Archives de catégorie : Billets

Nouvelles géographies de la collecte, Echogéo n°49, 2019

Cette dernière livraison de la revue en ligne Echogéo propose des contributions sur les “nouvelles géographies de la collecte”, sujet qui “ touche à la fois à une analyse des maux de la société de consommation (la production massive de « déchets »), à des formes d’activité en apparence en marge du système capitaliste dominant (telle la cueillette des plantes ou des fruits sauvages), qui peuvent renvoyer à des débats sur la décroissance, sur la marginalité géographique ou sociale et dont l’étude fait l’objet de travaux nombreux actuellement, conduisant à changer notre regard sur une activité longtemps dépréciée ou méprisée” (Introduction, Jean-Louis Chaléard). Aux 10 articles proposés s’ajoutent les rubriques “Sur le métier”, “Sur “l’image” et “Sur l’écrit”, également consacrées à cette thématique. Accéder à la revue Echogéo n°49

“Obsolescences. Philosophie des techniques et histoire économique à l’épreuve de la réduction de la durée de vie des objets”, soutenance de thèse de Jeanne Guien, le 4 avril 2019

Thèse de doctorat en philosophie dirigée par Bernadette Bensaude-Vincent, soutenue publiquement , en Sorbonne, à 9h30, salle Jean-Baptiste Duroselle (entrée par la rue Cujas).

Merci de contacter et prévenir de votre présence à la soutenance : jeanne.guien@gmail.com

Résumé : La notion d’obsolescence met en jeu notre rapport aux objets et à l’action, nos représentations de l’histoire et du temps. Elle questionne le devenir des techniques, la négativité à l’œuvre dans l’histoire des pratiques. C’est une notion controversée, dont les enjeux sociaux, économiques et écologiques font débat. La controverse actuelle, focalisée sur la notion d’ « obsolescence programmée », tend cependant à réduire l’obsolescence à une pratique dissimulée, sur la base de discours postulant toute sorte de déterminismes historiques. Cette thèse propose d’élargir la réflexion à l’ensemble des produits éphémères et des notions qui les désignent, afin d’étudier l’histoire de leur mise en marché et en discours. Par une enquête historique et philosophique, on montre que la réduction de la durée de vie des objets est depuis deux siècles une pratique courante qui a fait l’objet de théorisations publiques, tantôt critiques, tantôt apologétiques, en Europe et aux Etats-Unis. L’obsolescence, mise en récit, est traitée tantôt comme une conséquence de l’activité humaine, tantôt comme une loi de l’économie, de la nature ou de l’histoire. Critiquant cette approche, comme celle qui réduit l’obsolescence à un vice caché, cette thèse étudie des objets officiellement conçus, vendus et achetés pour leur durée de vie limitée — les produits jetables — et montre comment la jetabilité a été construite comme une propriété distinctive et valorisante de produits fort divers, et fort utilisés. A partir du cas du gobelet jetable, on analyse la réduction de la durée de vie des objets comme limitation de leur présence au monde, occultation de leur réalité économique, matérielle et environnementale.

Jury : Bernadette Bensaude-Vincent (directrice), professeure émérite, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’Etude des COnnaissances et des PRAtiques.

Sophie Dubuisson-Quellier (examinatrice), directrice de recherche CNRS, Centre de Sociologie des Organisations.

Fabrice Flipo (rapporteur) professeur, Laboratoire du changement social et politique, Université Paris Diderot.

Cyrille Harpet (rapporteur), professeur, Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique.

Céline Rosselin-Bareille (examinatrice), maîtresse de conférences, Université

“Profession, chiffonnier” exposition photo 28 mars-12 avril, ESS’pace 15 Rue Jean-Antoine de Baïf, 75013 Paris

A l’occasion de son grand retour en France, The Gold Diggers Project a le plaisir de vous convier au vernissage le 27 mars à 19h de son exposition photo “Profession, chiffonnier”.

Au programme : projection de vidéos du projet, échanges, vernissage de l’exposition, stands de biffins (prévoyez des espèces), buffet, boissons au bar

https://www.facebook.com/events/264266031116185/

Pour en savoir plus http://ww.facebook.com/events/1012178265637537/

Teclopolis, un court métrage d’animation, sur nos rebuts… et la fin du monde

“De vieux magazines dansent doucement dans le vent. Une caméra super-8 rampe sur une table en bois où dentelles et vieux duvets miment la marée. Soudain, une souris, puis deux, quatre, dix… Très vite toute une civilisation émerge, et là, frénétiquement, court vers son destin trop prévisible.

Superbe animation réalisée en 2009 à Buenos Aires (Argentine) par le studio CanCanClub.”

https://image-par-image.com/courts-metrages/teclopolis/

De la poubelle au musée : Une anthropologie des restes, Octave Debary, 2019

Cet ouvrage traite de la difficulté à nous séparer des objets et de leur histoire. De la poubelle à l’usine, des marchés de vide-greniers aux puces, du théâtre d’objets au mémorial, du patrimoine au musée et à l’objet comme reste, Octave Debary cherche à interroger le pouvoir de faire autre chose des objets. Il questionne des manières de rendre compte de l’histoire. S’agit-il de dettes ? De devoirs de mémoire ? Ou d’arts du souvenir qui placent au cœur de leur pratique un art de l’oubli ?

Continuer la lecture de De la poubelle au musée : Une anthropologie des restes, Octave Debary, 2019

Exposition Les travailleurs invisibles du service de propreté urbaine de la ville de Mexico

Le 25 septembre 2018,  a été inaugurée au Musée de la Mémoire et de la Tolérance de la ville de Mexico l’exposition Trabajadores invisibles dentro del servicio de limpia de la Ciudad de México (Travailleurs invisibles du service de propreté de la ville de Mexico). Cette exposition photographique révèle les conditions de travail précaires dans lesquelles œuvrent les bénévoles du service de propreté urbaine de la capitale du pays.

L’exposition a été réalisée dans le cadre  du projet Ciudades Focales porté par l’ONG international WIEGO (Women in Informal Employment: Globalizing and Organizing) à Mexico, en collaboration avec le photographe indépendant Dean Saffron et grâce à l’appui de la Fondation Hewlett et de la Fondation Ford.

Continuer la lecture de Exposition Les travailleurs invisibles du service de propreté urbaine de la ville de Mexico

France Culture : 4 émissions sur les déchets dans Entendez-vous l’éco ?

Le 1/10 : Dans les poubelles de l’économie (1/4) : XIXème siècle : l’invention des déchets (invités : S. Barles, T. Le Roux)

Le déchet date-t-il du XIXème siècle ? Avant l’industrialisation de masse, villes et campagnes se développent en symbiose permettant aux détritus des unes de rejoindre les champs des autres. Les rues étaient peut-être sales, mais de déchet il n’était point question, tout était réutilisé.

Le 2/10 Dans les poubelles de l’économie (2/4) : Tour du monde d’une ordure (invité P. Chalmin)

Une ordure est-elle un bien comme un autre ? Les déchets sont devenus des marchandises exportées à l’échelle mondiale : si certains pays exportent leurs rebuts, d’autres importent des matières utiles à leurs industries. Qui profite de ces échanges et surtout, qui est en mesure de les réguler ?

 

What Happens When One Of The World’s Biggest Cities Doesn’t Recycle

Article de Dominique Mosbergen, HuffPost, 02/05/2018

In Shanghai, an army of secret recyclers has been credited with keeping mountains of trash out of the city’s landfills.
China’s massive waste problem is no secret. The country has consistently ranked as the globe’s worst ocean polluter. A 2015 report found that China was responsible for one-third of all plastic waste polluting the world’s oceans.

Pour lire l’article :  https://www.huffingtonpost.ca/entry/shanghai-informal_-recyclers_us_5a537b92e4b0efe47ebadf88

Vous reprendrez bien un peu de plastique ?

Un article d’Eric Beckman, The Conversation

“Depuis ses débuts, au cours et après la Seconde Guerre mondiale, l’industrie des polymères – ces molécules synthétiques à longue chaîne regroupées à tort sous le terme commun de « plastiques » – a connu une croissance rapide. En 2015, plus de 320 millions de tonnes de polymères (fibres exclues) ont ainsi été produites dans le monde.

Jusqu’à il y a cinq ans environ, les créateurs de produits élaborés à partir de polymères se souciaient peu de ce qui adviendrait de leurs produits une fois que leur cycle de vie initialement prévu serait révolu. Mais cette situation est en train d’évoluer et cette question fera l’objet d’une attention grandissante dans les années à venir….”

Lire la suite dans The Conversation

Criminalité environnementale, trafics de déchets et décharges illégales… Un article de Ray Purdy dans The Conversation

Repérer les décharges sauvages grâce aux satellites

“Plus d’un millier de décharges illégales voient le jour en Angleterre chaque année. Et ce ne sont que des chiffres officiels. En 2016, James Bevan, à la tête de l’Agence pour l’environnement britannique, qualifiait les ordures de « nouveaux stupéfiants ». Il déclarait ainsi à propos de la criminalité environnementale… Lire la suite dans The Conversation

les biffines et les biffins, des citadins exceptionnels. Plaidoyer pour la reconnaissance des biffin(e)s dans le monde (1er mai 2018)

Les biffines et les biffins : des citadins exceptionnels !

L’étymologie du mot déchet renvoie à « ce qui est jeté en bas », la chute, la disqualification, la dévaluation car le déchet, c’est la perte, ce que l’on s’empresse d’oublier aussitôt que l’on s’en est débarrassé. Le terme « déchet » donne « déchoir », « déchéance » et suggère la décomposition et la mort. Le déchet contamine celui qui le manipule et, ainsi, les biffins de la Zone de Paris ont été accusés d’avoir propagé la dernière épidémie de peste baptisée « peste des chiffonniers » en 1920… Ailleurs, le déchet corrompt tout autant ceux qui « ont à faire avec » et qui constituent des communautés exclues de la ville et de la société urbaine, des parias, des intouchables, les basses castes, ces « classes malpropres, classes dangereuses », pour reprendre l’expression de l’historien Alain Faure désignant encore et toujours les chiffonniers de Paris. Quant au lumpensammler, récupérateur de chiffons allemand, n’évoque-t-il pas indiscutablement le lumpenprolétariat, le prolétariat en haillon ? En bref, du déchet au désordre, il n’y a qu’un pas…

(…)

En ce 1er mai 2018, biffines et biffins de Paris, scavengers d’Inde, binners nord-américains, cartoneros de Buenos Aires, cadatores du Brésil,  zabbâlîn du Caire, toplaicilar d’Istanbul, bouâra de Casablanca et autres récupérateurs, exceptionnels citadins  : vous,  qui êtes encore trop souvent considérés comme « les petits, les obscurs et les sans-grades », unissez-vos forces pour faire reconnaître votre existence, votre travail, vos compétences et expériences et vos droits !

Bénédicte Florin

Lire la suite sur le site d’Amelior

Voir la version enrichie par Radia Slimani sur The Gold Digger Project

“Le pouvoir de l’image, recherches photographiques sur les déchets “, séminaire DVO

Nous vous invitons à la prochaine séance de l’Atelier “Deuxième vie des objets”, EHESS, Paris intitulée : “Le pouvoir de l’image, recherches photographiques sur les déchets ”
Jeudi 5 avril 2018 (9h30 – 12h30) – salle AS1-24

Interventions de :

Claudia CIRELLI, chargée de recherche, UMR CITERES, Université de Tours et Bénédicte FLORIN, Maître de conférences en géographie : « La mise en image du rebut : réflexions autour de la fabrication d’une exposition »

Rémi de BERCEGOL, chargé de recherche au CNRS, membre de l’UMR Prodig, « City of waste : retour sur l’itinéraire d’une exposition en Inde », vidéo-projection suivie d’un débat.

Entrée libre
Adresse : EHESS-Paris, 54 boulevard Raspail 75006 Paris

Séminaire animé par Fanny RASSAT (doctorante LADYSS, Université Diderot Paris VII), Jeanne Guien (doctorante CETCOPRA, Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Élisabeth Anstett (Chargée de recherche CNRS, IRIS), Nathalie Ortar (Chargée de recherche MEEM, LAET).

Plus d’information sur le site de DVO