Archives de catégorie : Fictions

Le Sale Discours. Géographie des déchets, David Wahl, 2018

Un livre, un pamphlet, une pièce de théatre et de la poésie !

“Le Sale Discours, c’est un récit qui parle d’environnement. D’un environnement façonné par nos ordures, nos excréments et nos déchets. C’est un récit qui parle de notre instinct de survie, de nos rêves d’éternité, de la peur de la mort. C’est le récit de l’homme, qui envisage sa survie au prix de son environnement. Où l’on croise un cochon, des atomes, Marie Curie, la Voie lactée — et notre reflet. Né en 1978, comédien, dramaturge et écrivain, David Wahl cherche à tisser des liens entre différents domaines souvent trop séparés, théâtre et science, recherches savantes et récits populaires, savoirs et curiosités. Le Sale discours est sa première « causerie » (les trois premières (Traité de la boule de cristal, La Visite curieuse et secrète et Histoire spirituelle de la danse ont paru aux éditions Archimbaud-Riveneuve. Son travail, à vocation encyclopédique, paraîtra désormais aux éditions Premier Parallèle.”

Lire la recension sur Médiapart

L’ouvrage chez l’éditeur

Iegor Gran, L’écologie en bas de chez moi, P.O.L., roman/essai, 2011, 192 p.

“Il semble qu’aujourd’hui le développement durable soit la seule idéologie qu’il nous reste. De facture relativement récente, on la retrouve cependant partout, tout le temps. Elle accommode l’école, bien sûr, mais aussi le travail, le supermarché, la politique… Le Pape même s’y est mis. Sujet incontournable, consensuel ou presque…
Iégor Gran a voulu comprendre. Était-il le seul à sentir le grotesque des discours moralisateurs, l’insupportable opportunisme marchand des uns et des autres, le culte du déchet, et cette curieuse manière d’idolâtrer la science – quand elle prédit l’avenir – tout en la rejetant quand elle est moteur de progrès ?… Comment font les français, ce peuple frondeur (au moins en paroles, sinon dans les actes), pour accepter ce culte du geste symbolique, cette immodération vers le bien pratiquée à dose homéopathique et imposée à tout le monde ?
Le plus terrible dans ce déferlement de bonne conscience, c’est que l’on nous invite à ne plus penser. À mettre un sérieux bémol à la culture et à la civilisation au nom d’un danger imminent.
Et comme le développement durable est une idéologie transversale, il permet d’aborder les sujets aussi variés (et passionnés) que les limites de la science, l’opportunisme politique, l’économie de marché, les rapports Nord-Sud, l’avenir de la civilisation, le rapport aux croyances, le rôle de la culture, etc. Iégor Gran ne s’en est évidemment pas privé, concevant son livre comme un arbre de Noël : sur le tronc central de la discussion de fond, il a accroché des notes de bas de page où il explore certains abysses de la bêtise humaine tout en faisant avancer le récit. Car il s’agit d’un récit tout autant qu’un essai, d’une autofiction tout autant qu’un roman.”

En savoir plus…

Gérard Bertolini nous fait l’honneur d’une nouvelle ! Déchets fous. Sauve-qui-peut !

Déchets fous. Sauve-qui-peut. Une petite nouvelle de Gérard Bertolini

Notre planète est entrée dans une ère d’hyperconsommation, de marchandises, d’énergie, de ressources. « A vau-l’eau ». « A qui mieux mieux ». «Tout nouveau tout beau ». L’innovation s’emballe, avec son cortège d’obsolescences. Tout cela s’accompagne d’un redoutable accroissement de la production de déchets, et en particulier de déchets dangereux, nucléaires et autres.

Où les « fourrer » ? A qui les « fourguer » ?

Sous la pression des écologistes, les mouvements transfrontières de déchets dangereux ont été interdits ; au demeurant, le tiers-monde comme le quart-monde n’en veulent plus et se rebiffent à leur endroit. Désormais, les données relatives à la génération de tels déchets sont enregistrées et centralisées, en temps réel et de façon exhaustive. La vidéosurveillance est partout, sur terres comme sur mers. Finis les trafics juteux, les vaisseaux du poison déchargeant leur cargaison dans des pays pauvres et corrompus, ou en pleine mer ; la mafia est sous contrôle. Chaque pays doit donc gérer par lui-même ses déchets dangereux.

Forts des conseils de laboratoires en pointe sur le sujet, des dirigeants décident alors d’enfouir ces déchets, non plus seulement en surface, mais en profondeur, cela malgré les protestations des populations et plus encore l’opposition farouche des écologistes.

Lors de la première réalisation de ce type, des écolos vont jusqu’à s’enchaîner aux équipements de forage. Un commando d’intervention de l’armée, spécialement formé et équipé de scies-lasers, intervient et les déloge sans ménagement. Ces activistes, au premier chef un certain Greener, considéré comme le meneur de la bande, sont déportés et envoyés sur un îlot insalubre, perdu au milieu du Pacifique et menacé par la montée des eaux.

Les enfouissements profonds de déchets dangereux se multiplient. Dans le même temps, la pénurie croissante de divers minerais conduit également à multiplier les puits d’extraction profonds, y compris sous les océans ; s’y ajoutent, pour se procurer de l’énergie, outre des forages géothermiques, l’exploitation des schistes bitumineux, assortie de fracturations souterraines. Les uns et les autres puits finissent par se rencontrer, provoquant des accidents majeurs.

Pour s’efforcer d’éviter le renouvellement de telles catastrophes, et grâce aux progrès des technologies de forage, les déchets dangereux font l’objet d’enfouissements de plus en plus profonds : non plus quelques centaines de mètres ou quelques kilomètres, mais plusieurs centaines de kilomètres. On ne se contente donc plus de gratter l’écorce terrestre, ni de casser la croûte, … jusqu’à ce qu’une réalisation d’avant-garde finisse par percer le manteau !

Piqué au vif, Vulcain se réveille en sursaut. A une vitesse vertigineuse, le magma terrestre monte en surface. L’éruption dure des décennies, la catastrophe devient gigantesque. Le ciel reste longtemps obscurci ; après une très longue période de réchauffement climatique, le globe subit un refroidissement brutal et prolongé, avec tout un cortège de conséquences désastreuses.

Désemparés, nos dirigeants placent alors de nouveaux espoirs dans le ciel. Des fusées téléguidées font bientôt la navette, pour acheminer les déchets sur la lune.

Cependant, un accident se produit : une fusée heurte un gros débris spatial, abandonné lors d’une précédente mission. Les Terriens, inquiets des risques grandissants de collisions résultant des nombreux débris de fusées et de satellites qu’ils avaient laissés là-haut, envisagent un nettoyage de l’espace, avec des remorqueurs munis de filet, de grappin ou de harpon, pour rapporter de gros débris ou les tracter jusqu’à des orbites-cimetières ; s’y ajouteraient des balais-lasers pour les désintégrer . De plus, certains débris se fragmentent naturellement, jusqu’à devenir des poussières, en entrant dans les couches de l’atmosphère ; dès lors, des satellites aspirateurs sont imaginés. Toutefois, faute de financements suffisants, ce programme reste embryonnaire.

Cet accident ne fut pas la raison de l’abandon des dépôts de déchets sur la lune ; la cause majeure fut qu’il contrariait le développement prévu des implantations d’habitats sur cette petite planète. Les premiers colons, furieux, exigent leur rapatriement et les futurs colons annulent leur réservation, sans parler de la manne touristique perdue.

Face à ce conflit d’intérêts, les Terriens, toujours à la recherche d’une planète poubelle, décident d’aller plus loin, en envoyant les colis sur Mars ; mais c’était sans compter sur l’ire et la réaction des Martiens. En représailles, ces derniers montent une opération de retour à l’envoyeur.

Toutefois, malgré d’habiles manœuvres d’évitement, des fusées martiennes entrent à leur tour en collision avec de gros débris de fusées et de satellites abandonnés là-haut par les Terriens ; d’autres vaisseaux, en arrivant dans la banlieue de la Terre, sont confrontés à un épais brouillard résultant de menus fragments et de poussières ; ils ratent une partie des cibles qu’ils avaient privilégiées, à savoir les colis de déchets dangereux stockés dans des silos. L’opération se solde donc par un semi-échec.

Pour les Terriens, il s’agissait là d’une retombée heureuse et inattendue du retard pris dans leur programme de nettoyage : les débris et poussières qui les entourent ont constitué une sorte de bouclier face à l’offensive des Martiens. Néanmoins, la défense ainsi constituée n’était que partielle. Nos dirigeants comprirent que les Martiens ne s’en tiendraient pas là, qu’ils allaient certainement fomenter d’autres raids plus ravageurs.

L’épopée céleste de nos déchets dangereux ne s’arrête pourtant pas : les Terriens se tournent vers Vénus, jusque là restée vierge ; forts des nouveaux progrès de la science spatiale, certains proposent même d’aller jusqu’à Mercure, ou sur des astéroïdes, entre Jupiter et Mars, voire de sortir du système solaire et d’atteindre d’autres galaxies.

Jusque là, les Terriens avaient réussi à tromper la vigilance de Saturne, planète sentinelle ; mais, avec des moyens de fortune, Greener et ses amis réussissent bientôt à construire un super-émetteur à très longue portée ; ils envoient un message sidéral faisant état, outre des incivilités passées de dirigeants de la Terre, de ces nouveaux projets redoutables. Le message est capté et déchiffré par Walkie, une fille de Vénus, qui le diffuse largement. Une conférence interplanétaire est mise sur pied. Les Terriens risquaient fort de s’attirer les foudres de Jupiter : « tout cela fait tache » ; « ôte-toi de mon soleil ! ».

Les tentatives de remise à la raison des dirigeants de la Terre ayant échoué, les planètes coalisées saisissent l’instance suprême, le Tribunal du Cosmos, chargé des crimes et délits contre l’Univers. L’avocat de la Terre plaida certes coupable, mais demanda l’indulgence, en faisant état de circonstances exténuantes. Ces faux-fuyants furent rejetés ; le tribunal estima que l’incontinence des Terriens était inexcusable ; en effet, pour éviter la production de tels déchets, des méthodes contraceptives efficaces existaient bel et bien, de longue date ; de plus, il fut affirmé que ces zombis avaient perdu toute forme de conscience et d’humanité.

La terrible sentence tomba : la Terre fut condamnée à être expulsée du système solaire ; elle s’enfonça dans les ténèbres et connut la nuit éternelle.

Toutefois, au préalable, in extremis, et pour les remercier, une fusée avait été envoyée sur l’îlot, pour y récupérer les écolos ; ainsi, parmi les Terriens, eux seuls furent sauvés ; Greener a eu le bonheur de rejoindre Walkie, la fille de Vénus qui avait précédemment réceptionné son message.

Les fils conducteurs, Guillaume Poix, Verticales, 2017 (roman)

“«Quand les enfants crèvent les écrans, quand ils arrachent le plastique et fractionnent les écorces de cette forêt véreuse, quand ils posent les doigts sur les fils conducteurs, les dénudant de leur enveloppe isolante pour atteindre l’âme dont ils jaugent la souplesse, le courant pourrait surgir, s’accrocher à leurs phalanges, les mordre – et puis les avaler.»

Près du port d’Accra, au Ghana, dans une immense décharge de produits électroniques, Isaac et Moïse initient Jacob à la «fouille». Trois jeunes garçons plongés dans les déchets de l’obsolescence industrielle auxquels Guillaume Poix donne une grâce singulière. Ce premier roman captive tant par son style lyrique et son ambition documentaire que par l’humour impitoyable qui interroge les zones troubles du regard occidental.” – Quatrième de couverture

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Verticales/Verticales/Les-fils-conducteurs

Poésie des déchets, Gérard Bertolini, Edilivre, 2017

Gérard Bertolini, économiste, grand spécialiste et précurseur des recherches sur les déchets vient de publier “Poésie des déchets”.

Sommaire : Gâche-pillage / Tout acheter, tout à jeter / Ecce homo / Homo plasticus / Homo électronicus / Essences de l’obsolescence / Déchéance / Flétrissures de l’âge ? Contre-pieds / Rejets nostalgiques / Rebutés / L’immondice / Ordure / Déchet prononcé / Repérage du déchet dans les couples / Jeu de cache-cache / Affaire de psy / Déchet-miroir / Riches et pauvres / La ville aseptisée / But et rebut / Déchet-décès ; parallèles / Du balai / Poussières / Balayures, ordures : toi et patois / Vieillesboues / Chiures / Poésie spatiale / Ménage naturel / Poubelle…/ Mises à sacs / Bord de route / Epopées de déchets toxiques / Déchets nucléaires, lanlaire / Poubelles de bord de mer / Trésors de plage / Mer poubelle / L’éboueur / Décharge / Villes pyromanes / Incertitudes / D’une fois l’autre/ Belle revanche : le retour du rejeté /Compostage / Biffins et autres crocheteurs / Parlons encore chiffons / Papelards/Cartonnages / Verre éternel / Déchet fait art / Rouille / Ferrailleurs / Vol de métaux/ Trions / Contre-courant / Régime minceur / Ultimes déchets.

L’éditeur…

Politique et poésie des déchets, Lucie Taïeb, Vacarme, n°79, avril 2017

“Lucie Taïeb ouvre ici une réflexion qui se poursuivra sur plusieurs numéros de Vacarme. Pour débuter cette série sur la politique et la poésie des déchets, elle a choisi d’accompagner son propos des contributions de Max Liboiron et Jennifer Scappettone.

« Rien n’est plus invisible que ce qui s’étend au regard de tous. » C’est par cette phrase que Don De Lillo ponctue une scène de son roman fleuve, Outremonde, dans laquelle l’un de ses personnages fait l’expérience tout à la fois mystique et concrète d’une révélation : à la veille d’un rendez-vous professionnel avec les gestionnaires de la décharge de Fresh Kills, Staten Island, ce personnage se perd sur une bretelle d’autoroute, et se trouve confronté, dans un décor qu’il ne reconnaît pas, à un spectacle singulier — cette même décharge, vue de Manhattan, ses quatre montagnes de déchets, architecturées, monumentales, surmontées du vol incessant des mouettes.”

Lire la suite…

Outremonde, Don Delillo, roman, Actes Sud, 1999

“De la chronique des vies ordinaires prises dans l’étau de la guerre froide à la grande — et petite — histoire de la bombe atomique, du légendaire match de baseball disputé à New York en 1951 à l’épilogue crépusculaire en Asie centrale, Outremonde couvre le dernier demi-siècle de l’histoire américaine.
Sur l’immense scène du roman, dans un foisonnement d’intrigues, certaines des figures qui ont marqué cette période — J. Edgar Hoover, Frank Sinatra, entre autres — croisent et recroisent les personnages de la fiction. Leurs voix, mêlées, construisent une polyphonie que DeLillo dirige et organise jusque dans ses plus subtiles modulations.
Fondant au creuset de son écriture le tout-venant de notre monde, les rebuts de son histoire industrielle comme les errements de son histoire politique, DeLillo fait surgir une éblouissante œuvre d’art, l’autre côté, obscur et souterrain, de l’humanité contemporaine.” (4ème de courverture)

Le pays où les arbres n’ont pas d’ombre, Katrina Kalda, roman, Gallimard, 2016

Chers visiteurs de SUD, voici un beau roman qui peut vous intéresser ! N’hésitez pas à nous envoyer vos références littéraires!

 

“Trois femmes, Marie, sa mère Astrid et sa grand-mère Sabine, habitent ensemble dans la Plaine, où elles ont été déplacées pour une raison qu’on leur tait. Dans cette banlieue végète une population misérable qui travaille dans de grandes usines de recyclage pour alimenter en matières premières utilisables la Ville peuplée de nantis paisibles.
Un jour, Astrid et sa fille décident de franchir le no man’s land qui sépare la Ville et la Plaine, pour rejoindre le père de Marie…
L’univers imaginé par Katrina Kalda possède une grande force d’évocation et un charme puissant, instillant chez le lecteur un malaise et une fascination qui ne se dissipent pas.” (Quatrième de couverture)

Un entretien avec l’auteur…

 

Les chiffonniers littéraires : Baudelaire et les autres. Conférences, cours et séminaires au Collège de France

Les Chiffonniers littéraires : Baudelaire et les autres
Cycle organisé par Antoine COMPAGNON, Professeur
Cours le mardi à 16h30, suivi du séminaire, à 17h30 du 5 janvier au 5 avril 2016.
Amphithéâtre Marguerite de Navarre.
Mardi 5 janvier – « Cette industrie, dont le mode est repoussant, doit être encouragée »
Sabine Barles (Paris I)
Mardi 12 janvier – « Écritures des bas-fonds »
Dominique Kalifa (Paris I)
Mardi 19 janvier « La modernité des petits : panoramas, physiologies et panthéons »
Valérie Stiénon (Paris XIII)
Mardi 26 janvier – « Caricatures du chiffonnier : Daumier, Gavarni et les autres »
Ségolène Le Men (Paris X)
Mardi 2 février – « La figure du chiffonnier chez Walter Benjamin »
Jean Lacoste
Mardi 9 février
« Champfleury, promoteur du “sans art” » – Bernard Vouilloux (Paris IV)
Mardi 16 février
« Chiffonniers littéraires et petits journaux » – Jean-Didier Wagneur (BnF)
Mardi 8 mars – « “Habits ! galons ! Des vieux chiffons !” La chanson et les chiffonniers »
Romain Benini (Paris IV)
Mardi 15 mars – « Les chiffonniers photographiés : fantaisie pittoresque et réalité »
Dominique de Font-Réaulx (musée Delacroix)
Mardi 29 mars – « Nodier biffin »
Vincent Laisney (Paris X)
Colloque le jeudi 12 mai de 9h à 18h30 « Poètes de la voirie parisienne »

En savoir plus…

Pour écouter les interventions…

Le grand dépotoir, Eugène Barbu, Ed. Denoël, 2012

“Le personnage principal de ce roman est une vaste décharge creusée à la lisière de Bucarest. Au cours des années 1920, la zone se peuple de chiffonniers, de Gitans, de colporteurs, de cheminots, d’ivrognes et de brigands… Elle vit au rythme des charrettes d’immondices en provenance de la capitale toute proche. Au fil du temps, de noces en funérailles, de beuveries en bals populaires, cet immense terrain vague devient le miroir d’une société en métamorphose.
D’un naturalisme cru et d’une verve flamboyante, entre un naturalisme à la Zola et des fulgurances qui rappellent Malaparte, ce roman est la chronique d’une jungle sociale colorée, violente et d’une humanité sans fard” (Quatrième de couverture)

En savoir plus…

La grande décharge, Eric Pessan, Théâtre, Ed. de l’Amandier, 2011

“Ils ont quitté la ville, chassés par la misère, coupant tout lien avec leur passé.
Leur pas les ont guidés vers la grande décharge, ce ventre gigantesque surgi à la périphérie de la ville, sans cesse nourri et engraissé par la noria de benne chargée à ras bord de détritus et du trop-plein de ceux d’en face.
Petit à petit ils se sont acclimatés à leur nouvel environnement et y ont pris racine.
De la ville ils ont encore conservé le langage qui évoluera inéluctablement vers l’extrême dépouillement faute de nourriture spirituelle et d’un apport culturel.
Ils sont pourtant nos semblables, abandonnés au bord de la route puis oubliés. La grande décharge est devenue leur terre d’accueil où s’ébattent leurs enfants, loin du regard de leurs mères, continuellement inquiètes, mais impuissantes à suivre leur déplacement dans ce territoire chaotique, véritable enfer sur terre dont chaque parcelle est source de mortels périls.”

En lire plus…

 

Madame Diogène, roman d’Aurélien Deslaux, Albin Michel, 2014

“Madame Diogène ne vit pas dans un tonneau mais dans un appartement transformé en terrier. Elle y a accumulé au fil du temps des tombereaux d’immondices dont les remugles ont alerté les voisins. Elle n’en a cure, elle règne sur son domaine, observe le monde de sa fenêtre, en guette l’effondrement et le chaos. Elle sait qu’autre chose se prépare.” (Quatrième de couverture)

Lire la suite…

Lire une critique

Avenue des mystères, John Irving, roman, Ed. du Seuil, 515 p., 2016

“Lors d’un voyage aux Philippines, Juan Diego Guerrero, écrivain américain célèbre et vieillissant, revit en rêves récurrents les épisodes de son adolescence au Mexique, à la lisière de la décharge publique de Oaxaca où lui et sa sœur Lupe ont grandi.
Infirme depuis le jour où une voiture lui a écrasé le pied, Juan Diego a en outre le cœur fragile; il prend régulièrement des bêtabloquants, qui le protègent des émotions, et occasionnellement du Viagra, car on ne sait jamais… Des émotions, il en aura tout au long de son périple, notamment avec Miriam et Dorothy, mère et fille aussi désirables qu’inquiétantes. Ballotté d’hôtels en aéroports, Juan Diego se remémore entre autres la mort de sa mère, femme de ménage chez les jésuites et prostituée à ses heures, « tuée » par une statue géante de la Vierge Marie; son adoption par un couple improbable rencontré dans un cirque, où son destin et celui de sa petite sœur extralucide basculent. Marqué par le hasard et l’inéluctable, ce destin s’accomplira peut-être dans une modeste église au fin fond d’un quartier pauvre de Manille.
Dépaysement assuré dans ce récit jubilatoire et débridé, qui se teinte de gravité lorsqu’il aborde les mystères insondables de la condition humaine” (Quatrième de couverture).

Le seigneur des porcheries, Tristan Egolf, roman, Folio, 2000

“Ce premier roman singulier commence avec la mort d’un mammouth à l’ère glaciaire et finit par une burlesque chasse au porc lors d’un enterrement dans le Midwest d’aujourd’hui. Entre-temps, on aura assisté à deux inondations, à quatorze bagarres, à trois incendies criminels, à une émeute dans une mairie, à une tornade dévastatrice et à l’invasion de méthodistes déchaînés ; on aura suivi la révolte d’une équipe d’éboueurs et vu comment un match de basket se transforme en cataclysme.
Tout se passe dans la petite ville de Baker, sinistre bourgade du Midwest ravagée par l’inceste, l’alcoolisme, la violence aveugle, le racisme et la bigoterie. Au centre des événements, John Kaltenbrunner, un enfant du pays, en butte à toutes les vexations, animé par une juste rancœur. Comment John se vengera-t-il de la communauté qui l’a exclu ? Jusqu’où des années de désespoir silencieux peuvent-elles conduire un être en apparence raisonnable ?
Dans un style flamboyant, Le seigneur des porcheries retrace l’histoire de cette vengeance, telle qu’elle est contée, après la mort de John, par un des «humiliés et offensés» qu’il défendait.”