Archives de catégorie : Ouvrages

Freshkills. Recycler la terre, Lucie Taïeb, Ed. Varia, 2019

“Fresh Kills : gigantesque dépotoir à ciel ouvert situé à Staten Island, resté en activité de 1948 à 2001. Au fil des ans, des montagnes d’ordures, littéralement, se sont érigées, visibles depuis l’espace. Après sa fermeture, la décharge a servi, dans l’urgence, à recueillir les restes du 11 septembre – décombres mêlés aux corps des victimes. Aujourd’hui, le site de Freshkills se transforme en un parc recyclé, le plus grand de New York, construit au-dessus des déchets enfouis. Mais qu’en est-il de la toxicité passée et à long terme d’un tel lieu? Lucie Taïeb est allée le visiter – avec, dans son bagage, Outremonde de Don DeLillo. Dans Freshkills, essai écologique empreint d’une intelligente sensibilité et au souffle poétique, l’auteure raconte son parcours, pousse la réflexion et éveille notre conscience face à ce problème monstrueux : les déchets ne disparaissent pas, ils sont simplement déplacés, hors de notre vue.    « Ce qui me frappe surtout, c’est l’enclave mentale que nous nous construisons, l’illusion d’une ville propre, d’où disparaissent comme par magie tous les déchets, toutes les salissures. […] Les lieux que nous ne voulons pas voir, les séparations mentales que nous construisons entre ici et là-bas (qui peut être juste à côté de nous), sont pléthore. […] Tandis qu’à Staten Island le chantier du grand parc récréatif naturel avance, les tonnes de déchets produits chaque jour à New York sont désormais exportées en Caroline du Sud. » ” (4ème de couverture) En savoir plus…

Repair Work Ethnographies: Revisiting Breakdown, Relocating Materiality, Ignaz Strebel Alain Bovet, Philippe Sormani (dir par.), 2019, Springler Verlag Ed.

“This multifaceted book homes in on repair as an everyday practice. Bringing together exemplary ethnographies of repair work around the world, it examines the politics of repair, its work settings and intricate networks, in and across a wide range of situations, lay and professional. The book evidences the topical relevance of situated inquiry into breakdown, repair, and maintenance for engaging with the contemporary world more broadly. Airplanes and artworks, bicycles and buildings, cars and computers, medical devices and mobile phones, as virtually any commodity, infrastructure or technical artifact, have in common their occasional breakdown, if not inbuilt obsolescence. Hence the point and purpose of closely examining how and when they are fixed.” (4ème de couv.)

De la poubelle au musée : Une anthropologie des restes, Octave Debary, 2019

Cet ouvrage traite de la difficulté à nous séparer des objets et de leur histoire. De la poubelle à l’usine, des marchés de vide-greniers aux puces, du théâtre d’objets au mémorial, du patrimoine au musée et à l’objet comme reste, Octave Debary cherche à interroger le pouvoir de faire autre chose des objets. Il questionne des manières de rendre compte de l’histoire. S’agit-il de dettes ? De devoirs de mémoire ? Ou d’arts du souvenir qui placent au cœur de leur pratique un art de l’oubli ?

Continuer la lecture de De la poubelle au musée : Une anthropologie des restes, Octave Debary, 2019

Le Sale Discours. Géographie des déchets, David Wahl, 2018

Un livre, un pamphlet, une pièce de théatre et de la poésie !

“Le Sale Discours, c’est un récit qui parle d’environnement. D’un environnement façonné par nos ordures, nos excréments et nos déchets. C’est un récit qui parle de notre instinct de survie, de nos rêves d’éternité, de la peur de la mort. C’est le récit de l’homme, qui envisage sa survie au prix de son environnement. Où l’on croise un cochon, des atomes, Marie Curie, la Voie lactée — et notre reflet. Né en 1978, comédien, dramaturge et écrivain, David Wahl cherche à tisser des liens entre différents domaines souvent trop séparés, théâtre et science, recherches savantes et récits populaires, savoirs et curiosités. Le Sale discours est sa première « causerie » (les trois premières (Traité de la boule de cristal, La Visite curieuse et secrète et Histoire spirituelle de la danse ont paru aux éditions Archimbaud-Riveneuve. Son travail, à vocation encyclopédique, paraîtra désormais aux éditions Premier Parallèle.”

Lire la recension sur Médiapart

L’ouvrage chez l’éditeur

Les chiffonniers de Paris, Antoine Compagnon, Gallimard, 2017,

“Les chiffonniers de Paris au XIXe siècle : un sujet original et inattendu. Un sujet d’une grande richesse, entre histoire, économie, urbanisme, littérature et art.
Morceau de vieux linge, le chiffon sert à la fabrication du papier. Or la demande explose après la révolution industrielle, avec l’essor de l’instruction et l’abondance de la presse. Le chiffonnier est à la fois l’inquiétant rôdeur des nuits de la capitale et l’agent indispensable des progrès de la société. Sa figure hante l’œuvre des écrivains et des peintres, d’Hugo à Baudelaire et Théophile Gautier, de Daumier à Gavarni.”

Lire la suite…

Antoine Compagnon sur France Inter, le 12 Octobre 2017 de 13h30 à 14h – La marche de l’Histoire

Lien

 

Homo Detritus. Critique de la société du déchet, Baptiste Monsaingeon, 2017, Ed. du Seuil, 279 p.

“Stockés dans des décharges, éparpillés à la surface des océans ou dispersés en particules invisibles dans l’atmosphère, les déchets sont désormais des traces indélébiles de notre présence sur terre autant que des symptômes de la crise du monde contemporain. Après les avoir enfouis et brûlés, il est devenu impératif de les réduire, de les réutiliser, de les recycler. À l’heure de l’économie circulaire, cette promesse d’un monde sans restes rappelle un mensonge de la tribu Chagga, évoqué par l’anthropologue Mary Douglas : les mâles adultes de cette tribu affirment ne jamais déféquer ! De même, ce livre montre que la quête de pureté et de maîtrise technicienne du déchet dans nos sociétés industrielles fabrique un aveuglement collectif. Il raconte comment Homo detritus, face cachée d’Homo œconomicus, a cru sauver la planète en « bien jetant ». Un livre fort sur les impasses des approches « gestionnaires » de notre société du déchet. Baptiste Monsaingeon est chercheur postdoctoral à l’Ifris. Membre du conseil scientifique de l’exposition Vies d’ordures au Mucem à Marseille, il a notamment participé à la première expédition dédiée à l’identification de concentrations de débris plastique en Atlantique Nord.” (4ème de couverture)

 

Jeux de pouvoir dans nos poubelles. Économies morales et politiques du recyclage au tournant du XXIe siècle (Dir. par N. Ortar et E. Anstett), 2017

Jeux de pouvoir dans nos poubelles. Économies morales et politiques du recyclage au tournant du XXIe siècle
Sous la direction de Nathalie Ortar et Elisabeth Anstett, éd. Pétra, coll. matières à recycler, Paris, 2017
Mettre ou ne pas mettre à la poubelle, est devenu un geste moralement voire politiquement connoté. En effet, le déchet est toujours appréhendé à partir de systèmes de valeur qui assignent une valence positive ou négative au fait de se séparer ou au contraire de conserver des matériaux devenus inutiles. Bien plus, les notions de pureté et d’impureté comme celle de pollution, dont l’anthropologue Mary Douglas a contribué à montrer l’importance, sont fréquemment associées aux matières détritiques et contribuent à poser l’analyse des pratiques de recyclage et de récupération dans le champ de la morale.
Jeux de pouvoir dans nos poubelles, qui rassemble des contribution d’anthropologues et de sociologues, mais aussi d’historiens, de géographes et de philosophes travaillant sur des terrains européens et latino-américains, se propose de questionner plus précisément les économies morales auxquelles sont adossées les pratiques de récupération ou de mise en circulation des déchets, dans l’objectif de mettre au jour leurs paradoxes et leurs contradictions internes, tout autant que leurs logiques politiques sous-jacentes.

Avec les contributions de :
Jean-Baptiste Bahers, Denis Blot, Sebastian Carenzo, Romain Garcier et Fanny Verrax, Linda Gonzalez-Lafaysse, Gay Hawkins, Deborah Laks, Fanny Pacreau, Mariano Perelman et Stavroula Pipyrou.

Voir le sommaire, les résumés des textes et les auteurs…

Aller sur le site de la Deuxième vie des objets…

Boulimie d’objets. L’être et l’avoir dans nos sociétés, Valérie Guillard, ed. De Boeck 2014.

“Pourquoi accumulons-nous autant d’objets ? Pourquoi sommes-nous aussi boulimiques d’objets ? Et d’abord, accumule-t-on encore aujourd’hui des objets à l’heure du digital, de la mobilité, du contexte de crise économique et du développement durable ? Oui, répondent les auteurs de ce livre, et plus que jamais ! L’accumulation d’objets s’observe partout : au domicile, pendant le temps de transport pour se rendre au travail, au supermarché, dans l’entreprise, dans l’art, etc. Le besoin d’objets est prégnant, quels que soient les multiples rôles de l’individu : consommateur, héritier, artiste, travailleur ou encore simple personne passionnée par les objets.

Ce livre s’intéresse autant au caractère compulsif de la boulimie d’objets de ceux qui gardent « tout », qu’au raisonnement logique du collectionneur. Il analyse les enjeux sociaux, politiques, individuels ou encore économiques de l’accumulation d’objets dans nos sociétés, analyse qui relève autant de la sociologie, de l’anthropologie, de l’histoire, de la psychologie, de la philosophie que du marketing.

Après une présentation du portrait type de l’accumulateur, ce livre interroge la pratique d’accumuler, ce qui est accumulé, ce qui est fait de l’accumulation, ainsi que les dispositifs de l’accumulation, notamment les sacs à main, les sacs plastiques, etc.

L’analyse montre que l’accumulation peut servir à délimiter un « territoire minimal » à l’intérieur duquel les individus vont se constituer les preuves de leur propre existence. Les frontières de ce territoire sont néanmoins poreuses : en dépit de ses vertus, l’accumulation devient une source de tension dès lors que le besoin d’avoir entre en conflit avec, notamment, les injonctions du développement durable et son prolongement la simplicité volontaire, l’économie collaborative, autrement dit la substitution de la possession par l’usage.

Cet ouvrage intéressera les étudiants en marketing, en sociologie, en anthropologie… les chercheurs et les doctorants, ainsi qu’un plus large public intéressé par la problématique de la consommation et de son corollaire, les déchets.” (4ème de couverture).

Lire l’entretien avec l’auteure…

Que faire des restes ? Le réemploi dans les sociétés d’accumulation. N. Benelli, D. Corteel, O. Debary, B. Florin, S. Le Lay, S. Rétif

“Dans la vie sociale des objets, la phase « déchet », moment où ils sont sans usage ni valeur, ne devrait plus être que transitoire. Alors que nous continuons de produire de plus en plus de biens tout en prétendant limiter les déchets, nos objets-restes doivent redevenir des richesses.

Ressourceries, vide-greniers, récupérateurs, garage sales… Peu étudié e t encore peu visible, le secteur du réemploi est devenu partie prenante des politiques publiques de prévention des déchets dans de nombreux pays. Ressuscitant en les transformant des pratiques longtemps déconsidérées par la société de consommation telles que la biffe et le chiffonnage, il remet en circulation les objets déchus afi n de leur trouver de nouveaux utilisateurs, voire de nouvelles utilisations.

Anthropologues, géographes et sociologues, les auteurs de cet ouvrage se penchent sur les pratiques du réemploi en Allemagne, en Égypte, aux États-Unis, en France, en Italie, au Maroc et en Suède. Ils donnent à voir les ambiguïtés d’un secteur qui n’œuvre pas seulement à réhabiliter les choses mais aussi les personnes qu’il emploie, le délicat exercice consistant à redonner de la valeur aux objets-restes notamment à travers la création artistique et, plus largement, le rôle d’échange et de transmission des objets qui circulent de main en main.”

QUE FAIRE DES RESTES ?
Natalie Benelli, Delphine Corteel, Octave Debary, Bénédicte Florin, Stéphane Le Lay et Sophie Rétif
ISBN 978-2-7246-2020-7 – 15 € – 112 pages – Parution le 23 février 2017

http://www.pressesdesciencespo.fr/fr/livre/?GCOI=27246100106200

Lire la recension dans La vie des idées

Eboueurs de Marseille, un témoignage sur radio Zinzine, un ouvrage aux éd. Syllepse

“Un rencontre avec Pierre Godard, éboueur à Marseille pendant 23 ans et co-auteur du livre « Eboueurs de Marseille, entre luttes syndicales et pratiques municipales » écrit avec André Donzel,sociologue (4ème de couverture). Pierre Godard nous parle de son expérience d’éboueur, de l’évolution du métier avec la transformation des déchets ainsi que des politiques de la ville et des pratiques syndicales dans cette filière.” Ecouter l’émission

Vient de paraître… Entre conflit et concertation. Gérer les déchets en France, en Italie et au Mexique. Sous la direction de Luigi Bobbio, Patrice Melé et Vicente Ugalde

Les sociétés contemporaines son marquées par la généralisation de conflits d’aménagement. Dans le domaine de la gestion des déchets, les oppositions à l’implantation d’équipements (décharges, incinérateurs ou plateformes de compostage) se multiplient malgré le renforcement des normes environnementales et la mise en place de procédures d’informations, de concertation et de participation. Cet ouvrage se propose d’étudier cet apparent paradoxe à partir de l’analyse de situations de conflit/participation dans trois contextes nationaux (en France, en Italie et au Mexique) caractérisés par le blocage de la décision publique malgré une grande diversité de modalité d’intervention.

Quels sont les impacts des procédures et des documents de planification? Quels sont les référents spatiaux et territoriaux mobilisés par les opposants? Quels sont les usages du droit? Sur la base d’une analyse des dimensions temporelles, territoriales et juridiques des situations étudiées, les travaux réunis ici interrogent les relations entre conflit et concertation.

Contributions de :

A. Azuela, L. Bobbio, C. Cirelli, E. Dansero, J. Latargère, A.L. Gurza, F. Maccaglia, P. Melé, G. Pomatto, M. Puttilli, L. Rocher, N. Tecco, V. Ugalde

http://catalogue-editions.ens-lyon.fr/fr/livre/?GCOI=29021100222840

De bric et de broc, Damien Roudeau

De bric et de broc. Un an avec les compagnons du partage.  Un beau livre de portraits et d’histoires de vies, illustré (crayon et aquarelle) sur les Compagnons d’Emmaüs, de Damien Roudeau (2006, Ed. Parole et silence)

“C’est juste un vaste bric-à-brac d’hommes et de meubles qui craquent, solderie brocante braderie pour reprendre goût à la vie. C’est une poignée de bénévoles qui a choisi, pour toute obole, d’accompagner, car leur temps est plus précieux que leur argent. C’est peut-être un message d’espoir, bien qu’on parle peu dans cette histoire, et dans une langue de charretier, celle des nouveaux chiffonniers. C’est un de ces Emmaüs en France, un foyer de la non-urgence, ni une maison, ni une prison…
bienvenue chez les Compagnons.”

Vies perdues. La modernité et ses exclus, Zygmunt Bauman

Un essai sur les rebuts de notre société, Payot, Rivages Poches, 2004/2009, 272 p.

Le triomphe global de la modernité a changé le monde dans lequel nous vivons. Si le monde moderne est fondé sur la construction de l’ordre, la situation initiale a été rendue de plus en plus complexe par l’augmentation de la population, l’accélération du processus industriel et l’émergence de nouveaux pays accédant à la modernisation. Toute forme d’ordre implique des rebuts. Notre planète est pleine et déborde de déchets ; mais aujourd’hui, ce terme désigne souvent ce que l’auteur appelle des ” déchets humains “, une population en surnombre d’êtres qui sont rejetés, exclus, qui ne peuvent rien faire de leur existence.

Voir Cultures et conflits : Appadurai et Bauman : deux regards sur la modernité, sa globalisation et ses violences