Archives de catégorie : Articles

Le déchet, une nouvelle ressource à gérer en commun ? Un article d’Helen Micheaux et Franck Aggeri dans The Conversation, 22 mars 2019

“Depuis les années 1990, la mise en place du principe européen de « responsabilité élargie des producteurs » (REP) oblige ces derniers (fabricants, distributeurs, importateurs) à contribuer à la gestion de la fin de vie de certains produits mis sur le marché.

Dans la plupart des pays, les producteurs ont choisi de déléguer cette responsabilité à des organismes collectifs. En France, on les appelle « éco-organismes ». Il y a par exemple Citeo pour la filière emballage et ESR et Ecologic pour la filière des déchets électroniques. Les producteurs s’acquittent d’une contribution calculée en fonction du volume des produits proposés. (…)”

Lire la suite…

Les déchets, combien ça coûte ?

Questions de développement n°40, AFD

“L’Agence française de développement (AFD) a piloté, avec Le Mans Université, l’association Gevalor, Urbananalyse et ALBWaste, le programme de recherche ORVA2D (Organisation de la valorisation des déchets dans les villes en développement), afin de mieux comprendre le modèle économique des filières de valorisation des déchets et d’émettre des recommandations. Ce programme a porté sur six cas d’étude : Antananarivo, Bogotá, Delhi, Lima, Lomé et Surabaya.”

En savoir plus et télécharger le document…

Une intenable bureaucratie de la rue : les travailleurs sociaux face aux débordements des marchés informels, un article de Virginie Milliot

Une intenable bureaucratie de la rue : les travailleurs sociaux face aux débordements des marchés informels, un article de Virginie Milliot, dans la REVUE DE LA SOCIETE SUISSE D’ETHNOLOGIE, TSANTSA 21 / 2016

Résumé : Depuis l’automne 2009, un « carré des biffins » a été ouvert Porte Montmartre dans le 18e arrondissement de Paris. Ce dispositif est une réponse institutionnelle à la mobilisation de vendeurs de rue soutenus par des habitants et des militants, pour l’obtention d’un espace de vente légalisé. Cet espace expérimental, encadré par des travailleurs sociaux, légalise trois jours par semaine la vente d’objets issus de la récupération pour quelque centaines de vendeurs. Dans cet article nous proposons d’analyser la mise en pratique de ce dispositif qui a pris la forme d’une sorte de bureaucratie de la rue. Après une présentation des mondes pluriels du marché informel, nous questionnerons les réticences politiques à la légalisation de ce commerce de rue  et ce que révèle la peur du capitaliste aux pieds nus. Nous exposerons ensuite les difficultés que les travailleurs sociaux ont expérimentées en tenant ce guichet avancé au cœur de mondes qui s’étaient préalablement développés en dehors de tout cadre institutionnel. Nous analyserons comment cette expérience a amené les travailleurs sociaux à remettre en question leur mission d’insertion et de socialisation. Pour finir, nous questionnerons le sens de ces simulacres institutionnels qui sont publiquement présentés et justifiés en des termes auxquels personne ne croit, qui relèvent pour les acteurs mêmes d’une fiction politique.

Mots clefs : marché informel, expérimentation sociale, ethnographie des politiques publiques, empowerment.

Accès à la totalité de l’article

« Le marché aux puces de Marseille va-t-il disparaître ? » un article de Michèle Jolé & William Kornblum, Métropolitiques

Le marché aux puces de Marseille est au cœur d’une gigantesque opération de rénovation urbaine qui risque de l’effacer de la carte. Michèle Jolé et William Kornblum, deux Marseillais d’adoption, explorent la perte que la transformation de cette institution représenterait pour les habitants et plus largement pour les quartiers Nord de la métropole phocéenne. Lire la suite…

Les petites mains du recyclage marocain, The Conversation, B. Florin, M. Azaitraoui, P. Garret

Cet article fait suite à une série de travaux réalisés autour de l’ouvrage « Que faire des restes ? » (Presses de Sciences Po, 2017). Les photographies sont de Pascal Garret. Sociologue et photographe indépendant, il collabore notamment avec des chercheurs en sciences sociales sur le thème de la récupération des déchets et de leur recyclage.

Lire l’article…

Politique et poésie des déchets, Lucie Taïeb, Vacarme, n°79, avril 2017

“Lucie Taïeb ouvre ici une réflexion qui se poursuivra sur plusieurs numéros de Vacarme. Pour débuter cette série sur la politique et la poésie des déchets, elle a choisi d’accompagner son propos des contributions de Max Liboiron et Jennifer Scappettone.

« Rien n’est plus invisible que ce qui s’étend au regard de tous. » C’est par cette phrase que Don De Lillo ponctue une scène de son roman fleuve, Outremonde, dans laquelle l’un de ses personnages fait l’expérience tout à la fois mystique et concrète d’une révélation : à la veille d’un rendez-vous professionnel avec les gestionnaires de la décharge de Fresh Kills, Staten Island, ce personnage se perd sur une bretelle d’autoroute, et se trouve confronté, dans un décor qu’il ne reconnaît pas, à un spectacle singulier — cette même décharge, vue de Manhattan, ses quatre montagnes de déchets, architecturées, monumentales, surmontées du vol incessant des mouettes.”

Lire la suite…

Deux articles d’Urbain Trop Urbain sur les déchets et décharges

L’impossible à exposer. “Pourquoi l’économie des déchets ne peut-elle se présenter, sinon de façon illusoire, comme résolution ou achèvement d’un cycle? Parce que le résidu est non seulement l’envers de la production capitaliste, mais qu’il relève aussi d’une hétérogénéité irréductible, qui exige que nous sortions des schémas de l’économie restreinte (…)” Un article de François-René Datry.

Lire la suite…

Attention décharge… Suivez le guide ! “L’exposition-recherche présentée au MuCEM de mars à août 2017, intitulée « Vies d’ordures » traite de l’économie des déchets en Méditerranée. Elle raconte nos modes d’échanges avec les déchets, ce qui circule de nous à eux, l’énergie qu’ils nous font dépenser et celle qu’ils nous font gagner, les spéculations dont ils font l’objet, les pertes irrémédiables qu’ils génèrent, et nous avec (…). Un article de Claire Dutrait.

Lire la suite…

L’institutionnalisation des marchés informels à Paris : une situation d’entre-deux dans le gouvernement des espaces publics

Un article d’Hélène Balan, dans Carnet de géographes (2014)

RÉSUMÉ
“A Paris, le développement dans l’espace public de marchés informels pouvant rassembler jusqu’à plusieurs centaines de personnes soulève la question de l’institutionnalisation de l’informel dans une métropole européenne gouvernée par une municipalité socialiste. Cet article s’interroge sur les enjeux territoriaux et scalaires des controverses politiques autour de ces marchés informels. Il analyse la situation d’entre-deux dans le gouvernement des espaces publics ouverte par la défense d’un « droit à la ville » de ces vendeurs précaires et d’une gestion locale de ces marchés à travers la mobilisation des biffins, vendeurs d’articles de récupération, d’après un ancien nom des chiffonniers. Il s’agit de montrer comment les controverses autour des marchés informels aboutissent à une gestion au cas par cas et à la marge de cette économie de survie urbaine, qui révèle les limites de la promotion du local comme échelle de l’alternative.”

Lire l’article…

Le « sale boulot », entretien avec Dominique Lhuillier – Propos recueillis par Nadia Taïbi

Dans la Revue Sens-Dessous, un entretien où il est beaucoup question des “travailleurs des déchets” et de “sale boulot” (janvier 2014)

Sens-Dessous – Parle-t-on de « sale boulot » pour désigner une tâche qui revêt en elle-même une dimension dégradante ? Ou est-ce plutôt parce qu’elle est traditionnellement dévolue à des individus socialement relégués qu’elle se trouve ainsi qualifiée ?

Dominique Lhuillier – Il est difficile de répondre à cette question car il y a différentes catégories de sales boulots et différents facteurs entrent en jeu. Partons d’un exemple assez évocateur, celui des travailleurs des déchets. Historiquement, quand on a commencé à organiser la collecte des déchets, cette tâche fût réservée aux condamnés, aux mendiants, à tous ceux qui étaient déjà dans une position de relégation sociale. On peut dire qu’on a attribué la tâche de ramasser les déchets aux éléments déchus du corps social. Les choses ont évolué. On a cherché à faire une présentation plus « sexy » de cette filière : on ne parle plus beaucoup d’ordures mais de déchets, d’industrie verte… Un nombre impressionnant de formules a pour vocation de masquer, d’euphémiser ce dont il est question de fait. Cependant on ne peut toujours pas dire que les personnes qui exercent dans cette filière aient une image sociale extraordinaire. Il n’y a pas beaucoup d’enfants dont le désir est de devenir éboueur ou égoutier.

Lire la suite de l’entretien…

 

Beirut’s Toxic Torrent of Trash

The latest solution to Beirut’s trash problem fell through just two weeks ago. Back in July, the government closed the “temporary” Naameh landfill to the southeast of Beirut, stretched to capacity after 20 years of dumping. The government’s contract with a waste management company also happened to expire that month, meaning the city’s trash not only has nowhere to go—it also has no one to pick it up. In November, residents without options began a makeshift dump in the Jdeideh municipality, a city suburb. Hence, the “river of trash,” above.

Aarian MARSHALL, Citylab, le 29/02/2016

Lire la suite de l’article…

Vies perdues. La modernité et ses exclus, Zygmunt Bauman

Un essai sur les rebuts de notre société, Payot, Rivages Poches, 2004/2009, 272 p.

Le triomphe global de la modernité a changé le monde dans lequel nous vivons. Si le monde moderne est fondé sur la construction de l’ordre, la situation initiale a été rendue de plus en plus complexe par l’augmentation de la population, l’accélération du processus industriel et l’émergence de nouveaux pays accédant à la modernisation. Toute forme d’ordre implique des rebuts. Notre planète est pleine et déborde de déchets ; mais aujourd’hui, ce terme désigne souvent ce que l’auteur appelle des ” déchets humains “, une population en surnombre d’êtres qui sont rejetés, exclus, qui ne peuvent rien faire de leur existence.

Voir Cultures et conflits : Appadurai et Bauman : deux regards sur la modernité, sa globalisation et ses violences

Tribulations de fin de vie d’une bouteille en plastique au Caire, P. Desvaux

Un article de Pierre Desvaux, dans Géographie et Cultures, 91-92 | 2015 : Géographie des objets

“Cet article cherche à se pencher sur les circulations de déchets au Caire (Égypte). À travers le suivi des circuits de recyclage potentiels d’une bouteille en plastique théorique, je chercherai ici à montrer que si les objets ont une vie tant sociale que spatiale, ils ont alors également une « mort » qui prend la forme de circuits de récupération, de tri et de recyclage. Cette mort sociale des objets s’insère au sein d’une multiplicité de pratiques difficilement contrôlables et soumises aux aléas de l’économie mondialisée.” (résumé)

Lire l’article entier

Des objets et des déchets loin d’être en reste, S. Messal

Un article de Stéphanie Messal, dans Géographie et Cultures, 91-92 | 2015 : Géographie des objets

“L’étude d’une « ressourcerie » m’a conduit à interroger la place de l’objet vis-à-vis du déchet. Le déchet est partout, nos poubelles débordent, affirment les média ! On nous parle de sa prolifération et des modes de prévention à mettre en place contre cet indésirable. Mais ne faudra-t-il pas s’interroger avant tout sur ce qu’est le déchet : un détritus ou un reste ? Quel avenir peut-on lui réserver : un sort funeste pour cet inutile, voué à être détruit et enseveli, ou un « encore » possible qui le destine à une réutilisation ? En circulant, cette triade objet-détritus-reste se confond et se mélange : l’objet chute et se perd ou se donne à d’autres.” (Résumé)

Lire l’article