipés des infrastructures urbaines de base (assainissement, adduction d’eau et fourniture en électricité, aménagement des marchés, etc.). Ces néo-citadins développent ainsi des usages particuliers des espaces urbains habités et des espaces publics qui s’avèrent souvent en contradiction avec la loi et les usages des citadins de longue date.

Certains chercheurs se sont demandés, à juste titre, si les pratiques actuelles des espaces publics urbains en Afrique, et les conflits fréquents qui découlent de leur confrontation, n’avaient pas pour origine une contradiction entre les modes historiques d’occupation de  l’espace et la morphologie urbaine d’origine coloniale. Dans le même ordre d’idée, on peut aujourd’hui se demander si l’afflux ininterrompu de néo-citadins d’origine rurale, venus avec des conceptions et des pratiques des espaces urbains en contradiction avec la loi et les usages des citadins de longue date ne joue pas un rôle central dans les phénomènes de dégradation et de salissement visibles dans nombre de villes du continent.

Le contexte historique apparaît en effet comme un élément structurant dans la mesure où, dans de nombreuses villes africaines, l’imposition du modèle urbain colonial a engendré des espaces publics déconnectés des « traditions » urbanistiques africaines. La confrontation entre l’urbain et le rural se fait jour par exemple dans l’organisation alvéolaire des cours des villes précoloniales ou la structure topocentrique des villages en milieu rural, mais aussi dans certaines villes dans les différences d’occupation de l’espace observables entre les quartiers aménagés en damier ( ?) par les colonisateurs et les quartiers historiques préexistants à la conquête coloniale. On observe ainsi des usages de la ville liés à la présence massive de néo-citadins, de migrants ruraux, mais aussi à des conceptions « traditionnelles » de l’habitat domestique conçu pour réunir les nombreux membres d’une famille étendue. Ces éléments d’ordre historique présentent des contradictions structurelles, qui engendrent des usages conflictuels de l’espace urbain.

La précarité économique et l’analphabétisme apparaissent aussi comme des causes majeures d’influence des modèles de comportement des citadins dans les espaces citadins. Ceux qui doivent réinventer chaque jour leurs moyens de subsister adoptent parfois des comportements rebelles aux lois et indifférents aux règles de l’urbanité et du « vivre-ensemble » en ville. Nombre des usagers de la ville, qu’ils soient citadins de longue date ou néo-citadins d’origine rurale en situation d’extrême pauvreté, subsistent en pratiquant quotidiennement une multitude de micro-activités informelles dans les espaces publics urbains dont ils remodèlent l’organisation  et structurent ses usages à leur convenance (petits commerces, artisans, réparateurs, opérateurs de transport, etc.). Ces usages des espaces publics par les plus pauvres et/ou les néo-citadins sont généralement en contradiction avec leur destination fonctionnelle initiale, vouée notamment à la circulation des véhicules, des passants et des eaux : ils sont pour eux à la fois des lieux de vie, de travail, de circulation et d’échange, mais aussi d’accueil des activités salissantes et d’évacuation des déchets.

Nous aimerions recevoir des contributions sur ce thème axées notamment sur les problèmes de gouvernance urbaine et sur la question des usages des espaces publics et des incivilités qu’ils génèrent. Quels sont les modes actuels de réutilisation des rebuts par les citadins pour survivre ? Que révèle la vie et le travail dans les tas d’ordure et les décharges publiques des ressorts économiques et symboliques de la relation des citadins aux rebuts ? Comment les rebuts et les déchets participent-ils au processus empirique de délimitation des frontières entre « public » et « privé » dans l’espace public ? Quels problèmes de gouvernance urbaine révèlent l’accumulation des rebuts et la permanence des incivilités qui y sont associées ? Par quelles pratiques les citadins compensent-ils ces défaillances et régulent-ils ces incivilités ?

Ce Panel L18, “Villes, espaces publics et rebuts” sera bilingue, français et anglais. Il se situe dans une perspective interdisciplinaire et les contributions des différentes sciences sociales (science politique, sociologie, économie, histoire, anthropologie, géographie, droit) seront les bienvenues.

Pour envoyer votre proposition de communication en français ou en anglais, cliquez sur le lien ci-joint, puis cliquez sur le lien « propose a paper » en bas de page, à gauche: NomadIT Conference Suite

La date limite est fixée au 19 janvier 2017.

Mots-clés : déchets, ordures, restes, rebuts, insalubrité, espace public, informel, récupération, recyclage, assainissement, gouvernance urbaine, normes pratiques, exode rural, citadinité, incivilités, néo-citadins, urbanité.