Archives de catégorie : Filmographie

Teclopolis, un court métrage d’animation, sur nos rebuts… et la fin du monde

“De vieux magazines dansent doucement dans le vent. Une caméra super-8 rampe sur une table en bois où dentelles et vieux duvets miment la marée. Soudain, une souris, puis deux, quatre, dix… Très vite toute une civilisation émerge, et là, frénétiquement, court vers son destin trop prévisible.

Superbe animation réalisée en 2009 à Buenos Aires (Argentine) par le studio CanCanClub.”

https://image-par-image.com/courts-metrages/teclopolis/

Les archives de l’INA (Institut National de l’audio-visuel) : chiffonnier, ferrailleur, puces, brocante, brocanteur, etc.

Les archives de l’INA constituent une mine d’or, parfois méconnue… En recherchant par mots-clés, vous y trouverez  par exemple 11 occurrences pour “ferrailleur”, avec notamment “Pique-nique à la brocante” (1963) ou Le chiffonnier (1964).

L’accès ne soit pas totalement gratuit, malheureusement, mais le premier mois est offert, puis l’abonnement à 2,99€/mois. Vous pouvez aussi passer par vos BU.

Bonnes trouvailles !

Les Tribus de la Récup, Un film de Laurence Doumic, Emmanuelle Zelez, 2016

“De tous temps, les hommes ont pratiqué la récupération, en détournant les objets de leur usage premier. Cette pratique se situe parfois à la marge du modèle sociétal. Elle est le fait de personnes qui œuvrent par nécessité. Depuis les années 1970, elle est aussi le fait de militants qui remettent en cause la société de consommation, pour des raisons d’autonomie écologique et intellectuelle. Aujourd’hui, face à l’épuisement des ressources naturelles, les politiques gouvernementales tentent d’amoindrir la quantité de déchets que nous produisons. Mais la société de surconsommation a rempli nos vies de marchandises : nous possédons quinze fois plus d’objets que nos grands-parents. Conséquemment, nos poubelles se remplissent de produits déchus, mais pas pour autant hors d’usage. La récupération, pratique jusqu’alors marginale dans les pays riches et relevant de la survie, s’organise donc aussi pour des raisons d’écologie sociale et environnementale.”

Voir la bande annonce…

La crise des déchets comme métaphore de la catastrophe moyen-orientale, un billet d’Eric Verdeil

Dans Rumor, son Carnet d’hypothèses sur “Les recherches urbaines au Moyen-Orient… et ailleurs”, Eric Verdeil propose un billet sur le court métrage  de la cinéaste libanaise Mounia Akl, Submarine (2016, 21 mn) :

C’est la force et l’originalité de Submarine, court métrage de la cinéaste libanaise Mounia Akl sélectionné à Cannes en 2016  que de se saisir de la crise des déchets que son pays traverse, sans véritable progrès, depuis deux ans pour en faire une métaphore d’un pays en train de sombrer, que ses habitants s’apprêtent à quitter par bateau.

Lire la suite…

Voir le film…

N.U. – Nettezza Urbana – (Propreté Urbaine) Michelangelo Antonioni, 1948

(Archivio Storico Luce)

La journée de travail des agents de la propreté urbaine de la ville de Rome est l’occasion pour Michelangelo Antonioni de raconter une ville où cohabitent les individus, les vies et les attitudes les plus opposés. La force des images est telle que la voix off, typique des documentaires de cette époque, disparaît après très peu de temps. Michelangelo Antonioni n’est pas du tout intéressé par les beautés séculaires de la ville mais plutôt par les vies des déshérités, des “gens de peu”, un clochard recroquevillé dans des journaux semble être plus intéressant pour sa caméra que l’escalier historique de la célèbre Place d’Espagne. Toutefois l’environnement urbain est aussi protagoniste de ce court métrage : Antonioni brosse un tableau très réaliste de Rome à la sortie de la guerre.
Frappante est la similitude des activités, des outils et des gestes de ces travailleurs de la propreté avec ceux des récupérateurs urbains d’aujourd’hui. Mais l’image de ces travailleurs que Michelangelo Antonioni offre au spectateur n’est pas purement professionnelle, elle est aussi faite d’actions ordinaires et moments intimes.
Un regard sur l’époque et sur ces figures urbaines absolument original et inédit pour le sujet traité et pour la façon dans laquelle il est raconté.

Terra Mia, un documentaire de Andrea Ruberto

Terra mia (Ma terre) est un film documentaire d’Andrea Ruberto – réalisateur, journaliste et photographe italien -, présenté en avril 2017 au Maroc, lors de la Conférence internationale sur la gouvernance des déchets municipaux, tenue à Rabat. Andrea Ruberto signe avec Terra mia son premier court métrage qui traite des effets dramatiques de la gestion criminelle des déchets dans la « terra dei fuochi » (terre des feux) en Campanie, dans le sud de l’Italie. Il s’agit d’un territoire d’environ 120 hectares situé entre les provinces de Caserte et Naples, tristement célèbre pour avoir été le théâtre pendant environ vingt années d’opérations illégales d’enfouissement et de combustion de déchets, notamment industriels, provenant de différentes régions d’Italie et d’Europe. L’expression « terra dei fuochi » rendue célèbre par Roberto Saviano dans son ouvrage « Gomorra » fait référence précisément aux incendies sauvages produits pour éliminer les déchets déversés illégalement. Les trafics et les déversements illicites de déchets mis en œuvre par un clan local de l’organisation criminelle Camorra ont produit un désastre sanitaire et environnemental de proportions inouïes.

Grâce à la parole de différents personnages, le documentaire enquête les impacts sur l’environnement et la santé de ces activités criminelles. Lucia De Cicco, une fervente militante environnementaliste de l’association E.C.O., raconte la lutte pour protéger le territoire, en remémorant le jour dramatique où, suite à un accident, elle a été gravement brulée lorsqu’elle protestait avec d’autres militants à proximité du site de stockage de Taverna del Re, le site où sont entreposées les « écoballes”, (les ballots de déchets prévus pour l’incinération). La journaliste Cristina Liguori conduit le réalisateur au cœur de cette catastrophe environnementale en parcourant les rues périphériques pavées d’amiante et de déchets de tout type qui, malgré les interventions des autorités, continuent d’être utilisées comme des décharges sauvages. Enzo Tosti, membre du comité “réseau de citoyenneté et communauté”, l’accompagne à la découverte d’une ex-usine devenue le lieu de déversement illégal de déchets textiles et d’autres substances qui sont brulés clandestinement libérant des dioxines qui retombent sur les champs agricoles adjacents en les contaminant. Le responsable de l’environnement de la région, Fulvio Bonavitacola, analyse les possibles causes de l’incendie récemment éclaté à Taverna del Re dont les causes ne sont pas encore élucidées. Antonio Giordano, oncologue et professeur à l’Université de Philadelphie, illustre les effets de la pollution sur la santé et le lien entre substances toxiques présentes sur la « terra dei fuochi » et une hausse des maladies cancéreuses dans la population locale. Enfin, avec Mario De Biase, commissaire extraordinaire des opérations de décontamination du centre de stockage Resit, on explore cette ex-décharge, le seul site où des opérations de mise en sécurité sont actuellement réalisées, et plus généralement le problème de la pollution. Le documentaire met l’accent sur la très urgente nécessité de décontaminer toute l’aire et sur un appel alla terre mère, victime innocente de la main de l’homme.

Le documentaire a été réalisé en partenariat avec l’Institut universitaire de la Recherche Scientifique de l’Université Mohamed V de Rabat (Maroc), le laboratoire de Recherche en Développement Territorial, Énergétique et Environnemental (RDT2E) de la Faculté polydisciplinaire de Khouribga (Maroc), l’association pour la recherche Action migration, environnement et développement (ARAMED). Durée 14 minutes.

“Terre Agitée”, un documentaire sur la transformation d’une décharge en potager

“Terre Agitée” :  “un documentaire de Caterina Pasqualino Anthropologue et cinéaste, directrice de recherches au CNRS-EHESS et de Chiara Ambrosio Cinéaste et artiste visuelle italienne.

Présentation du film par C. Pasquallino, le Jeudi 16 mars 2017, 14h-17h

EHESS, Bâtiment Le France, 190-198 avenue de France, 75013 Paris, salle 15

Un documentaire qui fait de la création filmique un mode d’investigation sociale. En Andalousie, une poignée d’individus déshérités ont donné sens à leur vie en s’appropriant une immense décharge illégale pour la transformer en potager collectif resplendissant. La longue crise économique qui sévit en Europe occidentale a poussé de très nombreux employés vers la pauvreté. Ils sont montrés avec justesse comme les victimes d’un système économique oppresseur. Bien que pertinent, ce type d’argument les réduit à une sorte de fatalité socio-économique et fait l’impasse sur leur vie intérieure. Or certains groupes réagissent à leur situation désespérée en réinventant loin des sentiers battus un univers qui leur est propre. C’est le cas en Andalousie d’une poignée d’individus déshérités depuis la crise de la fin des années 2000 et vivant dans la périphérie de Grenade. Ils ont donné sens à leur vie en s’appropriant une immense décharge illégale à ciel ouvert pour la transformer en un potager collectif resplendissant. Ce monde est à leurs yeux volontairement clos pour les protéger des vicissitudes d’un monde contemporain qui les rejette. Mieux: il se présente comme la réinvention d’un monde sous la forme d’un “paradis terrestre”, réactualisation d’une image archétypale qui a hanté le monde occidental depuis des millénaires. Au-delà de la faible valeur marchande des produits de leur maraîchage, contre toute attente ces “gens de peu” se sont ressourcés à partir d’une culture populaire beaucoup plus riche que l’on ne se l’imagine, s’enracinant dans la poésie épique et dans le mythe du grand poète Garcia Lorca (…)” Lire la suite de l’article

Beyrouth et ses ordures vues du ciel par un drone, Courrier International

“Depuis juillet dernier et la fermeture de l’une des principales décharges du pays, les décharges sauvages se multiplient à Beyrouth, à tel point que la capitale libanaise fait face à une crise des déchets d’une ampleur sans précédent. Face au manque de solutions proposées par les responsables politiques, le collectif “Vous puez” multiplie les actions chocs afin de mobiliser l’opinion.  Après avoir donné des noms de ministres aux décharges sauvages, le collectif vient de diffuser, lundi 7 mars, une vidéo réalisée à l’aide d’un drone qui montre Beyrouth sous les ordures, mais à la manière d’un film touristique. “Cette vidéo est une réponse à un autre film, réalisé grâce à un drone lui aussi, mais qui ne montrait que les paysages paradisiaques du pays du Cèdre”, explique le quotidien L’Orient-Le Jour.

Lire l’article et voir la vidéo…

Estamiras, un documentaire de Marcos Prado

Estamira raconte l’histoire d’une femme de 63 ans atteinte de schizophrénie. Estamira vit depuis 20 ans sur la décharge de Jardim Gramacho à Rio de Janeiro. Nous suivons son changement sur quatre ans de traitement médical. Ses enfants témoignent des difficultés de sa vie : son enfance perdue dans la misère du Brésil rural, les péripéties tourmentées de ses amours et de ses mariages, et ses frustrations. Estamira explique avec poésie, philosophie et éloquence qu’elle se consacre à la mission qui lui a été confiée : révéler la vérité et la reconquérir. Un documentaire de Marcos Prados (115mn) récompensé par plusieurs prix.

Voir le film

“Tarlabaşı and Me” : un documentaire sur un récupérateur d’Istanbul

Un documentaire sur Mustafa récupérateur de déchets dans le quartier historique de Tarlabaşı qui fait l’objet d’un grand projet de rénovation urbaine : “Après avoir erré dans plusieurs zones d’Istanbul et être passé par tous les boulots depuis sa sortie de prison, à 50 ans, Mustafa (originaire) d’Adana décide de tout recommencer et de s’installer à Tarlabaşı ; c’est ici qu’il devient chiffonnier. C’est dans ce quartier cosmopolite et populaire, voué à disparaître, qu’il se créé une vie nouvelle”.

En voir plus…

En savoir plus sur le projet de film…

 

“Profession mikhali” : un documentaire sur les récupérateurs casablancais

Le PDG de l’entreprise marocaine GPC – Papier-carton, a fait réaliser un documentaire instructif sur le travail des récupérateurs (mikhali) de Casablanca : quantités ramassées, prix, horaires et conditions de travail, liens entre secteur formel et “économie marginale”, reconstitution de la filière papier-carton au Maroc, techniques de recyclage, etc. Le documentaire met en exergue l’insuffisance du recyclage du carton (au niveau national, 28% de récupération et 70% d’importation de la matière première pour répondre à la demande) et constitue un plaidoyer pour la reconnaissance du travail des récupérateurs : “On travaille pour l’État gratuitement, et il ne nous aide ni matériellement, ni moralement”.

Voir le film…

Le film Trashed, en projection et en débat

Avec Jeremy Irons, Candida Brady étudie les risques sur la chaine alimentaire et l’environnement, de la pollution par déchets sur terre, air et eau. Le film TRASHED révèle des vérités surprenantes à propos des dangers imminents et puissants sur notre santé. Il s’agit d’une conversation globale, d’Islande à l’Indonésie, entre l’acteur Jeremy Irons et des scientifiques, des politiciens et des personnes ordinaires pour qui leur santé et moyens d’existence ont été fondamentalement affectés par la pollution par déchets. En termes visuels et émotionnels, le film est à la fois horrible et beau : une série d’interactions entre histoires vécues et « sonnettes d’alarme » politiques. Mais il se termine avec un message d’espoir : en démontrant comment les risques à notre survie peuvent être évités avec des approches durables et renouvelables qui créent plus d’emplois que le secteur de gestion des déchets actuel.

Bande Annonce

Projection et débat sur le Traitement des déchets,  le 30/09/2014 à Veigné (Indre-et-Loire).