Archives de catégorie : Livraisons de revues

Nouvelles géographies de la collecte, Echogéo n°49, 2019

Cette dernière livraison de la revue en ligne Echogéo propose des contributions sur les “nouvelles géographies de la collecte”, sujet qui “ touche à la fois à une analyse des maux de la société de consommation (la production massive de « déchets »), à des formes d’activité en apparence en marge du système capitaliste dominant (telle la cueillette des plantes ou des fruits sauvages), qui peuvent renvoyer à des débats sur la décroissance, sur la marginalité géographique ou sociale et dont l’étude fait l’objet de travaux nombreux actuellement, conduisant à changer notre regard sur une activité longtemps dépréciée ou méprisée” (Introduction, Jean-Louis Chaléard). Aux 10 articles proposés s’ajoutent les rubriques “Sur le métier”, “Sur “l’image” et “Sur l’écrit”, également consacrées à cette thématique. Accéder à la revue Echogéo n°49

Ethnography and waste, revue Etnografia e ricerca qualitativa, 2018 (Nick Dines eds)

Une livraison de la revue d’Ethnographie de la recherche qualitative, portant sur” Ethnographie et déchets”

Voir le site de la revue et du numéro

Sommaire :

– Nick Dines
Introduction. Ethnography and waste
pp. 5-10

– Isabella Clough Marinaro
Salvaging Rome. Roma waste traders and the city’s «garbage crisis»
pp. 11-32

  • Raysa Martinez Kruger
    Garbage governmentalities and environmental injustice in Newark’s Ironbound neighbourhood. A geographic, ethnographic and historical approach
    pp. 49-74
  • Alison F. StowellMartin Brigham
    Extractivism, value and waste. Organizational mining of e-waste in the United Kingdom
    pp. 75-96
  • Patrik ZapataMaría José Zapata Campos
    Waste tours. Narratives, infrastructures and gazes in interplay
    pp. 97-118

Politique et poésie des déchets, Lucie Taïeb, Vacarme, n°79, avril 2017

“Lucie Taïeb ouvre ici une réflexion qui se poursuivra sur plusieurs numéros de Vacarme. Pour débuter cette série sur la politique et la poésie des déchets, elle a choisi d’accompagner son propos des contributions de Max Liboiron et Jennifer Scappettone.

« Rien n’est plus invisible que ce qui s’étend au regard de tous. » C’est par cette phrase que Don De Lillo ponctue une scène de son roman fleuve, Outremonde, dans laquelle l’un de ses personnages fait l’expérience tout à la fois mystique et concrète d’une révélation : à la veille d’un rendez-vous professionnel avec les gestionnaires de la décharge de Fresh Kills, Staten Island, ce personnage se perd sur une bretelle d’autoroute, et se trouve confronté, dans un décor qu’il ne reconnaît pas, à un spectacle singulier — cette même décharge, vue de Manhattan, ses quatre montagnes de déchets, architecturées, monumentales, surmontées du vol incessant des mouettes.”

Lire la suite…

Réparer le monde. Excès, reste et innovation, Techniques & cultures, n° 65-66, 2016

Un très beau numéro double, exceptionnel par son iconographie, la pluralité des approches, la diversité des auteurs… à offrir à vos proches pour les fêtes !

“Comment penser la production toujours plus excessive des restes de nos sociétés ? Comment repérer des espaces de créativité et d’innovation dans ce qui apparaît comme une des faces les plus refoulées de notre modernité ?
Ce numéro exceptionnel de Techniques & Culture livre un panorama international et varié des recherches sur les restes : de la géographie de la couronne de satellites poubelles autour de notre planète à une ethnographie du 7e continent de plastiques, en passant par une anthropologie des déchets ménagers ou « anatomiques » ou encore par l’exposé de différentes innovations sociales et techniques répondant aux excès des sociétés modernes. Il permet au lecteur de fonder une pensée, ou plus simplement, de s’orienter face aux discours alarmistes ou aux utopies technicistes (…)”

Lire la suite, voir le sommaire…

Déchets. Perspectives anthropologiques, politiques et littéraires sur les choses déchues

Une livraison de la revue A contrario, 2013/1 (n° 19). 134 pages.

“Ce numéro s’attache à traverser des pratiques, à questionner ce que nous tentons de faire des restes de nos activités humaines. Ceux-ci s’entendront au sens le plus large : détritus des processus de production ou de consommation, résidus de mémoire, déchéances des corps individuels et sociaux. Les articles qu’on va lire explorent le dédale des espaces quotidiens, littéraires, médicaux, mémoriels ou muséaux, où l’on bute à chaque fois sur le déchet en travers du chemin. L’avant-propos suggère au lecteur et à la lectrice de prendre pour guide dans ce labyrinthe la petite bobine de la nouvelle de Kafka.”

Voir le sommaire, accéder au numéro sur Cairn…

Où va l’homo detritus ? Mouvements 2016/3 (n° 87).

La dernière livraison de la revue Mouvements, coordonnée par Stéphane Le Lay, Agnès Jeanjean et Olivier Roueff

“Depuis quelques années, la présence des déchets s’impose au plus grand nombre dans tous les espaces physiques de la planète, y compris les plus « improbables ». Qu’il s’agisse des scènes artistique, économique ou scientifique1, ils suscitent un véritable regain d’intérêt. Ce dernier prend des formes variables plus ou moins inquiètes frappées du seau de l’ambivalence. Les déchets peuvent tour à tour être envisagés comme menace de mort2, synonymes de dangers ou vecteurs de renouvellement, de lien social, de créativité, de subversion. En tant que « revers de la production » (Serge Latouche, présent dans ce numéro), ils constituent un objet saillant de l’économie politique. Issus de l’activité humaine, comme l’écrit si justement Jean Gouhier, « le déchet signale l’emprise humaine et révèle ses technologies3 », ils renvoient inévitablement à des rapports sociaux, ils en sont le produit, et c’est sous cet angle qu’ils nous intéressent ici (…)”.

Lire la suite de l’introduction…

Voir le sommaire…

Sur les pas des chiffonniers de Nanterre (1850-1950)

Sur les pas des chiffonniers de Nanterre (1850-1950), Mélanie CORNIERE et Gilles FISSEUX, n° 46 de la Société d’Histoire de Nanterre, déc. 2012.
“Cet ouvrage, émouvant et très documenté, avec de superbes illustrations, propose de plonger au cœur du quartier des Fontenelles, du temps où trois familles, venues s’installer aux marches de la Défense, ont enraciné le métier de chiffonnier à Nanterre. Ces précurseurs du tri sélectif ramassaient, dans les rues de Paris, les vieux chiffons pour les papeteries, les peaux de lapin pour les industries de fourrure, ou pour faire la colle de peau (utilisée en ébénisterie ou pour la marqueterie), les os pour la fabrication de colle, phosphore des allumettes, gélatine comestible ou pour les films photographiques, la ferraille pour la métallurgie, les boîtes de conserve pour l’industrie du jouet, le verre ou le papier pour la cartonnerie. Des déchets qui étaient ensuite revendus et recyclés.”

En savoir plus et voir les 74 p. du PDF

Informalité, pouvoirs et envers des espaces urbains, L’espace politique n°29

Une livraison de la revue en ligne L’espace politique, accessible sur revues.org. , sous la direction de Sébastien Jacquot, Alexis Sierra et Jérome Tadié. Le numéro ne présente pas d’article spécifique lié aux déchets, mais de nombreux exemples d’analyse sur l’informalité et une introduction stimulante.

Extrait de l’Introduction de Sébastien Jacquot, Alexis Sierra et Jérôme Tadié :

“Dès lors, l’étude de l’informalité politique implique une enquête sur les pouvoirs urbains, dans leur diversité, à travers leurs pratiques, articulations, modes de visibilité et registres de légitimation. L’objectif n’est pas d’opposer une sphère légale dominante à des sujets marqués par des pratiques politiques informelles, un haut à un bas. Il s’agit plutôt d’analyser les modalités de la construction d’espaces politiques voire du politique, tant dans les marges de l’intervention urbaine, que dans la pratique quotidienne du gouvernement de la ville. De fait, l’informalité politique, qui se traduit par une variété d’arrangements, concerne aussi bien les citadins qui disposent de peu de ressources et d’accès aux sphères dominantes, que les intermédiaires et les élites, en interaction ou non. Ces arrangements révèlent des fabriques de la ville, par leurs articulations originales à l’espace urbain. Ce numéro se place ainsi dans le double contexte des études urbaines – souvent centrées sur les seules dynamiques et politiques « officielles » – et des études sur l’informalité – trop souvent cantonnées aux villes du Sud et au domaine de l’économie, ou d’une criminalité instituée. Il se dégage des représentations classiques d’un Sud informel et d’un Nord formel, bien ancrées dans les esprits malgré les critiques régulièrement formulées à son endroit (Roy, 2005). Suivant cette perspective, Martijn Koster dénonce dans ce numéro le préjugé habituel qui considère les pratiques de médiations des courtiers comme des éléments de bonne gouvernance et de pratiques participatives citoyennes au Nord et des résidus de clientélisme à dépasser au Sud.”

Lire les articles…

 

Travail et informalité, Sociologie et sociétés

Une livraison de la revue  Sociologie et sociétés, Travail et informalité. Nouvelles figures de l’exploitation et des mobilisations au Nord et au Sud, 2015, vol. 47/n°1, Presses Universitaires de Montréal.

“(…) En regroupant sous la catégorie d’informels des travailleurs atypiques, indépendants, à domicile, les précaires (sur)vivant de petits boulots, ce numéro s’inscrit volontairement dans les controverses sur la façon de caractériser le travail informel, tout en s’en démarquant. Le travail informel ne peut être considéré comme une sphère autonome de l’économie formelle. Activités informelles et formelles sont résolument imbriquées. (…) Ces travailleuses et travailleurs contestent l’ordre social sous de multiples aspects (…). C’est ce qu’illustrent les articles de ce numéro regroupés sous deux axes en mettant l’accent d’un côté sur les résistances, les contraintes institutionnelles et les adaptations et, de l’autre, sur les mobilisations.” (extrait de la 4ème de couverture).

Accéder au site des Presses universitaires de Montréal

Le déchet d’hier et d’aujourd’hui

Stéphanie Messal, Coline Morice (dir.). Le Val, ASER, 2014, 84 p. (Supplément au cahier de l’ASER, 14) : “Le déchet est, et a toujours été, un élément important de la société, un enjeu « proprement » dit, dont hommes et femmes ont cherché à contrôler l’entreposage, la réduction ou les métamorphoses. Il exprime tout à la fois le passage, la cohésion et les jeux de pouvoir entre les individus. Il est matière à réfection et à réflexion, il s’impose sur les notions-clés de temps et d’espace, il passe et repasse de l’ombre à la lumière, du statut d’objet domestiqué à celui d’objet de débats. Le déchet est surtout multiple. A travers diverses thématiques, les contributions de ce volume cherchent à affiner les sens qui sont donnés à ces objets et substances parfois qualifiés d’extrêmes.”

En savoir plus…

Mutations des services urbains : le cas des déchets au sud

Mutations des services urbains : le cas des déchets au sud. Flux,  n° 87, 2012/1.

Le dossier de ce numéro de la revue Flux rassemble des articles traitant de la mutation des services urbains à partir d’une approche sectorielle, la gestion des déchets, et dans le cas des villes du Sud. En amont de ce projet de dossier, s’est tenu le 8 mars 2011 à l’École des Ponts ParisTech un séminaire visant à explorer des enjeux relatifs à la mutation des services urbains au Nord comme au Sud. Il s’agissait de mener une première réflexion sur les services urbains en s’interrogeant sur l’avenir du modèle du réseau comme figure centrale de la pensée de la transition urbaine. Le dossier ne se propose donc pas de couvrir l’ensemble de la question des mutations des services urbains mais d’en illustrer quelques éclairages originaux et remarquables sur les mutations à l’œuvre dans le secteur des déchets au Sud. Continuer la lecture de Mutations des services urbains : le cas des déchets au sud

Le génie du propre

Le génie du propre in Annales de la Recherche Urbaine, n°53, 1991

Au sommaire : La propreté au risque de l’exclusion : gestion de la propreté urbaine et images de villes (Maïté Clavel) / La mise au propre des villes indiennes: de la dégradation à la différenciation ? (Philippe Cadène) / Le rangement du résidu, réflexion sur le propre et le sale (Georges Knaebel) / Gérer ses résidus en public, les habitants de Temara aux prises avec leurs déchets (Michèle Jolé) / De l’humide au sec vers la fin des saisons, la disparition des milieux naturels urbains XVIII – XIX° siècles (André Guillerme) / Sisyphe dans la ville, la propreté à Besançon au fil des âges (Denis Guigo) / La domestication urbaine des commodités, les modèles d’habitat des usines Schneider au Creusot (Jean-Pierre Frey) / Mesurer l’hygiène urbaine en épargnant les propriétaires : le casier sanitaire des maisons de Paris (Yankel Fijalkow) / La rose et l’ordure à la Villeneuve de Grenoble : propreté urbaine et grands ensembles (Jean Gauhier) / Du balai ou les ratées du progrès (Gérard Bertolini) / La propreté du métropolitain : vers un ordre post-hygiéniste (Michel Kokoreff) / Le choix public du propre, une propriété des sociétés modernes (Henri-Pierre Jeudy) / Le cercle de l’immondice, postface anthropologique (Colette Pétonnet)
Continuer la lecture de Le génie du propre