Les déchets, combien ça coûte ?

Questions de développement n°40, AFD

“L’Agence française de développement (AFD) a piloté, avec Le Mans Université, l’association Gevalor, Urbananalyse et ALBWaste, le programme de recherche ORVA2D (Organisation de la valorisation des déchets dans les villes en développement), afin de mieux comprendre le modèle économique des filières de valorisation des déchets et d’émettre des recommandations. Ce programme a porté sur six cas d’étude : Antananarivo, Bogotá, Delhi, Lima, Lomé et Surabaya.”

En savoir plus et télécharger le document…

Financement d’une thèse : valorisation de l’énergie et de déchets industriels inorganiques en Occitanie

SUD relaie l’information suivante (merci de contacter directement David Giband, Professeur des Universités, Urbanisme et aménagement du territoire, Univ. Perpignan)

“Nous sommes à la recherche d’un doctorant pour conduire une thèse financée par la région Occitane (financement acquis pour 3 ans), dont le titre est : “Ecotool, Développer un outil d’écologie industrielle et territoriale pour la valorisation de l’énergie et de déchets industriels inorganiques en Occitanie ».

Continuer la lecture de Financement d’une thèse : valorisation de l’énergie et de déchets industriels inorganiques en Occitanie

Vous reprendrez bien un peu de plastique ?

Un article d’Eric Beckman, The Conversation

“Depuis ses débuts, au cours et après la Seconde Guerre mondiale, l’industrie des polymères – ces molécules synthétiques à longue chaîne regroupées à tort sous le terme commun de « plastiques » – a connu une croissance rapide. En 2015, plus de 320 millions de tonnes de polymères (fibres exclues) ont ainsi été produites dans le monde.

Jusqu’à il y a cinq ans environ, les créateurs de produits élaborés à partir de polymères se souciaient peu de ce qui adviendrait de leurs produits une fois que leur cycle de vie initialement prévu serait révolu. Mais cette situation est en train d’évoluer et cette question fera l’objet d’une attention grandissante dans les années à venir….”

Lire la suite dans The Conversation

Claudia Cirelli

Chargée de recherche, chercheur associé

Discipline : anthropologie, géographie
Institution : Université de Tours
Laboratoire : CoST Construction politique et sociale des Territoires, laboratoire, CITERES, UMR 7324
Pays étudiés : Mexique, France
Villes étudiées : Mexico, San Luis Potosí (Mexique), Lyon, département Isère (France)

Contact : claudia.cirelli@univ-tours.fr

Continuer la lecture de Claudia Cirelli

Le Sale Discours. Géographie des déchets, David Wahl, 2018

Un livre, un pamphlet, une pièce de théatre et de la poésie !

“Le Sale Discours, c’est un récit qui parle d’environnement. D’un environnement façonné par nos ordures, nos excréments et nos déchets. C’est un récit qui parle de notre instinct de survie, de nos rêves d’éternité, de la peur de la mort. C’est le récit de l’homme, qui envisage sa survie au prix de son environnement. Où l’on croise un cochon, des atomes, Marie Curie, la Voie lactée — et notre reflet. Né en 1978, comédien, dramaturge et écrivain, David Wahl cherche à tisser des liens entre différents domaines souvent trop séparés, théâtre et science, recherches savantes et récits populaires, savoirs et curiosités. Le Sale discours est sa première « causerie » (les trois premières (Traité de la boule de cristal, La Visite curieuse et secrète et Histoire spirituelle de la danse ont paru aux éditions Archimbaud-Riveneuve. Son travail, à vocation encyclopédique, paraîtra désormais aux éditions Premier Parallèle.”

Lire la recension sur Médiapart

L’ouvrage chez l’éditeur

« POUBELLES NOS VIES ? » SCIENCE, ÉTHIQUE ET ESTHÉTIQUE DES DÉCHETS: atelier-débat co-animé par Mikaëla Le Meur et Jérémie Cavé

Aux Docks-Village, à Marseille, le 5 juillet dernier a eu lieu l’événement « Poubelles nos vies : mythes et réalités de l’industrie globalisée du recyclage », un atelier débat co-animé par Jérémie Cavé, pour Prospective & Coopération et Mikaëla Le Meur, pour Le Tamis. Il a été suivi de la projection du documentaire « Plastic China » réalisé par Jiu-Liang Wang et sorti en 2017…

Lire la suite…

Un appel à réflexion critique sur l’économie circulaire pour Culture and Organizations : Contested Realities of the Circular Economy

This special issue of Culture and Organization invites contributions that question the Circular Economy in innovative ways. This special issue aims at bringing together critical, interpretive and theory-driven papers that go beyond the often repeated, but largely a-historical, a-practical, and a-theoretical, claims that the Circular Economy will help organizations solve 21st century problems. There is, for example, a rich history of economic and social practices (think of the frugality of survival practices during various wars) that could be seen as precursors of the Circular Economy, and one might ask: If such practices have been around for some time, why have they not been able to address the questions the Circular Economy aims to answer? Likewise, the Circular Economy has a lot to say about materials and their flows, but very little about humans and the social dimension of circular activities.

Calls for paper Contested realities of the Circular Economy, Culture and Organizations, Nov 15, 2018

Lire la suite

« Poubelles nos vies ? Mythes et réalités de l’industrie globalisée du recyclage. » Jeudi 5 juillet 2018

Lieu: Place du marché, Les Docks village, Marseille
15h-17h : Atelier-Débat – partage d’expérience.
17h30-19h30 : Projection Film Documentaire – discussion

« Depuis le 1er janvier 2018, la Chine a fermé ses frontières à l’importation de 24 types de matières
détritiques (notamment des papiers, plastiques, textiles). Depuis plusieurs décennies que le pays s’était ouvert
au commerce international, ces déchets, principalement venus des États-Unis ou d’Europe, étaient recyclés par
différents acteurs allant des fabriques familiales artisanales aux entreprises industrielles de dimension nationale.
Mais la Chine ne veut plus être « la poubelle du monde » et souhaite désormais choisir les matières qui
entreront sur son sol en fonction de leur qualité.
Cette actualité internationale révèle l’économie mondialisée du déchet et du recyclage qui s’est
progressivement structurée sur les opportunités offertes par les échanges internationaux et dont la Chine n’est
pas le seul protagoniste. Ce sont des multiples chaînes d’acteurs qui, de proche en proche, sont impliqués
dans ces échanges et ces transformations matérielles à travers le monde. Ces personnes ont construit leurs
devenirs individuels et collectifs sur des gisements de déchets qui continuent de croître : des mines d’ordures
qu’ils espèrent transformer en or.
Comment penser les enjeux socio-économiques, politiques et écologiques associés à ces circulations
matérielles ? Peut-on considérer les déchets comme des indicateurs de développement ou des
révélateurs des inégalités ? Comment comprendre et raconter les histoires des personnes impliquées
dans ces filières entremêlées : entre archétypes globalisés et destins singuliers ? Que faire des images
circulantes, des relais médiatiques et des imaginaires associés à ces pratiques du déchet ? Quelles
images et quels discours produire et à quelles fins ? »
+ Projection du documentaire « Plastic China » – Jiu Liang Wang – 2016 (82 minutes)
Nous produisons chaque jour une quantité de déchets qui disparaissent très rapidement, mais où vont-ils ? Plastic
China met en lumière le fait que tous les déchets plastiques du monde terminent en Chine. Yi-Jie, une jeune fille
non scolarisée de onze ans, travaille avec ses parents dans un atelier de recyclage. Elle souhaite plus que tout aller
à l’école. À travers les histoires de deux familles, le film dévoile comment ces déchets sont recyclés à mains nues
et comment ces familles souffrent de dommages irréversibles afin de gagner leur vie.
Les débats seront animés par Mikaëla Le Meur, anthropologue, terminant des recherches de doctorat à
l’Université libre de Bruxelles sur la question des déchets plastiques et du recyclage au Vietnam et coadministratrice
du Tamis, et par Jérémie Cavé, consultant-chercheur indépendant en écologie urbaine,
enseignant à Sciences Po Toulouse et auteur de l’ouvrage La Ruée vers l’Ordure.

Organisateurs:

Prospective Coopération – Laboratoire d’idées

Association Le Tamis

 

L’atelier est accueilli aux Docks par l’exposition
photographique « La Mise en Image du
Rebut. Matières, corp(u)s et pratiques autour des
déchets », présentée sur la place du marché du 3 au
17 juillet 2018 par le réseau Sociétés Urbaines et
Déchets et l’Agence Française de Développement.

 

https://www.plasticchina.org/

 

Une intenable bureaucratie de la rue : les travailleurs sociaux face aux débordements des marchés informels, un article de Virginie Milliot

Une intenable bureaucratie de la rue : les travailleurs sociaux face aux débordements des marchés informels, un article de Virginie Milliot, dans la REVUE DE LA SOCIETE SUISSE D’ETHNOLOGIE, TSANTSA 21 / 2016

Résumé : Depuis l’automne 2009, un « carré des biffins » a été ouvert Porte Montmartre dans le 18e arrondissement de Paris. Ce dispositif est une réponse institutionnelle à la mobilisation de vendeurs de rue soutenus par des habitants et des militants, pour l’obtention d’un espace de vente légalisé. Cet espace expérimental, encadré par des travailleurs sociaux, légalise trois jours par semaine la vente d’objets issus de la récupération pour quelque centaines de vendeurs. Dans cet article nous proposons d’analyser la mise en pratique de ce dispositif qui a pris la forme d’une sorte de bureaucratie de la rue. Après une présentation des mondes pluriels du marché informel, nous questionnerons les réticences politiques à la légalisation de ce commerce de rue  et ce que révèle la peur du capitaliste aux pieds nus. Nous exposerons ensuite les difficultés que les travailleurs sociaux ont expérimentées en tenant ce guichet avancé au cœur de mondes qui s’étaient préalablement développés en dehors de tout cadre institutionnel. Nous analyserons comment cette expérience a amené les travailleurs sociaux à remettre en question leur mission d’insertion et de socialisation. Pour finir, nous questionnerons le sens de ces simulacres institutionnels qui sont publiquement présentés et justifiés en des termes auxquels personne ne croit, qui relèvent pour les acteurs mêmes d’une fiction politique.

Mots clefs : marché informel, expérimentation sociale, ethnographie des politiques publiques, empowerment.

Accès à la totalité de l’article

« Le marché aux puces de Marseille va-t-il disparaître ? » un article de Michèle Jolé & William Kornblum, Métropolitiques

Le marché aux puces de Marseille est au cœur d’une gigantesque opération de rénovation urbaine qui risque de l’effacer de la carte. Michèle Jolé et William Kornblum, deux Marseillais d’adoption, explorent la perte que la transformation de cette institution représenterait pour les habitants et plus largement pour les quartiers Nord de la métropole phocéenne. Lire la suite…