Archives de catégorie : Ressources

Freshkills. Recycler la terre, Lucie Taïeb, Ed. Varia, 2019

“Fresh Kills : gigantesque dépotoir à ciel ouvert situé à Staten Island, resté en activité de 1948 à 2001. Au fil des ans, des montagnes d’ordures, littéralement, se sont érigées, visibles depuis l’espace. Après sa fermeture, la décharge a servi, dans l’urgence, à recueillir les restes du 11 septembre – décombres mêlés aux corps des victimes. Aujourd’hui, le site de Freshkills se transforme en un parc recyclé, le plus grand de New York, construit au-dessus des déchets enfouis. Mais qu’en est-il de la toxicité passée et à long terme d’un tel lieu? Lucie Taïeb est allée le visiter – avec, dans son bagage, Outremonde de Don DeLillo. Dans Freshkills, essai écologique empreint d’une intelligente sensibilité et au souffle poétique, l’auteure raconte son parcours, pousse la réflexion et éveille notre conscience face à ce problème monstrueux : les déchets ne disparaissent pas, ils sont simplement déplacés, hors de notre vue.    « Ce qui me frappe surtout, c’est l’enclave mentale que nous nous construisons, l’illusion d’une ville propre, d’où disparaissent comme par magie tous les déchets, toutes les salissures. […] Les lieux que nous ne voulons pas voir, les séparations mentales que nous construisons entre ici et là-bas (qui peut être juste à côté de nous), sont pléthore. […] Tandis qu’à Staten Island le chantier du grand parc récréatif naturel avance, les tonnes de déchets produits chaque jour à New York sont désormais exportées en Caroline du Sud. » ” (4ème de couverture) En savoir plus…

Nouvelles géographies de la collecte, Echogéo n°49, 2019

Cette dernière livraison de la revue en ligne Echogéo propose des contributions sur les “nouvelles géographies de la collecte”, sujet qui “ touche à la fois à une analyse des maux de la société de consommation (la production massive de « déchets »), à des formes d’activité en apparence en marge du système capitaliste dominant (telle la cueillette des plantes ou des fruits sauvages), qui peuvent renvoyer à des débats sur la décroissance, sur la marginalité géographique ou sociale et dont l’étude fait l’objet de travaux nombreux actuellement, conduisant à changer notre regard sur une activité longtemps dépréciée ou méprisée” (Introduction, Jean-Louis Chaléard). Aux 10 articles proposés s’ajoutent les rubriques “Sur le métier”, “Sur “l’image” et “Sur l’écrit”, également consacrées à cette thématique. Accéder à la revue Echogéo n°49

Repair Work Ethnographies: Revisiting Breakdown, Relocating Materiality, Ignaz Strebel Alain Bovet, Philippe Sormani (dir par.), 2019, Springler Verlag Ed.

“This multifaceted book homes in on repair as an everyday practice. Bringing together exemplary ethnographies of repair work around the world, it examines the politics of repair, its work settings and intricate networks, in and across a wide range of situations, lay and professional. The book evidences the topical relevance of situated inquiry into breakdown, repair, and maintenance for engaging with the contemporary world more broadly. Airplanes and artworks, bicycles and buildings, cars and computers, medical devices and mobile phones, as virtually any commodity, infrastructure or technical artifact, have in common their occasional breakdown, if not inbuilt obsolescence. Hence the point and purpose of closely examining how and when they are fixed.” (4ème de couv.)

“Obsolescences. Philosophie des techniques et histoire économique à l’épreuve de la réduction de la durée de vie des objets”, soutenance de thèse de Jeanne Guien, le 4 avril 2019

Thèse de doctorat en philosophie dirigée par Bernadette Bensaude-Vincent, soutenue publiquement , en Sorbonne, à 9h30, salle Jean-Baptiste Duroselle (entrée par la rue Cujas).

Merci de contacter et prévenir de votre présence à la soutenance : jeanne.guien@gmail.com

Résumé : La notion d’obsolescence met en jeu notre rapport aux objets et à l’action, nos représentations de l’histoire et du temps. Elle questionne le devenir des techniques, la négativité à l’œuvre dans l’histoire des pratiques. C’est une notion controversée, dont les enjeux sociaux, économiques et écologiques font débat. La controverse actuelle, focalisée sur la notion d’ « obsolescence programmée », tend cependant à réduire l’obsolescence à une pratique dissimulée, sur la base de discours postulant toute sorte de déterminismes historiques. Cette thèse propose d’élargir la réflexion à l’ensemble des produits éphémères et des notions qui les désignent, afin d’étudier l’histoire de leur mise en marché et en discours. Par une enquête historique et philosophique, on montre que la réduction de la durée de vie des objets est depuis deux siècles une pratique courante qui a fait l’objet de théorisations publiques, tantôt critiques, tantôt apologétiques, en Europe et aux Etats-Unis. L’obsolescence, mise en récit, est traitée tantôt comme une conséquence de l’activité humaine, tantôt comme une loi de l’économie, de la nature ou de l’histoire. Critiquant cette approche, comme celle qui réduit l’obsolescence à un vice caché, cette thèse étudie des objets officiellement conçus, vendus et achetés pour leur durée de vie limitée — les produits jetables — et montre comment la jetabilité a été construite comme une propriété distinctive et valorisante de produits fort divers, et fort utilisés. A partir du cas du gobelet jetable, on analyse la réduction de la durée de vie des objets comme limitation de leur présence au monde, occultation de leur réalité économique, matérielle et environnementale.

Jury : Bernadette Bensaude-Vincent (directrice), professeure émérite, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’Etude des COnnaissances et des PRAtiques.

Sophie Dubuisson-Quellier (examinatrice), directrice de recherche CNRS, Centre de Sociologie des Organisations.

Fabrice Flipo (rapporteur) professeur, Laboratoire du changement social et politique, Université Paris Diderot.

Cyrille Harpet (rapporteur), professeur, Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique.

Céline Rosselin-Bareille (examinatrice), maîtresse de conférences, Université

Le déchet, une nouvelle ressource à gérer en commun ? Un article d’Helen Micheaux et Franck Aggeri dans The Conversation, 22 mars 2019

“Depuis les années 1990, la mise en place du principe européen de « responsabilité élargie des producteurs » (REP) oblige ces derniers (fabricants, distributeurs, importateurs) à contribuer à la gestion de la fin de vie de certains produits mis sur le marché.

Dans la plupart des pays, les producteurs ont choisi de déléguer cette responsabilité à des organismes collectifs. En France, on les appelle « éco-organismes ». Il y a par exemple Citeo pour la filière emballage et ESR et Ecologic pour la filière des déchets électroniques. Les producteurs s’acquittent d’une contribution calculée en fonction du volume des produits proposés. (…)”

Lire la suite…

De la poubelle au musée : Une anthropologie des restes, Octave Debary, 2019

Cet ouvrage traite de la difficulté à nous séparer des objets et de leur histoire. De la poubelle à l’usine, des marchés de vide-greniers aux puces, du théâtre d’objets au mémorial, du patrimoine au musée et à l’objet comme reste, Octave Debary cherche à interroger le pouvoir de faire autre chose des objets. Il questionne des manières de rendre compte de l’histoire. S’agit-il de dettes ? De devoirs de mémoire ? Ou d’arts du souvenir qui placent au cœur de leur pratique un art de l’oubli ?

Continuer la lecture de De la poubelle au musée : Une anthropologie des restes, Octave Debary, 2019

Les déchets, combien ça coûte ?

Questions de développement n°40, AFD

“L’Agence française de développement (AFD) a piloté, avec Le Mans Université, l’association Gevalor, Urbananalyse et ALBWaste, le programme de recherche ORVA2D (Organisation de la valorisation des déchets dans les villes en développement), afin de mieux comprendre le modèle économique des filières de valorisation des déchets et d’émettre des recommandations. Ce programme a porté sur six cas d’étude : Antananarivo, Bogotá, Delhi, Lima, Lomé et Surabaya.”

En savoir plus et télécharger le document…

Le Sale Discours. Géographie des déchets, David Wahl, 2018

Un livre, un pamphlet, une pièce de théatre et de la poésie !

“Le Sale Discours, c’est un récit qui parle d’environnement. D’un environnement façonné par nos ordures, nos excréments et nos déchets. C’est un récit qui parle de notre instinct de survie, de nos rêves d’éternité, de la peur de la mort. C’est le récit de l’homme, qui envisage sa survie au prix de son environnement. Où l’on croise un cochon, des atomes, Marie Curie, la Voie lactée — et notre reflet. Né en 1978, comédien, dramaturge et écrivain, David Wahl cherche à tisser des liens entre différents domaines souvent trop séparés, théâtre et science, recherches savantes et récits populaires, savoirs et curiosités. Le Sale discours est sa première « causerie » (les trois premières (Traité de la boule de cristal, La Visite curieuse et secrète et Histoire spirituelle de la danse ont paru aux éditions Archimbaud-Riveneuve. Son travail, à vocation encyclopédique, paraîtra désormais aux éditions Premier Parallèle.”

Lire la recension sur Médiapart

L’ouvrage chez l’éditeur

Une intenable bureaucratie de la rue : les travailleurs sociaux face aux débordements des marchés informels, un article de Virginie Milliot

Une intenable bureaucratie de la rue : les travailleurs sociaux face aux débordements des marchés informels, un article de Virginie Milliot, dans la REVUE DE LA SOCIETE SUISSE D’ETHNOLOGIE, TSANTSA 21 / 2016

Résumé : Depuis l’automne 2009, un « carré des biffins » a été ouvert Porte Montmartre dans le 18e arrondissement de Paris. Ce dispositif est une réponse institutionnelle à la mobilisation de vendeurs de rue soutenus par des habitants et des militants, pour l’obtention d’un espace de vente légalisé. Cet espace expérimental, encadré par des travailleurs sociaux, légalise trois jours par semaine la vente d’objets issus de la récupération pour quelque centaines de vendeurs. Dans cet article nous proposons d’analyser la mise en pratique de ce dispositif qui a pris la forme d’une sorte de bureaucratie de la rue. Après une présentation des mondes pluriels du marché informel, nous questionnerons les réticences politiques à la légalisation de ce commerce de rue  et ce que révèle la peur du capitaliste aux pieds nus. Nous exposerons ensuite les difficultés que les travailleurs sociaux ont expérimentées en tenant ce guichet avancé au cœur de mondes qui s’étaient préalablement développés en dehors de tout cadre institutionnel. Nous analyserons comment cette expérience a amené les travailleurs sociaux à remettre en question leur mission d’insertion et de socialisation. Pour finir, nous questionnerons le sens de ces simulacres institutionnels qui sont publiquement présentés et justifiés en des termes auxquels personne ne croit, qui relèvent pour les acteurs mêmes d’une fiction politique.

Mots clefs : marché informel, expérimentation sociale, ethnographie des politiques publiques, empowerment.

Accès à la totalité de l’article

« Le marché aux puces de Marseille va-t-il disparaître ? » un article de Michèle Jolé & William Kornblum, Métropolitiques

Le marché aux puces de Marseille est au cœur d’une gigantesque opération de rénovation urbaine qui risque de l’effacer de la carte. Michèle Jolé et William Kornblum, deux Marseillais d’adoption, explorent la perte que la transformation de cette institution représenterait pour les habitants et plus largement pour les quartiers Nord de la métropole phocéenne. Lire la suite…

Ethnography and waste, revue Etnografia e ricerca qualitativa, 2018 (Nick Dines eds)

Une livraison de la revue d’Ethnographie de la recherche qualitative, portant sur” Ethnographie et déchets”

Voir le site de la revue et du numéro

Sommaire :

– Nick Dines
Introduction. Ethnography and waste
pp. 5-10

– Isabella Clough Marinaro
Salvaging Rome. Roma waste traders and the city’s «garbage crisis»
pp. 11-32

  • Raysa Martinez Kruger
    Garbage governmentalities and environmental injustice in Newark’s Ironbound neighbourhood. A geographic, ethnographic and historical approach
    pp. 49-74
  • Alison F. StowellMartin Brigham
    Extractivism, value and waste. Organizational mining of e-waste in the United Kingdom
    pp. 75-96
  • Patrik ZapataMaría José Zapata Campos
    Waste tours. Narratives, infrastructures and gazes in interplay
    pp. 97-118

Iegor Gran, L’écologie en bas de chez moi, P.O.L., roman/essai, 2011, 192 p.

“Il semble qu’aujourd’hui le développement durable soit la seule idéologie qu’il nous reste. De facture relativement récente, on la retrouve cependant partout, tout le temps. Elle accommode l’école, bien sûr, mais aussi le travail, le supermarché, la politique… Le Pape même s’y est mis. Sujet incontournable, consensuel ou presque…
Iégor Gran a voulu comprendre. Était-il le seul à sentir le grotesque des discours moralisateurs, l’insupportable opportunisme marchand des uns et des autres, le culte du déchet, et cette curieuse manière d’idolâtrer la science – quand elle prédit l’avenir – tout en la rejetant quand elle est moteur de progrès ?… Comment font les français, ce peuple frondeur (au moins en paroles, sinon dans les actes), pour accepter ce culte du geste symbolique, cette immodération vers le bien pratiquée à dose homéopathique et imposée à tout le monde ?
Le plus terrible dans ce déferlement de bonne conscience, c’est que l’on nous invite à ne plus penser. À mettre un sérieux bémol à la culture et à la civilisation au nom d’un danger imminent.
Et comme le développement durable est une idéologie transversale, il permet d’aborder les sujets aussi variés (et passionnés) que les limites de la science, l’opportunisme politique, l’économie de marché, les rapports Nord-Sud, l’avenir de la civilisation, le rapport aux croyances, le rôle de la culture, etc. Iégor Gran ne s’en est évidemment pas privé, concevant son livre comme un arbre de Noël : sur le tronc central de la discussion de fond, il a accroché des notes de bas de page où il explore certains abysses de la bêtise humaine tout en faisant avancer le récit. Car il s’agit d’un récit tout autant qu’un essai, d’une autofiction tout autant qu’un roman.”

En savoir plus…

Gérard Bertolini nous fait l’honneur d’une nouvelle ! Déchets fous. Sauve-qui-peut !

Déchets fous. Sauve-qui-peut. Une petite nouvelle de Gérard Bertolini

Notre planète est entrée dans une ère d’hyperconsommation, de marchandises, d’énergie, de ressources. « A vau-l’eau ». « A qui mieux mieux ». «Tout nouveau tout beau ». L’innovation s’emballe, avec son cortège d’obsolescences. Tout cela s’accompagne d’un redoutable accroissement de la production de déchets, et en particulier de déchets dangereux, nucléaires et autres.

Où les « fourrer » ? A qui les « fourguer » ?

Sous la pression des écologistes, les mouvements transfrontières de déchets dangereux ont été interdits ; au demeurant, le tiers-monde comme le quart-monde n’en veulent plus et se rebiffent à leur endroit. Désormais, les données relatives à la génération de tels déchets sont enregistrées et centralisées, en temps réel et de façon exhaustive. La vidéosurveillance est partout, sur terres comme sur mers. Finis les trafics juteux, les vaisseaux du poison déchargeant leur cargaison dans des pays pauvres et corrompus, ou en pleine mer ; la mafia est sous contrôle. Chaque pays doit donc gérer par lui-même ses déchets dangereux.

Forts des conseils de laboratoires en pointe sur le sujet, des dirigeants décident alors d’enfouir ces déchets, non plus seulement en surface, mais en profondeur, cela malgré les protestations des populations et plus encore l’opposition farouche des écologistes.

Lors de la première réalisation de ce type, des écolos vont jusqu’à s’enchaîner aux équipements de forage. Un commando d’intervention de l’armée, spécialement formé et équipé de scies-lasers, intervient et les déloge sans ménagement. Ces activistes, au premier chef un certain Greener, considéré comme le meneur de la bande, sont déportés et envoyés sur un îlot insalubre, perdu au milieu du Pacifique et menacé par la montée des eaux.

Les enfouissements profonds de déchets dangereux se multiplient. Dans le même temps, la pénurie croissante de divers minerais conduit également à multiplier les puits d’extraction profonds, y compris sous les océans ; s’y ajoutent, pour se procurer de l’énergie, outre des forages géothermiques, l’exploitation des schistes bitumineux, assortie de fracturations souterraines. Les uns et les autres puits finissent par se rencontrer, provoquant des accidents majeurs.

Pour s’efforcer d’éviter le renouvellement de telles catastrophes, et grâce aux progrès des technologies de forage, les déchets dangereux font l’objet d’enfouissements de plus en plus profonds : non plus quelques centaines de mètres ou quelques kilomètres, mais plusieurs centaines de kilomètres. On ne se contente donc plus de gratter l’écorce terrestre, ni de casser la croûte, … jusqu’à ce qu’une réalisation d’avant-garde finisse par percer le manteau !

Piqué au vif, Vulcain se réveille en sursaut. A une vitesse vertigineuse, le magma terrestre monte en surface. L’éruption dure des décennies, la catastrophe devient gigantesque. Le ciel reste longtemps obscurci ; après une très longue période de réchauffement climatique, le globe subit un refroidissement brutal et prolongé, avec tout un cortège de conséquences désastreuses.

Désemparés, nos dirigeants placent alors de nouveaux espoirs dans le ciel. Des fusées téléguidées font bientôt la navette, pour acheminer les déchets sur la lune.

Cependant, un accident se produit : une fusée heurte un gros débris spatial, abandonné lors d’une précédente mission. Les Terriens, inquiets des risques grandissants de collisions résultant des nombreux débris de fusées et de satellites qu’ils avaient laissés là-haut, envisagent un nettoyage de l’espace, avec des remorqueurs munis de filet, de grappin ou de harpon, pour rapporter de gros débris ou les tracter jusqu’à des orbites-cimetières ; s’y ajouteraient des balais-lasers pour les désintégrer . De plus, certains débris se fragmentent naturellement, jusqu’à devenir des poussières, en entrant dans les couches de l’atmosphère ; dès lors, des satellites aspirateurs sont imaginés. Toutefois, faute de financements suffisants, ce programme reste embryonnaire.

Cet accident ne fut pas la raison de l’abandon des dépôts de déchets sur la lune ; la cause majeure fut qu’il contrariait le développement prévu des implantations d’habitats sur cette petite planète. Les premiers colons, furieux, exigent leur rapatriement et les futurs colons annulent leur réservation, sans parler de la manne touristique perdue.

Face à ce conflit d’intérêts, les Terriens, toujours à la recherche d’une planète poubelle, décident d’aller plus loin, en envoyant les colis sur Mars ; mais c’était sans compter sur l’ire et la réaction des Martiens. En représailles, ces derniers montent une opération de retour à l’envoyeur.

Toutefois, malgré d’habiles manœuvres d’évitement, des fusées martiennes entrent à leur tour en collision avec de gros débris de fusées et de satellites abandonnés là-haut par les Terriens ; d’autres vaisseaux, en arrivant dans la banlieue de la Terre, sont confrontés à un épais brouillard résultant de menus fragments et de poussières ; ils ratent une partie des cibles qu’ils avaient privilégiées, à savoir les colis de déchets dangereux stockés dans des silos. L’opération se solde donc par un semi-échec.

Pour les Terriens, il s’agissait là d’une retombée heureuse et inattendue du retard pris dans leur programme de nettoyage : les débris et poussières qui les entourent ont constitué une sorte de bouclier face à l’offensive des Martiens. Néanmoins, la défense ainsi constituée n’était que partielle. Nos dirigeants comprirent que les Martiens ne s’en tiendraient pas là, qu’ils allaient certainement fomenter d’autres raids plus ravageurs.

L’épopée céleste de nos déchets dangereux ne s’arrête pourtant pas : les Terriens se tournent vers Vénus, jusque là restée vierge ; forts des nouveaux progrès de la science spatiale, certains proposent même d’aller jusqu’à Mercure, ou sur des astéroïdes, entre Jupiter et Mars, voire de sortir du système solaire et d’atteindre d’autres galaxies.

Jusque là, les Terriens avaient réussi à tromper la vigilance de Saturne, planète sentinelle ; mais, avec des moyens de fortune, Greener et ses amis réussissent bientôt à construire un super-émetteur à très longue portée ; ils envoient un message sidéral faisant état, outre des incivilités passées de dirigeants de la Terre, de ces nouveaux projets redoutables. Le message est capté et déchiffré par Walkie, une fille de Vénus, qui le diffuse largement. Une conférence interplanétaire est mise sur pied. Les Terriens risquaient fort de s’attirer les foudres de Jupiter : « tout cela fait tache » ; « ôte-toi de mon soleil ! ».

Les tentatives de remise à la raison des dirigeants de la Terre ayant échoué, les planètes coalisées saisissent l’instance suprême, le Tribunal du Cosmos, chargé des crimes et délits contre l’Univers. L’avocat de la Terre plaida certes coupable, mais demanda l’indulgence, en faisant état de circonstances exténuantes. Ces faux-fuyants furent rejetés ; le tribunal estima que l’incontinence des Terriens était inexcusable ; en effet, pour éviter la production de tels déchets, des méthodes contraceptives efficaces existaient bel et bien, de longue date ; de plus, il fut affirmé que ces zombis avaient perdu toute forme de conscience et d’humanité.

La terrible sentence tomba : la Terre fut condamnée à être expulsée du système solaire ; elle s’enfonça dans les ténèbres et connut la nuit éternelle.

Toutefois, au préalable, in extremis, et pour les remercier, une fusée avait été envoyée sur l’îlot, pour y récupérer les écolos ; ainsi, parmi les Terriens, eux seuls furent sauvés ; Greener a eu le bonheur de rejoindre Walkie, la fille de Vénus qui avait précédemment réceptionné son message.