Archives de catégorie : Actualités

Freshkills. Recycler la terre, Lucie Taïeb, Ed. Varia, 2019

“Fresh Kills : gigantesque dépotoir à ciel ouvert situé à Staten Island, resté en activité de 1948 à 2001. Au fil des ans, des montagnes d’ordures, littéralement, se sont érigées, visibles depuis l’espace. Après sa fermeture, la décharge a servi, dans l’urgence, à recueillir les restes du 11 septembre – décombres mêlés aux corps des victimes. Aujourd’hui, le site de Freshkills se transforme en un parc recyclé, le plus grand de New York, construit au-dessus des déchets enfouis. Mais qu’en est-il de la toxicité passée et à long terme d’un tel lieu? Lucie Taïeb est allée le visiter – avec, dans son bagage, Outremonde de Don DeLillo. Dans Freshkills, essai écologique empreint d’une intelligente sensibilité et au souffle poétique, l’auteure raconte son parcours, pousse la réflexion et éveille notre conscience face à ce problème monstrueux : les déchets ne disparaissent pas, ils sont simplement déplacés, hors de notre vue.    « Ce qui me frappe surtout, c’est l’enclave mentale que nous nous construisons, l’illusion d’une ville propre, d’où disparaissent comme par magie tous les déchets, toutes les salissures. […] Les lieux que nous ne voulons pas voir, les séparations mentales que nous construisons entre ici et là-bas (qui peut être juste à côté de nous), sont pléthore. […] Tandis qu’à Staten Island le chantier du grand parc récréatif naturel avance, les tonnes de déchets produits chaque jour à New York sont désormais exportées en Caroline du Sud. » ” (4ème de couverture) En savoir plus…

Repair Work Ethnographies: Revisiting Breakdown, Relocating Materiality, Ignaz Strebel Alain Bovet, Philippe Sormani (dir par.), 2019, Springler Verlag Ed.

“This multifaceted book homes in on repair as an everyday practice. Bringing together exemplary ethnographies of repair work around the world, it examines the politics of repair, its work settings and intricate networks, in and across a wide range of situations, lay and professional. The book evidences the topical relevance of situated inquiry into breakdown, repair, and maintenance for engaging with the contemporary world more broadly. Airplanes and artworks, bicycles and buildings, cars and computers, medical devices and mobile phones, as virtually any commodity, infrastructure or technical artifact, have in common their occasional breakdown, if not inbuilt obsolescence. Hence the point and purpose of closely examining how and when they are fixed.” (4ème de couv.)

“Obsolescences. Philosophie des techniques et histoire économique à l’épreuve de la réduction de la durée de vie des objets”, soutenance de thèse de Jeanne Guien, le 4 avril 2019

Thèse de doctorat en philosophie dirigée par Bernadette Bensaude-Vincent, soutenue publiquement , en Sorbonne, à 9h30, salle Jean-Baptiste Duroselle (entrée par la rue Cujas).

Merci de contacter et prévenir de votre présence à la soutenance : jeanne.guien@gmail.com

Résumé : La notion d’obsolescence met en jeu notre rapport aux objets et à l’action, nos représentations de l’histoire et du temps. Elle questionne le devenir des techniques, la négativité à l’œuvre dans l’histoire des pratiques. C’est une notion controversée, dont les enjeux sociaux, économiques et écologiques font débat. La controverse actuelle, focalisée sur la notion d’ « obsolescence programmée », tend cependant à réduire l’obsolescence à une pratique dissimulée, sur la base de discours postulant toute sorte de déterminismes historiques. Cette thèse propose d’élargir la réflexion à l’ensemble des produits éphémères et des notions qui les désignent, afin d’étudier l’histoire de leur mise en marché et en discours. Par une enquête historique et philosophique, on montre que la réduction de la durée de vie des objets est depuis deux siècles une pratique courante qui a fait l’objet de théorisations publiques, tantôt critiques, tantôt apologétiques, en Europe et aux Etats-Unis. L’obsolescence, mise en récit, est traitée tantôt comme une conséquence de l’activité humaine, tantôt comme une loi de l’économie, de la nature ou de l’histoire. Critiquant cette approche, comme celle qui réduit l’obsolescence à un vice caché, cette thèse étudie des objets officiellement conçus, vendus et achetés pour leur durée de vie limitée — les produits jetables — et montre comment la jetabilité a été construite comme une propriété distinctive et valorisante de produits fort divers, et fort utilisés. A partir du cas du gobelet jetable, on analyse la réduction de la durée de vie des objets comme limitation de leur présence au monde, occultation de leur réalité économique, matérielle et environnementale.

Jury : Bernadette Bensaude-Vincent (directrice), professeure émérite, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’Etude des COnnaissances et des PRAtiques.

Sophie Dubuisson-Quellier (examinatrice), directrice de recherche CNRS, Centre de Sociologie des Organisations.

Fabrice Flipo (rapporteur) professeur, Laboratoire du changement social et politique, Université Paris Diderot.

Cyrille Harpet (rapporteur), professeur, Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique.

Céline Rosselin-Bareille (examinatrice), maîtresse de conférences, Université

Le déchet, une nouvelle ressource à gérer en commun ? Un article d’Helen Micheaux et Franck Aggeri dans The Conversation, 22 mars 2019

“Depuis les années 1990, la mise en place du principe européen de « responsabilité élargie des producteurs » (REP) oblige ces derniers (fabricants, distributeurs, importateurs) à contribuer à la gestion de la fin de vie de certains produits mis sur le marché.

Dans la plupart des pays, les producteurs ont choisi de déléguer cette responsabilité à des organismes collectifs. En France, on les appelle « éco-organismes ». Il y a par exemple Citeo pour la filière emballage et ESR et Ecologic pour la filière des déchets électroniques. Les producteurs s’acquittent d’une contribution calculée en fonction du volume des produits proposés. (…)”

Lire la suite…

“Profession, chiffonnier” exposition photo 28 mars-12 avril, ESS’pace 15 Rue Jean-Antoine de Baïf, 75013 Paris

A l’occasion de son grand retour en France, The Gold Diggers Project a le plaisir de vous convier au vernissage le 27 mars à 19h de son exposition photo “Profession, chiffonnier”.

Au programme : projection de vidéos du projet, échanges, vernissage de l’exposition, stands de biffins (prévoyez des espèces), buffet, boissons au bar

https://www.facebook.com/events/264266031116185/

Pour en savoir plus http://ww.facebook.com/events/1012178265637537/

Plasti-cités : Enquêtes sur les déchets et les transformations écologiques au Viêt-Nam

Thèse présentée par Mikaëla LE MEUR   pour obtenir le grade de Docteure en Sciences Politiques et Sociales le 18 janvier 2019 à l’Université Libre de Bruxelles.

Sous la direction de Pierre PETIT, LAMC – Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains

Sommes-nous entrés dans l’ère du plastique ? L’Anthropocène est-il un Plasticocène ? Les enjeux écologiques contemporains nous invitent à porter un regard critique et sensible sur les matières plastiques de synthèse qui ont progressivement investi notre vie quotidienne durant le XXème siècle. Depuis la fin des années 1980, la République Socialiste du Viêt Nam s’est ouverte au commerce international et a adopté un modèle de production et de consommation de masse. Suivre les plastiques nous permet de raconter l’histoire de ce « Renouveau » vietnamien (Đổi mới), une transformation accélérée du régime autoritaire autant que de la vie ordinaire dans les petites et grandes villes du pays. Cette thèse questionne le devenir déchet de ces matières issues de l’extraction des hydrocarbures et leur rapport avec les humains, dans un contexte d’emballement plastique. Elle est constituée d’une série de six plasti-cités, qui sont à la fois des lieux physiques – petites villes et métropoles – et des communautés politiques hybrides. Dans la cité, les humains ne sont jamais seuls. Observer les matières, les choses, les êtres, autrement dit, les non-humains, permet de réfléchir aux principes structurant la vie en commun. Ces plasti-cités sont également des écritures : elles proposent de rendre compte textuellement et plastiquement d’enquêtes de terrain menées au Viêt Nam depuis 2011. La démarche est sensible et fondée sur l’expérience. La narration qui en résulte cherche à construire un équilibre entre éthique et esthétique scientifique, depuis une perspective chiffonnière.

Lien de consultation de la thèse ici :

http:// https://fr.calameo.com/read/0055557932e3f2ddceff3?authid=7EHELYpSgu7L

Exposition Les travailleurs invisibles du service de propreté urbaine de la ville de Mexico

Le 25 septembre 2018,  a été inaugurée au Musée de la Mémoire et de la Tolérance de la ville de Mexico l’exposition Trabajadores invisibles dentro del servicio de limpia de la Ciudad de México (Travailleurs invisibles du service de propreté de la ville de Mexico). Cette exposition photographique révèle les conditions de travail précaires dans lesquelles œuvrent les bénévoles du service de propreté urbaine de la capitale du pays.

L’exposition a été réalisée dans le cadre  du projet Ciudades Focales porté par l’ONG international WIEGO (Women in Informal Employment: Globalizing and Organizing) à Mexico, en collaboration avec le photographe indépendant Dean Saffron et grâce à l’appui de la Fondation Hewlett et de la Fondation Ford.

Continuer la lecture de Exposition Les travailleurs invisibles du service de propreté urbaine de la ville de Mexico

France Culture : 4 émissions sur les déchets dans Entendez-vous l’éco ?

Le 1/10 : Dans les poubelles de l’économie (1/4) : XIXème siècle : l’invention des déchets (invités : S. Barles, T. Le Roux)

Le déchet date-t-il du XIXème siècle ? Avant l’industrialisation de masse, villes et campagnes se développent en symbiose permettant aux détritus des unes de rejoindre les champs des autres. Les rues étaient peut-être sales, mais de déchet il n’était point question, tout était réutilisé.

Le 2/10 Dans les poubelles de l’économie (2/4) : Tour du monde d’une ordure (invité P. Chalmin)

Une ordure est-elle un bien comme un autre ? Les déchets sont devenus des marchandises exportées à l’échelle mondiale : si certains pays exportent leurs rebuts, d’autres importent des matières utiles à leurs industries. Qui profite de ces échanges et surtout, qui est en mesure de les réguler ?

 

What Happens When One Of The World’s Biggest Cities Doesn’t Recycle

Article de Dominique Mosbergen, HuffPost, 02/05/2018

In Shanghai, an army of secret recyclers has been credited with keeping mountains of trash out of the city’s landfills.
China’s massive waste problem is no secret. The country has consistently ranked as the globe’s worst ocean polluter. A 2015 report found that China was responsible for one-third of all plastic waste polluting the world’s oceans.

Pour lire l’article :  https://www.huffingtonpost.ca/entry/shanghai-informal_-recyclers_us_5a537b92e4b0efe47ebadf88

La remise en cause des services urbains en réseau, une approche par la technique. Le cas du compostage des déchets en pied d’immeuble à Paris

Le jeudi 11 octobre Elisabeth Lehec, doctorante à l’université de Paris I, au laboratoire Géographie-cités (Équipe CRIA), soutiendra une  thèse en aménagement-urbanisme, sous la direction de Sabine Barles, intitulée “La remise en cause des services urbains en réseau, une approche par la technique. Le cas du compostage des déchets en pied d’immeuble à Paris”.

Continuer la lecture de La remise en cause des services urbains en réseau, une approche par la technique. Le cas du compostage des déchets en pied d’immeuble à Paris

Les déchets, combien ça coûte ?

Questions de développement n°40, AFD

“L’Agence française de développement (AFD) a piloté, avec Le Mans Université, l’association Gevalor, Urbananalyse et ALBWaste, le programme de recherche ORVA2D (Organisation de la valorisation des déchets dans les villes en développement), afin de mieux comprendre le modèle économique des filières de valorisation des déchets et d’émettre des recommandations. Ce programme a porté sur six cas d’étude : Antananarivo, Bogotá, Delhi, Lima, Lomé et Surabaya.”

En savoir plus et télécharger le document…

Financement d’une thèse : valorisation de l’énergie et de déchets industriels inorganiques en Occitanie

SUD relaie l’information suivante (merci de contacter directement David Giband, Professeur des Universités, Urbanisme et aménagement du territoire, Univ. Perpignan)

“Nous sommes à la recherche d’un doctorant pour conduire une thèse financée par la région Occitane (financement acquis pour 3 ans), dont le titre est : “Ecotool, Développer un outil d’écologie industrielle et territoriale pour la valorisation de l’énergie et de déchets industriels inorganiques en Occitanie ».

Continuer la lecture de Financement d’une thèse : valorisation de l’énergie et de déchets industriels inorganiques en Occitanie