« La mise en image du rebut »

Une exposition réalisée par le réseau de recherche Sociétés Urbaines et Déchets.

« Réalisée par les chercheurs du réseau Sociétés urbaines et déchets,  cette exposition résulte d’une réflexion sur le statut des images dans nos travaux qui s’interrogent sur les rapports qu’entretiennent les sociétés avec leurs déchets. Dans les analyses, les images sont souvent reléguées au second plan : utilisées pour appuyer des textes, les photographies ne livrent pas tout leur contenu, ni toute leur puissance. Or, ici, notre posture leur attribue une place prééminente pour que les individus qui les peuplent et les animent puissent suggérer  à ceux qui les regardent d’autres histoires. Nombreuses sont les images de récupérateurs mettant en scène des femmes et des hommes travaillant dans des conditions dégradantes, peuplant des paysages dantesques et évoquant, délibérément ou involontairement, une misère humaine dont ils seraient le portrait et que ces images semblent figer.

Il en est tout autrement pour ces photographies qui ont pour ambition d’exposer sous un autre jour l’univers des récupérateurs. Ces images témoignent de leurs conditions et lieux de travail (…). Loin de renvoyer au public une image de la misère et de la marginalité, cette exposition  souhaite mettre en lumière  des femmes et des hommes  débarrassés du stigmate qui accompagne le contact avec l’ordure. Il s’agit de travailleurs normaux, occupés à réaliser leurs tâches ; des travailleurs qui désirent être considérés comme égaux des autres, reconnus dans leur travail et par la société. De plus en plus, ces “travailleurs des déchets” revendiquent des droits sociaux, mais aussi la légitimité de leur contribution au recyclage, à la gestion  des déchets et, plus globalement, à l’environnement.

Les poses qu’ils prennent spontanément ou à la demande du chercheur-photographe ainsi que les sourires et les regards destinés à l’objectif témoignent de cette aspiration à donner d’eux-mêmes et de leur activité un portrait ordinaire contribuant par cette mise en scène à une reconnaissance et une requalification de leur métier et, de ce fait, de leur image. » (Extrait du panneau introductif à l’introduction)

Si vous êtes intéressé par cette exposition, contactez Claudia Cirelli ou Bénédicte Florin

Cette exposition a été présentée en de nombreux endroits sous différentes formes :

  • Depuis le 20 mars 2020, « City of Waste », une version anglophone et tamoule est présentée en Inde à Pondichéry

L’exposition « City of Waste » est installée face à la mer avenue Goubert, sur les murs de l’Institut Français de Pondichéry ainsi que ceux du Consulat Français depuis le Vendredi 20 Mars, jour symbolique de la Francophonie.

Avec l’annonce du confinement en Inde et sa prolongation jusqu’au 3 Mai, l’avenue Goubert n’est plus accessible et les photographies ne sont pour l’instant visibles que des embruns marins de la Baie de Bengale.

Télécharger l’ensemble des panneaux de cette version de l’exposition…

  • Une version franco-arabe de cette exposition a été présentée à Beyrouth à l’Institut français du Liban du 7 au 17 juin 2019, avec le soutien de l’Agence Française du Développement.
  • Cette exposition a aussi été présentée du 17 au 28 mai 2019 à l’EHESS (Paris) lors de la manifestation “Des déchets et des hommes” dans le cadre du “Tour du CNRS en 80 jours”, puis du 3 au 13 juin 2019 à l’AFD (Paris) et, enfin, du 15 au 23 juin 2019 au Villette Makerz (Folie L5, Parc de La Villette, Paris).

Télécharger l’ensemble des panneaux de cette version de l’exposition…

  • Une autre version de cette exposition avait été présentée aux Docks de Marseille du 3 au 17 juillet 2018 en association avec l’Agence Française de Développement.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search