Archives de catégorie : Activités du réseau

Plasti-cités : Enquêtes sur les déchets et les transformations écologiques au Viêt-Nam

Thèse présentée par Mikaëla LE MEUR   pour obtenir le grade de Docteure en Sciences Politiques et Sociales le 18 janvier 2019 à l’Université Libre de Bruxelles.

Sous la direction de Pierre PETIT, LAMC – Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains

Sommes-nous entrés dans l’ère du plastique ? L’Anthropocène est-il un Plasticocène ? Les enjeux écologiques contemporains nous invitent à porter un regard critique et sensible sur les matières plastiques de synthèse qui ont progressivement investi notre vie quotidienne durant le XXème siècle. Depuis la fin des années 1980, la République Socialiste du Viêt Nam s’est ouverte au commerce international et a adopté un modèle de production et de consommation de masse. Suivre les plastiques nous permet de raconter l’histoire de ce « Renouveau » vietnamien (Đổi mới), une transformation accélérée du régime autoritaire autant que de la vie ordinaire dans les petites et grandes villes du pays. Cette thèse questionne le devenir déchet de ces matières issues de l’extraction des hydrocarbures et leur rapport avec les humains, dans un contexte d’emballement plastique. Elle est constituée d’une série de six plasti-cités, qui sont à la fois des lieux physiques – petites villes et métropoles – et des communautés politiques hybrides. Dans la cité, les humains ne sont jamais seuls. Observer les matières, les choses, les êtres, autrement dit, les non-humains, permet de réfléchir aux principes structurant la vie en commun. Ces plasti-cités sont également des écritures : elles proposent de rendre compte textuellement et plastiquement d’enquêtes de terrain menées au Viêt Nam depuis 2011. La démarche est sensible et fondée sur l’expérience. La narration qui en résulte cherche à construire un équilibre entre éthique et esthétique scientifique, depuis une perspective chiffonnière.

Lien de consultation de la thèse ici :

http:// https://fr.calameo.com/read/0055557932e3f2ddceff3?authid=7EHELYpSgu7L

« Poubelles nos vies ? Mythes et réalités de l’industrie globalisée du recyclage. » Jeudi 5 juillet 2018

Lieu: Place du marché, Les Docks village, Marseille
15h-17h : Atelier-Débat – partage d’expérience.
17h30-19h30 : Projection Film Documentaire – discussion

« Depuis le 1er janvier 2018, la Chine a fermé ses frontières à l’importation de 24 types de matières
détritiques (notamment des papiers, plastiques, textiles). Depuis plusieurs décennies que le pays s’était ouvert
au commerce international, ces déchets, principalement venus des États-Unis ou d’Europe, étaient recyclés par
différents acteurs allant des fabriques familiales artisanales aux entreprises industrielles de dimension nationale.
Mais la Chine ne veut plus être « la poubelle du monde » et souhaite désormais choisir les matières qui
entreront sur son sol en fonction de leur qualité.
Cette actualité internationale révèle l’économie mondialisée du déchet et du recyclage qui s’est
progressivement structurée sur les opportunités offertes par les échanges internationaux et dont la Chine n’est
pas le seul protagoniste. Ce sont des multiples chaînes d’acteurs qui, de proche en proche, sont impliqués
dans ces échanges et ces transformations matérielles à travers le monde. Ces personnes ont construit leurs
devenirs individuels et collectifs sur des gisements de déchets qui continuent de croître : des mines d’ordures
qu’ils espèrent transformer en or.
Comment penser les enjeux socio-économiques, politiques et écologiques associés à ces circulations
matérielles ? Peut-on considérer les déchets comme des indicateurs de développement ou des
révélateurs des inégalités ? Comment comprendre et raconter les histoires des personnes impliquées
dans ces filières entremêlées : entre archétypes globalisés et destins singuliers ? Que faire des images
circulantes, des relais médiatiques et des imaginaires associés à ces pratiques du déchet ? Quelles
images et quels discours produire et à quelles fins ? »
+ Projection du documentaire « Plastic China » – Jiu Liang Wang – 2016 (82 minutes)
Nous produisons chaque jour une quantité de déchets qui disparaissent très rapidement, mais où vont-ils ? Plastic
China met en lumière le fait que tous les déchets plastiques du monde terminent en Chine. Yi-Jie, une jeune fille
non scolarisée de onze ans, travaille avec ses parents dans un atelier de recyclage. Elle souhaite plus que tout aller
à l’école. À travers les histoires de deux familles, le film dévoile comment ces déchets sont recyclés à mains nues
et comment ces familles souffrent de dommages irréversibles afin de gagner leur vie.
Les débats seront animés par Mikaëla Le Meur, anthropologue, terminant des recherches de doctorat à
l’Université libre de Bruxelles sur la question des déchets plastiques et du recyclage au Vietnam et coadministratrice
du Tamis, et par Jérémie Cavé, consultant-chercheur indépendant en écologie urbaine,
enseignant à Sciences Po Toulouse et auteur de l’ouvrage La Ruée vers l’Ordure.

Organisateurs:

Prospective Coopération – Laboratoire d’idées

Association Le Tamis

 

L’atelier est accueilli aux Docks par l’exposition
photographique « La Mise en Image du
Rebut. Matières, corp(u)s et pratiques autour des
déchets », présentée sur la place du marché du 3 au
17 juillet 2018 par le réseau Sociétés Urbaines et
Déchets et l’Agence Française de Développement.

 

https://www.plasticchina.org/

 

La gouvernance des déchets urbains : enjeux territoriaux et sociaux – Colloque international, 12 et 13 avril 2017, Institut Universitaire de la Recherche Scientifique, Rabat.

Un colloque initié et coordonné par Mustapha Azaitraoui (membre du réseau SUD) avec l’appui du Laboratoire de Recherche en Développement Territorial, Énergétique et Environnemental (RDT2E) de la Faculté Polydisciplinaire de Khouribga, L’Association pour la Recherche Action Migration, Environnement et Développement (ARAMED), en partenariat avec L’Institut Universitaire de la Recherche Scientifique de l’Université Mohamed V de Rabat.

Argumentaire

La gestion des déchets est un des domaines importants dans l’interaction entre activités humaines et environnement. Elle implique plusieurs disciplines (géographie, politique, économie, sciences sociales, sciences environnementales, culture, technique). De ce fait, la gestion des déchets, porteuse d’enjeux complexes et variés, est à saisir non seulement à travers ses composantes techniques (modes de collecte, évacuation et mise en décharge), mais également à travers des enjeux multiples. La gestion des déchets est en effet gouvernée par de nombreux intérêts stratégiques : ceux des producteurs et distributeurs qui sont à l’origine des déchets potentiels, ceux des citoyens qui produisent à proprement parler les déchets, ceux des touristes qu’on a tendance à ignorer, ceux des collectivités locales qui sont responsables de leur collecte et de leur élimination, et ceux des grands groupes industriels opérant sur ce marché. A cela s’ajoutent, dans de nombreux pays, les récupérateurs informels qui font de la récupération des ordures leur activité économique principale. De ce fait, la question des déchets est considérée comme un enjeu politique dans les jeux de pouvoir urbain et de gestion urbaine. Dans des contextes locaux et nationaux de réformes politiques, législatives et administratives des systèmes de gestion des déchets, on observe une reconfiguration des relations, rôles et places des différents acteurs qui ont à faire avec les déchets ainsi que l’apparition de nouveaux acteurs dans un secteur qui semble, somme toute, de plus en plus lucratif. Cette rentabilité croissante des déchets s’explique par la hausse des prix des matières premières, entraînant un intérêt renouvelé pour les matières premières secondaires. A l’échelle internationale, l’organisation de plus en plus précise des filières de matériaux, qu’il s’agisse de la récupération, de la transformation ou de l’exportation, pose la question de la circulation internationale des déchets, formelle ou informelle, officielle ou clandestine. Les nouveaux acteurs internationaux des déchets méritent que l’on y prête attention. Enfin, le contexte environnemental mondial, la nécessité de réduire les déchets et les problématiques de leur réemploi, recyclage et traitement sont devenues des priorités qui impactent les politiques locales et nationales, et ce d’autant plus que la production des déchets est en constante augmentation.

Objectifs du colloque

L’objectif principal de ce colloque international est d’associer des chercheurs, des professionnels et des acteurs de la société civile dans une réflexion sur la gestion de déchets dans les villes de la rive sud de la Méditerranée. Ce colloque permettra de mettre en valeur les travaux des chercheurs, mais aussi d’ouvrir le débat aux décideurs politiques et aux professionnels des déchets et des secteurs formel et informel : acteurs politiques en charge de la gestion des déchets, gestionnaires de sites d’enfouissement, entreprises de collecte, entrepreneurs privés du recyclage, récupérateurs, associations, coopération internationale, etc. Lors de ce colloque, il s’agira donc de présenter et de débattre des relations et tensions entre les « acteurs des déchets » dans un cadre de mutations politiques, institutionnelles, économiques mais aussi sociales avec, pour certains pays et notamment le Maroc, une volonté assez nouvelle d’intégration du secteur informel. Les politiques publiques, locales et nationales et la question transversale du service public sont aussi ici interrogées. L’attention sera portée également sur les acteurs internationaux : rôle des bailleurs de fonds, modalités et effets des partenariats public-privé (PPP) avec les sociétés de collecte et/ou de valorisation des déchets, circulation et commercialisation des déchets et matériaux recyclés, rôle des tours- opérateurs à gérer les déchets pendant les circuits touristiques. Enfin, au cours du colloque, des expériences novatrices présentées par des acteurs associatifs et par les professionnels des déchets permettront d’ouvrir les débats sur des propositions respectueuses des sociétés et de l’environnement. Malgré l’importance de l’approche géographique pour l’analyse de cette problématique, la littérature concernant les déchets urbains, en tant que « service urbain », est relativement pauvre. En effet, c’est une problématique assez récente en géographie. On trouve bon nombre d’articles qui vont chacun de leurs spécificités. En général, on constate une rareté de recherche sur ce domaine et de méthodes d’approche clairement définies. C’est surtout le cas pour le Maroc, du moins, en comparaison avec la France. Pourtant il ne s’agit pas d’un nouveau problème urbain. L’objectif de ce colloque est aussi d’analyser la production géographique dans le domaine de la gestion des déchets urbains au Maroc et à l’étranger et d’étudier les différentes approches utilisées, à travers différents cas d’études.

Thèmes du colloque

Le secteur des déchets a bénéficié, pendant ces dernières décennies, de certaines investigations qui ont traité d’aspects spécifiques très intéressants, mais jamais jusqu’à ce jour la problématique des déchets n’a été approchée dans sa globalité, au moins dans le contexte marocain. Pour apporter un regard pluridisciplinaire sur la problématique des déchets urbains, les thèmes suivants seront abordés dans le colloque :

–  Le cadre normatif et administratif et la règlementation de la collecte, l’élimination et la mise en décharge des déchets urbains, au niveau national et local, ainsi que le cadre international d’importation, d’exportation et de transit des déchets

–  La gestion territoriale et le contexte spatial et urbain et le processus d’évolution du mode de consommation et de production ainsi que son impact sur la génération des déchets urbains-  La valorisation énergétique des déchets et les techniques alternatives de traitement et de valorisation/recyclage des déchets urbains.

–  La gestion des déchets touristiques par les acteurs d’hébergement et d’accompagnement touristique et parles touristes eux-mêmes.

Coordinateur du comité d’organisation : Pr. Mustapha Azaitraoui.
Enseignant-chercheur. Faculté Polydisciplinaire de Khouribga. Université Hassan 1er, Settat. Maroc.
Chercheur associé à l’Institut Universitaire de la Recherche Scientifique (Université Mohamed V, Rabat).
Email : m.azaitraoui@uhp.ac.ma

Mise en valeur des déchets : processus et enjeux

Deuxième journée d’étude internationale, MSH de Tours, 6 février 2012

Organisation : Claudia Cirelli et Bénédicte Florin
Axe transversal CoST/EMAM – CITERES

Programme :

Introduction Claudia Cirelli et Bénédicte Florin

Table-ronde 1 : Entre marginalisation et reconnaissance : acteurs et pratiques de la valorisation des déchets

Discutant  : Jérémie Cavé (Ecole Nationale des Ponts et Chaussée, LATTS)

Marie-Noëlle Carré (géographe, Paris III, Sorbonne-Nouvelle, IHEAL)
Valoriser les déchets à Buenos Aires : un nouveau service urbain aux risques de la gouvernance métropolitaine

Lucia Fernandez, (architecte, association WIEGO – Women in Informal Employment: Globalizing and Organizing)
Dynamiques de recyclage spontané : regards croisés sur les villes de Paris et Montevideo

Luisa Moretto, (géographe, Université Libre de Bruxelles) et Mustapha Azaitraoui (géographe, association CIREM)
La récupération informelle des déchets au Maroc (Beni Mellal) et en Tunisie (Sfax)

Stéphane Lelay, (sociologue, EPTA/CRTD-CNAM)
La biffe des éboueurs, une domestication matérielle et symbolique des désordres orduriers … écouter et lire

Table-ronde 2 : L’institutionnalisation de la valorisation des déchets : reconfigurations territoriales et sociales

Discutante : Lise Debout (Institut d’Urbanisme de Lyon, UMR Environnement, Ville  Société)

Maud Bouillon (Crevilles)
Présentation de la plate-forme SUD

Matteo Puttilli (géographe, Université de Turin)
Des déchets aux ressources ressource. L’engagement de la société civile dans la gestion des déchets au Nord et au Sud

Laurence Rocher (urbaniste, Institut d’Urbanisme de Lyon)
De l’élimination à la valorisation des déchets en France : cadrage normatif et application locale

Jean Baptiste Bahers (géographe, Université Toulouse 2-Le Mirail, LISST-CIEU)
Développement territorial des filières de récupération-recyclage et écologie industrielle : le cas des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) en Midi-Pyrénées

Mathieu Durand (géographie, Université du Maine, ESO)
Pour une gestion « composite » des déchets à Lima : Tirer profit du fonctionnement spécifique des villes en développement

Steve Joncoux (Sociologue, Université Toulouse 2 Le Mirail, CERTOP)
Le réseau socio-technique du compostage des déchets organiques à Majunga (Madagascar) : difficultés et limites de la “valorisation”

Débat et clôture

La gestion des déchets en question : acteurs, temporalités et territoires

Journée d’études du 15 avril 2009 – MSH de Tours

Programme :

Matinée :

Introduction au séminaire, B. Florin (Université de Tours, EMAM/CITERES)

Les stratégies d’adaptation des zabbalin aux contraintes imposées par le nouveau système de gestion des déchets au Caire, Bénédicte Florin (Université de Tours, EMAM/CITERES), avec Pierre Desvaux, Université de Tours

La gestion “hybride” des déchets ménagers en Egypte face aux défis territoriaux”,Lise Debout
(Institut d’Urbanisme de Lyon, Lyon II, CEDEJ)

Questions et débat général

Acteurs, pratiques et perceptions autour d’un déchet au Mexique : eaux usées urbaines, entre valorisation et refus, Claudia Cirelli (Université de Tours, CoST/CITERES)

L’élaboration multi-acteurs de politiques publiques de gestion des déchets municipaux dans les pays émergents (Brésil, Inde), Jérémie Cavé (Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, LATTS)

Après-midi :

Territoires et temporalités dans la gestion des déchets en Sicile, Fabrizio Maccaglia (Université de Tours, CoST/CITERES)

Gestion territoriale des déchets ménagers en France, conflits et décisions, Laurence Rocher (Université de Tours, CoST/CITERES)

Décider en situation de crise : gestion des déchets, conflits et concertations (France, Italie, Mexique), Patrice Melé (Université de Tours, CoST/ CITERES, coordinateur du projet DeSCRI)

Questions et débat général