Archives de catégorie : Sur le web

“Profession, chiffonnier” exposition photo 28 mars-12 avril, ESS’pace 15 Rue Jean-Antoine de Baïf, 75013 Paris

A l’occasion de son grand retour en France, The Gold Diggers Project a le plaisir de vous convier au vernissage le 27 mars à 19h de son exposition photo “Profession, chiffonnier”.

Au programme : projection de vidéos du projet, échanges, vernissage de l’exposition, stands de biffins (prévoyez des espèces), buffet, boissons au bar

https://www.facebook.com/events/264266031116185/

Pour en savoir plus http://ww.facebook.com/events/1012178265637537/

Teclopolis, un court métrage d’animation, sur nos rebuts… et la fin du monde

“De vieux magazines dansent doucement dans le vent. Une caméra super-8 rampe sur une table en bois où dentelles et vieux duvets miment la marée. Soudain, une souris, puis deux, quatre, dix… Très vite toute une civilisation émerge, et là, frénétiquement, court vers son destin trop prévisible.

Superbe animation réalisée en 2009 à Buenos Aires (Argentine) par le studio CanCanClub.”

https://image-par-image.com/courts-metrages/teclopolis/

France Culture : 4 émissions sur les déchets dans Entendez-vous l’éco ?

Le 1/10 : Dans les poubelles de l’économie (1/4) : XIXème siècle : l’invention des déchets (invités : S. Barles, T. Le Roux)

Le déchet date-t-il du XIXème siècle ? Avant l’industrialisation de masse, villes et campagnes se développent en symbiose permettant aux détritus des unes de rejoindre les champs des autres. Les rues étaient peut-être sales, mais de déchet il n’était point question, tout était réutilisé.

Le 2/10 Dans les poubelles de l’économie (2/4) : Tour du monde d’une ordure (invité P. Chalmin)

Une ordure est-elle un bien comme un autre ? Les déchets sont devenus des marchandises exportées à l’échelle mondiale : si certains pays exportent leurs rebuts, d’autres importent des matières utiles à leurs industries. Qui profite de ces échanges et surtout, qui est en mesure de les réguler ?

 

Criminalité environnementale, trafics de déchets et décharges illégales… Un article de Ray Purdy dans The Conversation

Repérer les décharges sauvages grâce aux satellites

“Plus d’un millier de décharges illégales voient le jour en Angleterre chaque année. Et ce ne sont que des chiffres officiels. En 2016, James Bevan, à la tête de l’Agence pour l’environnement britannique, qualifiait les ordures de « nouveaux stupéfiants ». Il déclarait ainsi à propos de la criminalité environnementale… Lire la suite dans The Conversation

Les archives de l’INA (Institut National de l’audio-visuel) : chiffonnier, ferrailleur, puces, brocante, brocanteur, etc.

Les archives de l’INA constituent une mine d’or, parfois méconnue… En recherchant par mots-clés, vous y trouverez  par exemple 11 occurrences pour “ferrailleur”, avec notamment “Pique-nique à la brocante” (1963) ou Le chiffonnier (1964).

L’accès ne soit pas totalement gratuit, malheureusement, mais le premier mois est offert, puis l’abonnement à 2,99€/mois. Vous pouvez aussi passer par vos BU.

Bonnes trouvailles !

Les Tribus de la Récup, Un film de Laurence Doumic, Emmanuelle Zelez, 2016

“De tous temps, les hommes ont pratiqué la récupération, en détournant les objets de leur usage premier. Cette pratique se situe parfois à la marge du modèle sociétal. Elle est le fait de personnes qui œuvrent par nécessité. Depuis les années 1970, elle est aussi le fait de militants qui remettent en cause la société de consommation, pour des raisons d’autonomie écologique et intellectuelle. Aujourd’hui, face à l’épuisement des ressources naturelles, les politiques gouvernementales tentent d’amoindrir la quantité de déchets que nous produisons. Mais la société de surconsommation a rempli nos vies de marchandises : nous possédons quinze fois plus d’objets que nos grands-parents. Conséquemment, nos poubelles se remplissent de produits déchus, mais pas pour autant hors d’usage. La récupération, pratique jusqu’alors marginale dans les pays riches et relevant de la survie, s’organise donc aussi pour des raisons d’écologie sociale et environnementale.”

Voir la bande annonce…

La crise des déchets comme métaphore de la catastrophe moyen-orientale, un billet d’Eric Verdeil

Dans Rumor, son Carnet d’hypothèses sur “Les recherches urbaines au Moyen-Orient… et ailleurs”, Eric Verdeil propose un billet sur le court métrage  de la cinéaste libanaise Mounia Akl, Submarine (2016, 21 mn) :

C’est la force et l’originalité de Submarine, court métrage de la cinéaste libanaise Mounia Akl sélectionné à Cannes en 2016  que de se saisir de la crise des déchets que son pays traverse, sans véritable progrès, depuis deux ans pour en faire une métaphore d’un pays en train de sombrer, que ses habitants s’apprêtent à quitter par bateau.

Lire la suite…

Voir le film…

Les rendez-vous de “Rues Marchandes”, Récupérateurs, vendeurs et écodéveloppement

17.11.2017 à 18h30, Méru (Oise) :
Revalorisation des déchets & réinsertion. Quels enjeux pour l’économie populaire ?
En savoir plus…

21.11.2017 de 9h à 12h30, MSH Paris Nord (St Denis) :
Économie populaire, sous-capitalisme ou alternative socio-économique ? Cette rencontre boucle le programme de recherche-action labellisé par la MSH PN « La biffe comme éco-développement urbain : recherche-action pour la revalorisation des « rues marchandes » et le travail des biffins ». En savoir plus…

25.11.2017 de 9h30 à 17h, Villeneuve La Garenne (Hauts-de-Seine)
1er Forum sur l’Économie sociale et solidaire dans les quartiers populaires
En savoir plus…

07.12.2017 de 9h30 à 12h30 – EHESS salle AS1_24 (Paris)
Quelle recherche-action dans le secteur de la récupération et des déchets? Avec Hugues BAZIN , chercheur indépendant en sciences sociales , animateur du Laboratoire d’Innovation Sociale par la Recherche-Action, chercheur associé à la MSH Paris-Nord et à l’INJEP, « L’économie populaire des récupérateurs vendeurs. Support d’intégration ou alternative socioéconomique ? ». Avec Delphine CORTEEL, Maître de conférences, Laboratoire REGARDS – Université de Reims Champagne-Ardenne, « Enquêter sur le faire, faire avec et se faire embarquer. Récit d’une enquête dans une association du secteur de la réduction des déchets ».
En savoir plus…

14.12.2017 de 14h à 17h MSH Bourgogne (Dijon)
Le « social » des transitions : de l’équipement de populations d’individus pour l’insertion marchande à la constitution de publics intermédiaires
En savoir plus…

Obsolescence programmée, le futur est-il périssable ? France Culture, avec Flore Berlingem et Serge Latouche

“Qu’est-ce que l’obsolescence ? Peut-on la “déprogrammer” ? Quelles formes l’obsolescence programmée prend-elle aujourd’hui ? Comment augmenter la durée de vie d’un produit ? Est-il toujours souhaitable, pour l’environnement, d’augmenter la durée de vie d’un produit ? (…)

Et pour parler de ce futur périssable, de sa réalité et des fantasmes qui l’entourent, et des différents moyens d’y remédier, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Flore Berlingen, directrice de l’ONG Zero Waste France et Serge Latouche, professeur émérite d’économie à l’Université d’Orsay, il a publié en 2012 « Bon pour la casse – les déraisons de l’obsolescence programmée » aux éditions Les Liens qui Libèrent.

Lire la suite et écouter l’émission…

N.U. – Nettezza Urbana – (Propreté Urbaine) Michelangelo Antonioni, 1948

(Archivio Storico Luce)

La journée de travail des agents de la propreté urbaine de la ville de Rome est l’occasion pour Michelangelo Antonioni de raconter une ville où cohabitent les individus, les vies et les attitudes les plus opposés. La force des images est telle que la voix off, typique des documentaires de cette époque, disparaît après très peu de temps. Michelangelo Antonioni n’est pas du tout intéressé par les beautés séculaires de la ville mais plutôt par les vies des déshérités, des “gens de peu”, un clochard recroquevillé dans des journaux semble être plus intéressant pour sa caméra que l’escalier historique de la célèbre Place d’Espagne. Toutefois l’environnement urbain est aussi protagoniste de ce court métrage : Antonioni brosse un tableau très réaliste de Rome à la sortie de la guerre.
Frappante est la similitude des activités, des outils et des gestes de ces travailleurs de la propreté avec ceux des récupérateurs urbains d’aujourd’hui. Mais l’image de ces travailleurs que Michelangelo Antonioni offre au spectateur n’est pas purement professionnelle, elle est aussi faite d’actions ordinaires et moments intimes.
Un regard sur l’époque et sur ces figures urbaines absolument original et inédit pour le sujet traité et pour la façon dans laquelle il est raconté.

Terra Mia, un documentaire de Andrea Ruberto

Terra mia (Ma terre) est un film documentaire d’Andrea Ruberto – réalisateur, journaliste et photographe italien -, présenté en avril 2017 au Maroc, lors de la Conférence internationale sur la gouvernance des déchets municipaux, tenue à Rabat. Andrea Ruberto signe avec Terra mia son premier court métrage qui traite des effets dramatiques de la gestion criminelle des déchets dans la « terra dei fuochi » (terre des feux) en Campanie, dans le sud de l’Italie. Il s’agit d’un territoire d’environ 120 hectares situé entre les provinces de Caserte et Naples, tristement célèbre pour avoir été le théâtre pendant environ vingt années d’opérations illégales d’enfouissement et de combustion de déchets, notamment industriels, provenant de différentes régions d’Italie et d’Europe. L’expression « terra dei fuochi » rendue célèbre par Roberto Saviano dans son ouvrage « Gomorra » fait référence précisément aux incendies sauvages produits pour éliminer les déchets déversés illégalement. Les trafics et les déversements illicites de déchets mis en œuvre par un clan local de l’organisation criminelle Camorra ont produit un désastre sanitaire et environnemental de proportions inouïes.

Grâce à la parole de différents personnages, le documentaire enquête les impacts sur l’environnement et la santé de ces activités criminelles. Lucia De Cicco, une fervente militante environnementaliste de l’association E.C.O., raconte la lutte pour protéger le territoire, en remémorant le jour dramatique où, suite à un accident, elle a été gravement brulée lorsqu’elle protestait avec d’autres militants à proximité du site de stockage de Taverna del Re, le site où sont entreposées les « écoballes”, (les ballots de déchets prévus pour l’incinération). La journaliste Cristina Liguori conduit le réalisateur au cœur de cette catastrophe environnementale en parcourant les rues périphériques pavées d’amiante et de déchets de tout type qui, malgré les interventions des autorités, continuent d’être utilisées comme des décharges sauvages. Enzo Tosti, membre du comité “réseau de citoyenneté et communauté”, l’accompagne à la découverte d’une ex-usine devenue le lieu de déversement illégal de déchets textiles et d’autres substances qui sont brulés clandestinement libérant des dioxines qui retombent sur les champs agricoles adjacents en les contaminant. Le responsable de l’environnement de la région, Fulvio Bonavitacola, analyse les possibles causes de l’incendie récemment éclaté à Taverna del Re dont les causes ne sont pas encore élucidées. Antonio Giordano, oncologue et professeur à l’Université de Philadelphie, illustre les effets de la pollution sur la santé et le lien entre substances toxiques présentes sur la « terra dei fuochi » et une hausse des maladies cancéreuses dans la population locale. Enfin, avec Mario De Biase, commissaire extraordinaire des opérations de décontamination du centre de stockage Resit, on explore cette ex-décharge, le seul site où des opérations de mise en sécurité sont actuellement réalisées, et plus généralement le problème de la pollution. Le documentaire met l’accent sur la très urgente nécessité de décontaminer toute l’aire et sur un appel alla terre mère, victime innocente de la main de l’homme.

Le documentaire a été réalisé en partenariat avec l’Institut universitaire de la Recherche Scientifique de l’Université Mohamed V de Rabat (Maroc), le laboratoire de Recherche en Développement Territorial, Énergétique et Environnemental (RDT2E) de la Faculté polydisciplinaire de Khouribga (Maroc), l’association pour la recherche Action migration, environnement et développement (ARAMED). Durée 14 minutes.

Des ressources naturelles jusqu’à quand ? The Conversation

Une interview à écouter sur The Conversation

Où en sommes-nous des ressources naturelles de la planète ? Faut-il s’inquiéter de leur épuisement ? Existe-t-il des solutions pour les gérer durablement ?

Trois parties dans cette émission :

  1. « Où en sommes-nous des ressources énergétiques ? » avec Emmanuel Hache (IFPEN)
  2. « Comment transformer les déchets et les rebuts en ressources » avec Pascal Garret
  3. « Ressources et biodiversité » avec Philippe Grandcolas (CNRS/MNHN)Animation : Yves Bongarçon (Moustic the Audio Agency) et Didier Pourquery (The Conversation)
    Réalisation : Joseph Carabalona (Moustic the Audio Agency)
  4. Accéder au podcast…

La boulimie d’objets : c’est grave docteur ? Emission Service public (France Inter. déc. 2014)

Avec :   Serge Tisseron , psychiatre et auteur de la préface du livre « Boulimie d’objets. L’être et l’avoir dans nos sociétés » sous la direction de Valérie Guillard (Ed. De Boeck, 2014) ; David Varet, directeur général délégué de Homebox France, entreprise de garde-meubles ;  Dominique Desjeux, anthropologue, il a codirigé avec Isabelle Garabuau-Moussaoui l’ouvrage « Objet banal, objet social – Les objets quotidiens comme révélateurs des relations sociales » (Ed. L’Harmattan, 2001)

Ainsi qu’un reportage de Raphaëlle Mantoux: “Portrait d’un collectionneur”

Ecouter l’émission…